L’autonomie en questions

Séminaire organisé par Alexandre Gefen du 10 au 15 avril 2024.

Participants

Miranda BOLDRINI (UC Louvain Saint-Louis Bruxelles – Bruxelles, Belgique), Dominique CARDON (Sciences Po – Paris, France), Primavera DE FILIPPI (CERSA / CNRS – PARIS, États-Unis), Isabelle DE VENDEUVRE (Institut de Biologie de l’Ecole Normale Supérieure – Paris, France), Alexandre GEFEN (UMR Thalim – Paris, France), Pauline HACHETTE (IUT de Sceaux – Sceaux, France), Mehdi KHAMASSI (Sorbonne Université, ISIR UMR 7222 – Paris, France), Camille LAURENS  (écrivaine – Paris, France), Irène LE ROY LADURIE (MSHS Poitiers – Université de Poitiers), William MARX (Collège de France – Paris, France), Matteo MOSSIO (IHPST (CNRS/Paris1) – Paris, France), Catherine NESCI (Université de Californie, campus de Santa Barbara – CA, Santa Barbara, États-Unis), Dominique RABATÉ (Université Paris Cité, UFR LAC – Paris, France), Haun SAUSSY (University of Chicago – Chicago, États-Unis), Maud VAN LIER (University of Konstanz – Konstanz, Allemagne).

Résumé

L’autonomie, valeur morale et politique centrale de la modernité, et toujours encore objet de revendication et de désir, fait l’objet de virulents débats, à la fois sur sa définition philosophique, ses enjeux moraux, politiques, éthiques et artistiques à l’heure de l’écologie et de l’éthique du care.

Abstract

Autonomy, the central moral and political value of modernity, and still the object of claims and desire, is the subject of virulent debate, both on its philosophical definition and on its moral, political, ethical and artistic issues in the age of ecology and the ethic of care.

Compte rendu

Ce séminaire a réuni des spécialistes de littérature, d’écologie, de philosophie éthique, de droit, de biologie et d’intelligence artificielle, dont 3 post-doctorants et 5 autres jeunes chercheurs.

Alexandre Gefen introduit le séminaire en évoquant les paradoxes de l’autonomie, notion à la fois nécessaire et suspecte. Dans un monde d’individualisme, de mobilité et de concurrence, l’autonomie semble parfois l’autre nom de l’aliénation : principe de déliaison généralisée, de fragilisation des formes de soin et d’attention qui font la trame du tissu social, ou d’une morale enfermée sur elle-même, ou d’une esthétique détachée et impuissante. L’éthique du care, la responsabilité envers l’environnement, la démocratisation et la repolitisation des arts, les liens forts et faibles des réseaux, la littérature mondiale et son approche comme connexion, le partage des cultures populaires… semblent avoir progressivement ébranlé l’abstraction éthico-politique de l’individu indépendant et autonome ; de même la destruction des illusions de la maîtrise du soi, qui se donnerait sa propre norme. La notion n’est cependant pas à récuser totalement : ni le moralisme, ni les formes de contrôle social et de surveillance n’ont disparu et l’autonomie ou la confiance en soi, face aux menaces sur nos agentivités, reste une valeur désirable, une aspiration qui guide les sujets politiques, une exigence dans les relations de couple, une ambition dans le vieillissement ou dans l’éducation…

William Marx, spécialiste de littérature française évoque la figure de Paul Valéry : au début du XXe siècle, celui-ci fut le représentant le plus emblématique d’une conception autonome de la littérature, en particulier dans le Cours de poétique qu’il donna au Collège de France de 1937 à 1945. Pour désigner cette autonomie, il emploie le terme d’écart, dont il décline le geste dans trois domaines distincts. L’artiste, le savant et, plus généralement, l’homme de l’esprit font un pas de côté par rapport à l’automatisme biologique. Le texte littéraire et poétique est autonome par rapport à l’auteur, tout en imposant sa propre loi au lecteur. Quant à la société, son développement historique engendre par la culture, les arts et les sciences un écart croissant vis-à-vis des conditions naturelles.

Le regard de Dominique Rabaté se porte sur le roman moderne qui peut nous apprendre à descendre dans le « gouffre » de l’intériorité de ses personnages comme le fait Tolstoï avec Anna Karénine, et reconnaître mieux que son mari ne le fait, l’autonomie nécessaire d’autrui, même quand elle reste insuffisante. Plutôt que l’autonomie de soi, c’est donc plutôt le mouvement pour accepter la solitude ontologique et monadique de l’autre, de tout un chacun, son exister non partageable mais racontable, qu’il faut accueillir, en s’aidant des thèses d’Emmanuel Lévinas.

