Évaluation en sciences sociales : concept, mesure, comparaison

Colloque organisé par Pierre Livet (Aix-Marseille) et Pascal Bridel (Université Lausanne) du 19 au 22 septembre 2006

Le groupe « Raison et rationalités » réunit des spécialistes de la plupart des sciences humaines et sociales et consacre ses efforts de réflexions et de recherches à l’épistémologie des sciences humaines. Il s’agit du XIIe Colloque du Groupe « Raison et Rationalités ».

Participants

Gérald Berthoud, Pascal Bridel, Giovanni Busino, Jacques Coenen-Huther, Muriel Dal-Pont, Alexandre Flückiger, Pierre Livet, Alain Papaux, Jean-Claude Passeron, Denise Pumain, Françoise Schenk, Henri Volken

 

Compte-rendu

A la faveur des découvertes les plus récentes dans les sciences cognitives comme en neurobiologie, la cognition humaine s’éprouve participer au premier chef de la comparaison, rejoignant en cela aussi bien une constante des plus vénérables de la philosophie occidentale qu’une préoccupation les plus contemporaines des sciences managériales : le benchmarking.

Par ailleurs, la notion de mesure a reçu, depuis l’avènement de la science moderne au moins, une acception (quasi) exclusivement quantitative. Quels fruits a-t-elle portés en sciences humaines et sociales ? Celles-ci ont-elles gagné en exactitude, voire en prévisibilité, se rapprochant de la sorte du modèle canonique de la science, facilitant le cas échéant les échanges avec les sciences de la nature ? Ou les sciences humaines et sociales continuent-elles de cultiver leur originalité, une pensée oeuvrant avec le qualitatif principalement, laissant de la sorte béant l’espace entre les « deux cultures » (à savoir ces sciences et les sciences « dures ») que I. Prigogine et I. Stengers invitaient, au rebours, à combler suivant le titre de leur ouvrage fameux La nouvelle alliance ?

Le colloque a permis de répondre « différentiellement » et originellement à ces interrogations.

D’une certaine manière, étonnante, nous l’apprîmes dès les premières heures du colloque, celui-ci débutant par une intervention fouillée sur la théorie mathématique de la mesure, démontrée dès l’abord « équivoque » ou plurivalente. Les sciences humaines et sociales se trouvèrent d’entrée de cause « libérées », voyant que la pluralité de significations des notions les plus fondamentales de leur propre champ ne constituait en rien un défaut mais, tout au contraire, un potentiel fécond que déclinèrent les conférences suivantes. Toutes conclurent, à ce titre, qu’il n’est pas de théorie sans mesure ni de mesure sans théorie, dût-on parfois réduire les réalités au seul modèle, suivant les interventions des économistes.

Les conclusions de la psychologie éclairée par la neurobiologie, à savoir que l’humain divise pour identifier et rassemble pour comprendre, témoignent d’une convergence entre la cognition humaine en général, telle qu’exercée couramment, et la pratique de la recherche (heuristique).

Les géographes confirmèrent ce va-et-vient incessant entre les parties et le tout ainsi qu’entre les réalités et le modèle, donnant plein relief au constat que le tout toujours excède la simple somme des parties : il y a des propriétés émergentes, sorte de mixtes ou d’hybrides de quantitatif et de qualitatif. Les sciences humaines étant de longue date familiarisées avec ce « saut qualitatif », ainsi qu’en témoignèrent les sociologues et anthropologues présents, elles détiennent une expertise du plus haut intérêt pour les sciences de la nature.

Les juristes étudièrent eux aussi la présence des raisonnements qualitatifs appuyés sur des données quantitatives, analyses multicritères pour l’évaluation des politiques publiques ou encore pour la détermination du concept constitutionnel de « développement durable » fondé sur une pluralité d’indices hétérogènes. En présence de concepts aussi indéterminés (open textures), s’imposent les idées de casuistique, de catégories gradualistes et de raisonnements bottom-up, soit un jeu complexe de mesures, de comparaisons et de théorisations (concepts).

Les sociologues confirmèrent abondamment cette « plasticité » des catégories de pensée, tout en montrant qu’elle ne participe nullement d’un quelconque relativisme.

La présence d’un tour d’esprit algorithmique a également été relevée par les philosophes, via les analyses multicritères et les recherches sur les émotions notamment, et par les économistes, les uns et les autres ayant montré d’une manière tout à fait originale les limites des modèles : il s’agit moins de l’inadéquation du modèle au réel – ce dernier n’étant au reste pas toujours bien connu parce que mal ou pas documenté – que d’une fascination pour le modèle telle que la question du réel vient à disparaître, privant par là la question de l’adéquation du modèle aux réalités de toute pertinence. Le modèle « fait » alors le réel, partant ne le modélise plus. C’est pourquoi la casuistique recouvre aujourd’hui une si forte actualité, ramenant la pensée vers le concret et les questions pragmatiques.

L’intervention de J.-Cl. Passeron offrait une très puissante synthèse de ces différents tendances et constats, tout en ouvrant sur un vaste horizon de nouvelles recherches, tel qu’en porte témoignage son ouvrage collectif sur la casuistique (Penser par cas. Raisonner à partir des singularités, Enquête EHESS 2005). Ce thème commence de sourdre dans maintes branches, se trouvant à la pointe de la recherche en histoire, histoire médiévale, droit romain, droit anglo-américain, philosophie empiriste et conséquentialiste anglo-saxonne, commençant d’irriguer l’ensemble des sciences sociales et humaines.

En bref, les différentes interventions et discussions tout en reconnaissant l’intérêt incontestable des modèles mathématiques statistiques pour les sciences humaines et sociales ont établi que les résultats ainsi obtenus débouchent immanquablement sur des interrogations qualitatives à la portée éthique et politique marquée. L’alliance des deux cultures mentionnées s’éprouve en cela d’une impérativité toujours plus pressante.