La Méditerranée (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), pour une Méditerranée connectée

Grand séjour d’étude organisé par Laetitia Graslin-Thomé et Arianna Esposito du 1er au 6 avril 2024.

Participants

Damien AGUT (CNRS, Centre Roland Mousnier – Nanterre, France), Alexandre BARALIS (Musée du Louvre – Paris, France), Stevens BERNARDIN (UMR 8167 Orient et Méditerranée – IVRY SUR SEINE, France), Corinne BONNET (Université Toulouse – Jean Jaurès  – Toulouse, France), Anna CANNAVO (CNRS, laboratoire HiSoMA, MOM – Lyon, France), Fabienne COLAS-RANNOU (Université Clermont Auvergne – Clermont-Ferrand, France), Anna-Maria DESIDERIO (Université de Paris Ouest, Nanterre La Défense – Nanterre, France), Arianna ESPOSITO (Université de Bourgogne, UMR 6298 ARTEHIS – Dijon, France), Sabine FOURRIER (HiSoMA-UMR 5189. Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux – Lyon cedex 07, France), Laetitia GRASLIN (Université de Lorraine, Institut Universitaire de France – Nancy, France), Ariane GUIEU-COPPOLANI (Sorbonne Université – Paris, France), Christian MAZET (Université Libre de Bruxelles – CReA-Patrimoine – Bruxelles, Belgique), Réjane ROURE (Université Paul Valéry Montpellier 3 – MONTPELLIER, France), Aliénor RUFIN-SOLAS (MSHS Poitiers, Université de Poitiers – Poitiers, France)

Résumé 

Péninsule de Sorrente, baie de Naples, Italie.

Péninsule de Sorrente, baie de Naples, Italie. © Arianna Esposito.

Ce séjour a rassemblé douze chercheurs, historiens, historiens de l’art et archéologues, travaillant sur les différentes civilisations qui bordaient la Méditerranée antique (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.). Notre équipe rassemblait trois post-doctorants, des membres du CNRS, des Universités, du musée du Louvre, et se veut représentative de la diversité du monde que nous étudions. Nous avons travaillé à l’élaboration d’un ouvrage de synthèse destiné à présenter la Méditerranée antique comme un espace à la fois divers et connecté, en insistant sur les contacts, mais également sur les spécificités de chaque région.

Abstract

This study period involved twelve researchers, historians, art historians and archaeologists, working on the various civilizations that had marked out the ancient Mediterranean (8th-7th centuries BC). Our team included three post-doctoral students, members of the CNRS, universities and Louvre Museum, and we aimed to be representative of the diversity of the world we were studying. We worked on a synthesis book that seeks to present the ancient Mediterranean as a space that is both plural and interconnected, emphasizing contacts but also the specific features of each region.

Compte rendu

L’idée du programme de recherche qui nous a conduit à la Fondation des Treilles est issue d’une discussion entre les deux organisatrices, Arianna Esposito, archéologue, travaillant sur la Grande Grèce et la Méditerranée occidentale, et Laetitia Graslin-Thomé, historienne, travaillant sur le Proche-Orient.

À première vue, et à regarder l’organisation de la recherche contemporaine, rien ne devait les conduire à collaborer. Historiens et archéologues travaillent et publient dans des mondes relativement cloisonnés, leurs méthodologies et leurs problématiques sont différentes, leurs étudiants ne se mêlent bien souvent pas. Quant au monde méditerranéen, si F. Braudel a, depuis longtemps, aidé à prendre conscience de son unité à l’époque médiévale, celle-ci n’apparaît pas dans les publications portant sur l’Antiquité. Il faut dire que les civilisations qui l’entourent sont très variées : qu’il y a-t-il de commun entre l’Égypte plurimillénaire et la Grèce, à peine sortie de ce que l’historiographie appelait encore, il n’y a pas si longtemps, les « âges obscurs » ; entre les peuples sans écriture de l’Espagne, du sud de la France ou de la Thrace, et les Phéniciens, inventeurs de l’alphabet ? Entre la riche Italie du Sud et la Judée, pauvre et enclavée ? À cette variété des peuples et des civilisations s’ajoute la grande disparité des sources à partir desquelles écrire leur histoire : Égypte et Mésopotamie sont des civilisations de l’écriture, et les historiens disposent, pour mieux les connaître, de nombreux témoignages textuels. Ailleurs, l’essentiel des témoignages sont archéologiques et leur interprétation demeure parfois complexe. Sur ces réalités différentes se sont donc construites des disciplines qui, trop souvent, ne communiquent guère. L’égyptologue ne travaille que rarement avec le spécialiste de la Grèce archaïque, l’archéologue spécialiste de l’Espagne ne connaît pas forcément les réalités du Levant ou celles de l’Asie Mineure. D’autres régions, comme la Thrace, ou dans une moindre mesure Chypre ou l’Anatolie, sont considérées des marges et demeurent souvent absentes des synthèses et des manuels, alors qu’elles furent des creusets linguistiques, culturels et d’importantes plaques tournantes du commerce. La Méditerranée antique s’en trouve, dans l’esprit des historiens, des archéologues comme des étudiants, cloisonnée, alors même qu’elle était, dans l’Antiquité, une voie de communication d’importance majeure, par laquelle transitaient hommes, marchandises et savoirs.