Isabelle de Vendeuvre s’intéresse elle aux imaginaires de l’île, espace autonome par définition. Réelle ou fantasmée, subie ou désirée, l’autonomie en littérature prend souvent la forme d’un séjour sur une île. D’une  tragique insularité de la condition humaine à l’hybris d’une autonomie revendiquée par des figures de vengeurs qui semblent parfois s’émanciper de leur statut de personnage de fiction pour jouer de la frontière avec la figure de l’auteur, quelques grands textes seront revisités sous l’angle de la  thalassopoétique et à la lumière de la pensée contemporaine sur l’autonomie relationnelle.

Maud van der Lier réfléchit à la notion d’agentivité en considérant les agents comme des systèmes intégrés à dessein dont l’autonomie est toujours influencée par un cadre dynamique de trois facteurs. Plus précisément, cela signifie que l’autonomie d’un agent est façonnée par ce que cet agent expérimente au fil du temps en interagissant avec son environnement en tant que système de jetons d’un type spécifique. J’appelle cette forme d’autonomie “déterminabilité indéterminée” et je soutiens que le modèle établit la norme pour l’attribution d’un pouvoir aux systèmes artificiels qui pourrait encore être acceptable pour les philosophes.

Pauline Hachette adopte une perspective écologique dans laquelle nos rêves d’émancipation et d’autonomie semblent avoir conduit, pour une part, à une vision instrumentale du monde, niant l’agentivité des non-humains réduits au statut de ressources. Subjectivement, cette perspective nous donne le sentiment d’une expérience lacunaire, où le monde perd sa pleine dimension matérielle. L’écopoétique cherche à redonner une conscience et une expérience de ses entrelacs de relations qui nous fabriquent. Plus qu’un anthropodécentrisme, les textes que nous étudions (Matthieu Duperrex, Florence Jou) offrent ainsi, par leur invention compositionnelle et langagière, des voies possibles pour ressaisir cette situation intriquée qui est la nôtre.

Irène Leroy-Ladurie s’incrit dans la perspective des disability studies, pour proposer une étude de ce que la cécité fait à la bande dessinée, en tant que médium mixte et multimodal. En mettant en exergue les codes graphiques du neuvième art, entre visible et invisible, le personnage aveugle chez Will Eisner ou dans les autopathographies du handicap met en exergue de manière spéculaire le dispositif même du récit iconotextuel. Plus encore, un dispositif de dismédiation pour les personnes non-voyantes comme Shapereader d’Ilan Manouach (2014), interroge l’idée même de figuration et de performance de lecture. Face à la perte d’autonomie, le médium se recompose de manière spéculaire ou expérimentale, en proposant des modes alternatifs de relation à l’œuvre d’art.

Matteo Mossio est spécialiste des sciences de la vie, où la notion d’autonomie est à l’œuvre dans les perspectives théoriques et philosophiques qui soulignent les capacités d’autodétermination de tous les êtres vivants, en opposition à conception mécaniste majoritaire. La notion d’autonomie naturelle permet de penser l’individuation biologique de façon originale, en fournissant un fondement aux dimensions fonctionnelle et normative qui la caractérisent. Aussi, l’autonomie est intrinsèquement interactive et agentielle, et se distingue ainsi de toute notion d’indépendance ou isolément. Enfin, l’autonomie naturelle ne peut se comprendre qu’à la lumière de son lien complexe avec l’évolution et l’histoire

Meddi Khamassi est spécialiste de sciences cognitives. Dans son exposé il a cherché à explorer ce que les travaux sur les mécanismes cérébraux de prise de décision chez l’humain pouvaient apporter à la réflexion sur l’autonomie de choix des êtres humains. En complément des connaissances sur les aspects collectifs de l’autonomie, j’ai synthétisé ici les connaissances actuelles sur la prise de décision individuelle en neurosciences cognitives et en psychologie expérimentale. J’ai en particulier focalisé sur la bascule qui s’opère dans de nombreux contextes familiers entre un mode de décision délibératif, orienté vers des buts explicites, et les automatismes comportementaux. J’ai montré ensuite comment une modélisation mathématique permettait d’en formaliser une autonomie par degrés, ce qui soulève de nombreux enjeux éthiques et sociétaux. Ceci débouche également sur des hypothèses concrètes et testables sur la manière dont les humains intègrent des règles sociales, conventionnelles, personnelles ou même morales dans la modulation de leurs décisions individuelles.

Spécialiste de la blockchain et de l’art numérique, Primavera De Filippi examine l’intersection entre l’art et l’innovation technologique, en s’appuyant sur l’exemple des Plantoids. Les Plantoids sont une forme de vie fondée sur la blockchain qui se présentent comme de nouvelles entités autonomes, aussi bien d’un point de vue opérationnel (grâce à l’autonomie de la blockchain) que d’un point de vue décisionnel (grâce à l’intelligence artificielle). Les Plantoids introduisent une rupture avec le modèle artistique traditionnel, où l’artiste est financé pour donner accès à ses œuvres. Elles soutiennent un nouveau modèle plus focalisé sur les œuvres d’art, qui reçoivent un financement directement par le public et utilisent ensuite cet argent pour embaucher des artistes pour créer des nouvelles œuvres à leur image. Les Plantoids suscitent ainsi des réflexions sur les implications légales de l’autonomie opérationnelle de la blockchain, notamment en matière de personnalité ou de capacité juridique et de responsabilité—des implications qui peuvent s’étendre à de nombreux autres champs d’applications, y compris au-delà du champ artistique.

