Formes et Forces

Colloque organisé par Yves Pomeau et Emmanuel Villermaux du 10 au 15 septembre 2007

Rencontre entre plasticiens pour lesquels la physique et la mécanique des matériaux jouent un rôle dans leur expression et de scientifiques spécialistes de cette branche de la science.

Participants

Basile Audoly, Sabine Caminade, Pierre Coullet, Michel Dray, Etienne Guyon, Jennifer Kane, Sophie Lavaux, Gilles Mottet, Yves Pomeau, Benoît Roman, Nicolas Vandenberghe, Romain Vermorel, Edmond Vernassa, Emmanuel Villermaux

Compte-rendu

Le projet de cette rencontre entre scientifiques et artistes plasticiens remonte à la série de séminaires organisés en 2005 par Pierre Coullet à l’Université de Nice autour d’une exposition d’Edmond Vernassa, plasticien de l’Ecole de Nice. Du point de vue de la Fondation des Treilles, l’ignorance mutuelle entre science et art dans la culture actuelle n’était pas un obstacle à une telle rencontre. Cette fondation nous a donc accueillis dans des conditions idéales. Elle a aussi permis aux artistes présents d’exposer une petite partie de leurs œuvres dans la Grande Maison, en plus des échanges passionnants que nous avons eus.

La rencontre se justifiait par une convergence des préoccupations de plasticiens dont le travail dépend de la physique et de la mécanique des matériaux et de celles des scientifiques, tous spécialistes reconnus de cette branche de la science. Quelques exposés d’un philosophe de l’esthétique, Michel Dray, ont replacé la production de ce que nous appelons l’art dans un schéma général reposant sur l’idée d’oeuvre comme vecteur de signification, souvent perdue pour le spectateur moderne qui n’est sensible qu’à des aspects étrangers à celui qui a produit l’œuvre. Les codes en sont soit perdus soit ignorés du spectateur moderne.

Vernassa a expliqué la genèse de son œuvre, passant du travail des matériaux plastiques à l’écrasement du bidon d’huile mis en dépression. Ce dernier cas, qui a produit une œuvre saisissante de vigueur, justifie bien le projet de la rencontre, puisque cet effondrement montre une belle bifurcation sous critique au sens de la mécanique, soit une instabilité qui s’amplifie une fois commencée. Le cas des papiers froissés est aussi emblématique des convergences art/science. On retrouve cette même expression dans le titre d’articles scientifiques récents et pour désigner certaines œuvres de Vernassa. Les froissures localisées attirent naturellement l’œil du spectateur par le mélange de structure et d’aléatoire qu’elles montrent. D’autres œuvres insèrent une géométrie complexe dans le réel, comme le ruban de Möbius qui s’entoure sur lui – même.

Sophie Lavaux nous a expliqué comment le travail du matériau, plâtre ou argile humide (/terre) conditionne la réalisation du produit fini, avec une part d’imprévu contenue par une planification serrée. Ce qu’elle nous a montré du travail de la terre est tout à fait fascinant par la vigueur physique exigée, jointe à une minutieuse gestion du temps (séchage, cuisson, etc.). Ce travail d’un matériau rebelle et superbe tout à la fois trouve son explication dans ses propriétés mécaniques intermédiaires entre solide et fluide, très dépendantes du taux d’humidité. Etienne Guyon nous a donné plusieurs exemples de ces matériaux pâteux, collants, etc. faciles à préparer et tout à fait étonnants. Il se pourrait bien que, dans le futur, cette rencontre ouvre la voie à des rapprochements utiles entre artistes tels que sculpteurs, potiers, etc. et physiciens des matériaux qui ont bien évidemment des préoccupations communes.

Jennifer Kane, à la fois illustratrice de livres de biologie et merveilleuse dessinatrice d’insectes, nous a fait rêver sur ses aquarelles et ses dessins minutieux d’une suprême élégance. Là encore, art parce qu’il y a contrainte technique et souci de coller à une réalité donnée, sans concession. Un dialogue s’est engagé avec deux jeunes physiciens, Basile Audoly et Benoit Roman, qui ont dressé un panorama de formes en mécanique, qu’elles soient des artéfacts, ou produites par la nature, et qui devraient inspirer les productions futures de l’artiste.

Un thème qui a été abordé de façon périphérique seulement est celui de l’ouverture vers l’enseignement de ce type de rencontre. Les enseignants du primaire sont souvent loin, sinon très loin de la science de par leur formation et pourraient être remis dans le circuit par le biais des arts plastiques bien présentés. Des expériences style Vernassa pourraient aller dans ce sens. Pour prendre un exemple de phénomène présenté par les participants physiciens Nicolas Vandenberghe et Romain Vermorel, la rupture d’une plaque de verre par impact ou la brisure d’un spaghetti peuvent être vues à la fois comme produisant des images (y compris dynamiques) intéressantes et être expliquées sans recours à une formalisation trop lourde ou des concepts physiques trop raffinés.

La rencontre s’est terminée par un exposé sur la notion d’équilibre, notion certainement commune aux arts plastiques et à la science. L’équilibre est distinct d’un état sans tension, proche d’un Nirvana ; il implique plutôt une répartition des contraintes qui annulent leur effet par antagonisme. On retrouve bien évidemment la même idée en art. Une œuvre plastique se définira par une répartition de teintes, de couleurs, de volumes, etc. qui réalise ou non un équilibre dans leur effet sur le spectateur. On peut aussi imaginer que certaines œuvres existent ou se justifient par le rejet de toute recherche d’équilibre. Par exemple l’Expressionnisme pourrait entrer dans cette catégorie.