De cette constatation paradoxale est issue l’idée du projet qui nous a amenés aux Treilles. Nous préparons un ouvrage collectif destiné à proposer aux étudiants une synthèse sur la Méditerranée aux VIIIe-VIIe siècle av. J.-C., en examinant un large éventail de questions à l’aune des nouvelles approches qui ont marqué l’évolution récente de nos disciplines.

Cette période nous a paru être celle de la mise en place des grands équilibres qui façonneront, par la suite, le monde antique. Ces deux siècles sont en effet ceux de l’« explosion » des contacts : la pression assyrienne se fait plus pressante au Levant et incite à l’expansion phénicienne en Occident, précédant de peu l’établissement des contacts commerciaux avec l’Égypte, l’Italie ou l’Espagne, puis les débuts d’installations stables et de fondations de cités grecques en Italie méridionale notamment. C’est également le temps de l’émergence de nouveaux pôles, en Espagne, Judée, Étrurie…, et de la mise en place d’institutions nouvelles, comme la cité en Grèce, les empires orientaux, les aristocraties en Italie. Des évolutions sociales semblent avoir lieu, de manière plus ou moins synchrones, sans être connectées. C’est également le temps de la diffusion des grandes innovations comme l’écriture.

L’hétérogénéité de la documentation, de la bibliographie et des civilisations traitées, impossible à maîtriser par un seul chercheur, a d’emblée imposé une démarche collective. Nous avons ainsi rassemblé une équipe d’historiens, d’historiens de l’art et d’archéologues, spécialistes de toutes les régions qui bordent la Méditerranée, et leur avons proposé de rédiger un ouvrage collectif de synthèse accessible à tous, dont l’objet serait la Méditerranée dans son ensemble, par-delà les habituels clivages académiques. Notre équipe se veut représentative, autant que possible, de l’ensemble des civilisations présentes autour de la Méditerranée. L’Égypte, la Mésopotamie, le Levant ou la Grèce, étudiés respectivement par Damien Agut-Labordère (CNRS), Laetitia Graslin-Thomé (Université de Lorraine, IUF), Stevens Bernardin (Post-doctorant, Orient et Méditerranée), Arianna Esposito (Université de Bourgogne) et Ariane Guieu-Coppolani (Université Sorbonne), sont des civilisations de l’écriture, étudiées tant par les historiens que par les archéologues. Mais en Orient, Chypre ou l’Anatolie, respectivement étudiés par Sabine Fourrier (CNRS), Anna Cannavo (CNRS) et Fabienne Colas-Ranou (Université de Clermont Auvergne), constituent des plaques tournantes qui ne pouvaient être négligées. Entre monde grec et Orient, les Thraces, souvent oubliés, étaient à l’inverse fortement représentés par Aliénor Rufin-Solas (Université de Lorraine) et Alexandre Baralis (musée du Louvre). Quant à la Méditerranée occidentale, elle va de la Péninsule ibérique, au centre des recherches d’Élodie Guillon (post-doctorante à l’Université de Toulouse), Massimo Botto (CNR-ISMA, Istituto di Studi sul Mediterraneo Antico) et Corinne Bonnet (Scuola Normale de Pise) – absents aux Treilles en raison d’engagements professionnels, mais ayant contribué au plan général et aux échanges préalables –, à la Gaule, domaine d’expertise de Réjane Roure (Université de Montpellier), et à l’Italie, étudiée par Arianna Esposito (Université de Bourgogne), Christian Mazet (Université libre de Bruxelles, post-doctorant) et Anna Maria Desiderio (Université Paris Nanterre, post-doctorante, en visio pour des raisons de santé).

La formation de cette équipe a constitué une première étape, puisqu’il fallait rassembler des collègues désireux de s’impliquer dans un projet un peu téméraire : nous ne souhaitions pas rédiger un ouvrage qui reproduirait les clivages habituels, en isolant chaque aire culturelle dans un chapitre dédié. Nous souhaitions plutôt construire un ouvrage thématique, pour lequel chaque chapitre tenterait de rendre compte de la diversité des réalités de part et d’autre de la Méditerranée. En d’autres termes, il s’agit d’adopter une perspective comparative transméditerranéenne, dépassant le découpage de la Méditerranée en petites unités interconnectées – comme c’était le cas par exemple dans l’ouvrage de P. Horden et N. Purcell, The Corrupting Sea, publié en 2000 –, permettant d’articuler les échelles et les milieux culturels afin de « décentraliser » l’histoire de la Méditerranée et de mettre en lumière des connexions inédites. D’autre part, nous souhaitons intégrer l’apport non seulement des différentes sciences humaines, mais aussi des méthodes scientifiques appliquées à l’archéologie, les archéosciences.