Dominique Cardon fait quant à lui remarquer que le développement des mondes numériques a radicalement bouleversé l’économie de l’information. À une économie de la rareté, contrôlée par les professionnels de l’édition et des médias, a succédé un monde d’abondance informationnelle aux acteurs multiples. Cette transformation radicale a souvent été interprétée comme un gain d’autonomie, puisque les internautes sont moins soumis à une offre rare, limitée et contrôlée. Ils peuvent désormais accéder, de façon autonome, à des sources et des productions extraordinairement diversifiées. Faut-il cependant parler d’un gain d’autonomie ? Les travaux de sociologie des médias et du numérique constatent, de façon inattendue, que dans ce contexte d’offre considérablement élargie, les internautes continuent de concentrer leur attention vers un segment restreint et limité de producteurs d’informations. Comportement mimétique, soucis de créer des publics partageant une même expérience, conduite grégaire, domestication commerciale des publics, les interprétations de ces comportements hétéronomes sont multiples. Ils montrent que, même dans un contexte où la contrainte d’une offre limitée a disparu, ces comportements collectifs montrent que les logiques particulières de la formation des publics appellent la coordination de l’attention, l’agrégation des attentions et des comportements coordonnés et souvent mimétiques.

Miranda Boldrini analyse le concept d’autonomie dans la réflexion de l’éthique philosophique concernant les vulnérabilités, en particulier à partir du cas du handicap et dans le champ de l’éthique médicale. Premièrement, j’examine comment le concept d’autonomie, traditionnellement considéré comme essentiellement opposé à la vulnérabilité, est devenu central dans la réflexion morale sur les vulnérabilités. Deuxièmement, l’intervention explore d’un point de vue philosophique la distinction entre des conceptions individualistes et relationnelles de l’autonomie. Cette distinction est adoptée afin d’analyser la Convention ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH), soulignant certaines limites de la conception relationnelle de l’autonomie que ce texte adopte. Enfin, je propose une voie alternative à partir de l’éthique du care pour une approche qui intègre l’autonomie dans une perspective de soin.

Catherine Nesci pose la question du care. Les philosophies du soin et de la vulnérabilité ont remis en question l’idée que la moralité ne saurait apparaître que sous un point de vue neutre et universalisable, détaché des personnes, et se sont penchées sur l’importance constitutive du lien dans le développement psychologique et moral de l’être humain. Quelles sont les implications morales et sociales d’une telle critique, notamment pour les sujets vulnérables ou minorés ? Penser les enjeux et les formes d’une approche relationnelle de l’autonomie, comme le fait la philosophie féministe anglo-saxonne, permet de dépasser les oppositions stériles entre autonomie et hétéronomie. Il nous faut ainsi revenir sur la multivalence de l’autonomie comme fait, valeur, capacité et statut. L’œuvre poétique et philosophique de Gloria Anzaldúa (1942-2004), intellectuelle et écrivaine chicana, offre un terreau de réflexion sur l’autonomie relationnelle et le rôle que joue l’ambivalence dans la constitution essentielle d’une capacité d’agir et de juger de manière autonome, par prises de conscience, choix réfléchis et engagements.

Haun Saussy propose de réfléchir à la question de l’autonomie de la décision du patient en médecine. Le respect de l’autonomie du patient— de son intégrité corporelle et de son droit d’accepter ou de refuser les soins— domine l’inventaire des principes de l’éthique médicale, malgré les critiques qui lui ont été addressées du côté du féminisme ou du relativisme culturel. On a clairement montré que l’idéal (ou l’illusion) de l’individu choisissant son avenir relève d’un individualisme caractéristique des sociétés libérales. Mais comment conçoit-on le devoir du médecin dans d’autres types de société? L’investigation présentée ici découle d’un cours d’éthique médicale à l’University of Global Health Equity (Université de l’équité en santé mondiale) à Butare au Rwanda. Par des études de cas— des dilemmes portant sur la fin de vie, sur la compétence juridique, sur le choix de thérapies, et sur le triage— nous avons pu sonder la conscience des médecins en début de carrière. Il en résulte que, sensibles aux changements au sein de la société rwandaise, ils prônent l’autonomie du patient (surtout de la patiente), même au-delà des limites prescrites par la loi. Mais la raison de leur choix relève plus d’un projet collectif et matériel (la solidarité en matière de santé) que du libéralisme selon Kant ou Mill: ce projet a tout à voir avec la réparation des failles de société révélées par le génocide de 1994, toujours présent dans les esprits.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (28 mai 2024). L’autonomie en questions. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qhe


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search