Cette démarche ambitieuse nécessite une parfaite coordination entre les différents contributeurs avec nombre d’échanges et de débats. Nous nous sommes rapidement rendu compte que nous ne connaissions qu’un lieu qui permette un tel travail : la Fondation des Treilles. Nulle part ailleurs, en effet, il n’est possible de rassembler une équipe d’une douzaine de personnes, entièrement consacrées aux discussions autour d’un projet commun, dans un cadre qui invite au dialogue et à l’interdisciplinarité. Mais nous savions aussi qu’il fallait préparer ce séjour de la manière la plus soigneuse possible.

Nous avons donc organisé deux journées d’étude en 2023, sur des thèmes qui seront des futurs chapitres importants du livre. L’une, à Dijon, était consacrée à l’écriture, à ses agents et à la « matérialité » des objets écrits. Elle a permis de mettre l’accent sur les contextes physiques, sociaux et technologiques de l’écriture, en montrant comment l’étude de la fonction des objets et des contextes d’utilisation peut éclairer des questions plus larges. L’autre, à Nancy, était axée sur les matières premières (ressources, circulations, techniques) : nous avons abordé à la fois les routes des échanges, les éventuelles évolutions dans l’intérêt pour des matériaux et des matières premières (développement de la métallurgie du fer, introduction de nouvelles espèces végétales ou animales, culture de la vigne, de l’olivier et d’autres denrées, …), ou l’évolution des usages (remplacement de certaines espèces végétales ou animales par d’autres, travail de certaines pierres, de l’ivoire, …). À l’issue de ces deux journées fructueuses, nous savions comment nous voulions construire le travail collectif. Plusieurs réunions entre les deux coordinatrices ont permis l’élaboration du plan, qui a ensuite été nourri par chacun, pour sa zone d’expertise, via un tableau partagé en ligne. Enfin, chaque participant s’est vu attribué le programme et la coordination de certaines sous-parties.

Dès notre arrivée aux Treilles, nous savions ce qu’il nous fallait faire : reprendre l’ensemble du plan et nourrir chaque sous-partie des données disponibles dans chaque aire géographique. Le tableau partagé avait déjà préparé le travail, mais il restait à mettre d’accord l’ensemble des participants sur ce que l’on souhaitait dire, dans chaque sous-partie, et mettre en dialogue toutes nos expertises. Ce n’est pas un travail aisé, tant la nature des sources, les problématiques et les méthodologies divergent. Ailleurs qu’aux Treilles, la tâche aurait peut-être été irréaliste. Aux Treilles, nous sommes parvenus à alterner réunions plénières de discussion sur chaque thème et ateliers restreints, lors desquels nous élaborions, jusqu’au moindre détail, le plan et la progression de chaque rubrique. Les discussions ont parfois été animées, comme sur la place à accorder à l’apparition de la cité grecque, phénomène politique majeur pour les uns, épiphénomène pour d’autres, habitués à raisonner à l’échelle des empires. Nous avons parfois eu du mal à nous comprendre, comme lorsque les termes de « colonisation » ou d’« art orientalisant », problématiques pour les uns, communs pour les autres, ont été discutés. Au fil de nos débats, nous avons ainsi compris combien certains termes qui paraissaient univoques recouvraient de fait des réalités bien différentes d’une rive à l’autre de la Méditerranée. Ainsi, l’échange est, pour ceux qui travaillent sur l’Égypte et la Mésopotamie, une activité avant tout économique, reposant sur un instrument qui joue le rôle de monnaie. Ailleurs, comme en Thrace, c’est avant tout une affaire de statut entre participants. À l’inverse, nous avons également compris combien le vocabulaire utilisé par chacun invitait à imaginer des réalités différentes, là où elles ne l’étaient pas nécessairement : ainsi, appeler des personnages « rois », « chefs », « princes » ou « aristocrates », conduit à imaginer des structures politiques différentes, avant même de les avoir étudiées.

Lors de ce séjour, nous avons beaucoup discuté, beaucoup partagé nos expertises, organisé nos idées, assemblé nos connaissances. Nous en revenons avec le canevas extrêmement précis du livre à écrire, l’ensemble de la matière rassemblée, un planning rigoureux. Mais plus encore, nous en revenons avec une méthode de travail, une idée commune du livre que nous voulons produire, et un regard nouveau sur une Méditerranée connectée que nous sommes désormais impatients de partager avec nos futurs lecteurs.



Citer ce billet
ldiebold (2024, 14 mai). La Méditerranée (VIIIe-VIIe s. av. J.-C.), pour une Méditerranée connectée. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o3a

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search