Le XIXe siècle, notre contemporain ?

Séminaire organisé par Johann Chapoutot (Sorbonne Université) du 20 au 25 novembre 2023.

 

Participants·es

Johann CHAPOUTOT (Sorbonne Université – Paris, France), Quentin DELUERMOZ (Université Paris Cité – Paris, France), Delphine DIAZ (Université de Reims Champagne-Ardenne – Reims, France), Aurélia DUSSERRE (Université d’Aix-Marseille – Aix-en-Provence, France), Caroline FAYOLLE (Université de Montpellier – Montpellier, France), Emmanuel FUREIX (Université Paris XII, Paris – France), Arnaud HOUTE (Sorbonne-Université – Paris, France), François JARRIGE (Université de Bourgogne, Dijon, France), Anne KWASCHIK (University of Konstanz – Konstanz, Allemagne), Mathilde LARRERE (Université Gustave Eiffel – Marne-la-Vallée cedex 2, France), Claire MILON (Université de Strasbourg – Strasbourg, France), Mathilde ROSSIGNEUX-MEHEUST (Université LYON 2 Lumière – Lyon, France), Romy SANCHEZ (IRSH – CNRS – Paris, France), Natalie SCHWABL (Sorbonne Université – Faculté des Lettres – Paris, France), Pierre SINGARAVÉLOU (Université Paris I – Paris, France).

Résumé

Maschinenbau Anstalt Borsig, Berlin Chausseestraße, 1847, Karl Eduard Biermann.

Le séminaire organisé par Johann Chapoutot qui s’est déroulé à la Fondation des Treilles du 20 au 25 novembre 2023 a été consacré à une redécouverte du XIXe siècle : siècle de grandes questions, notamment « nationale » et « sociale », siècle de grandes doctrines émancipatrices, siècle de possibles (non advenus), siècle intellectuel, il est pourtant souvent méconnu du grand public, car occulté dans l’enseignement secondaire. Le séjour aux Treilles a permis de reconnaître, d’interpréter et de comprendre le caractère fondamental de ce XIXe siècle qui apparaît triplement comme notre contemporain : par les tendances lourdes (économiques, sociales, culturelles) qui le structurent et qui se prolongent jusqu’au XXIe siècle ; par les questions qu’il se pose ; par les réponses qu’il apporte, et dont nous pourrions bénéficier.

Summary

The seminar organized by Johann Chapoutot (Sorbonne University), which took place at the Fondation des Treilles from November 20 to 25, 2023, was devoted to a multidisciplinary study of the 19th century: a century of great questions, especially the “national” and “social” one, a century of great economic and social doctrines, a century of possibilities (often unattained), an intellectual century, it is nevertheless often neglected or even undervalued and misunderstood by the general public, as it is, especially in secondary education, overshadowed by the great events of the 20th century. Our stay at Les Treilles enabled us to recognize, interpret and understand the fundamental character of this 19th century, which appears to be our contemporary in three ways: through the major trends (economic, social, cultural) that not only structure it, but extend it into the 21st century; through the questions that are being brought up; and through the answers it provides, from which we could benefit nowadays.

Compte rendu

« Siècle du progrès » et « âge de la régression » – de quelles manières les contemporanéités du XIXe siècle peuvent-elles être représentées ? C’est par cette question-là que les réflexions lors de notre séminaire aux Treilles ont commencé. Si « le XVIIIe siècle propose, le XIXe siècle conclut », une réflexion sur les concepts est nécessaire afin de trouver des réponses à ces questions.

Âge de la réflectivité et de la conscience de soi (en allemand Selbstbewusstsein), siècle de la grande forge, comme l’indique le terme allemand de Gründerzeit, le XIXe siècle est aussi l’âge de la métaphysique, c’est-à-dire de la recherche de principes et de causes, du souhait explicite d’acquérir des connaissances rationnelles, de voir ce qui se cache derrière le monde visible et chaotique. Nous pouvons observer une coexistence maximale des modes de vie les plus variés et des anthropologies les plus diverses dans le XIXe siècle, cet « âge des possibles » arasé par la Grande Guerre. En prenant l’exemple de l’Allemagne, Johann Chapoutot (Sorbonne Université) montre à quel point la nouvelle modernité peut être épouvantable : c’est un pays qui entre en convulsion sociale, géographique, topographique, démographique, anthropologique et culturelle – la modernité devient pathologique, presque criminelle. L’Allemagne est sujette à une énorme explosion démographique et urbaine lorsque sa population passe de 40 à 67 millions d’habitants en 44 ans. Ce surgissement brutal d’une forme de peuplement inédit, inaugure la « ville monde », la ville géante, « la très grande ville », Großstadt, avec Berlin au cœur de la modernité allemande. Cette modernisation accélérée et destructrice explique pourquoi le nouvel objet en Allemagne devient, par conséquent, la société : avec Ferdinand Tönnies, Georg Simmel et Max Weber, se développe le passage de la Gemeinschaft à la Gesellschaft. Pour faire le lien au XXe siècle, le nazisme est un phénomène culturel et anthropologique qui révèle des tendances lourdes de notre modernité depuis la seconde moitié du XIXe siècle (racisme, antisémitisme, darwinisme social, extractivisme).

Le XIXe siècle est centré sur une Europe avec plusieurs liens au contemporain, comme le montrent les notions qui s’y sont développées, par exemple le libéralisme, l’histoire, la culture, etc., qui sont encore très fonctionnels aujourd’hui et qui incluent de grands problèmes auxquels nous sommes confrontés au XXIe siècle, comme les nationalismes et l’environnement. Les processus de nationalisation, incluant une transformation du rapport au politique et aux institutions (visible chez la police par exemple), en fait également partie, comme l’exposent notamment Quentin Deluermoz (Université Paris VII) et Arnaud Houte (Sorbonne Université). La construction du métier de gendarme au XIXe siècle par exemple tisse un lien entre État et société ; une demande de sécurité qui venait du bas et une acceptation croissante de l’État, même une demande d’État, peuvent être observées. En même temps, révèle Delphine Diaz (Université de Reims), le premier XIXe siècle (1820-1860) fut un laboratoire de catégorisation des étrangers ; les catégories d’« amis » et d’« ennemis » furent construites et reconstruites.

Ces transformations et métamorphoses mènent aussi à des nouveaux types de mouvements révolutionnaires : les modèles précédents de révolution sont rejetés, et se développent par exemple des révolutions qui s’arrêtent au milieu (en Roumanie) et des révolutions inversées. Mathilde Larrère (Université de Marne-la-Vallée), en montrant des graffitis avec des citations faisant allusion aux révolutions du XIXe siècle, notamment 1871, dans les mouvements sociaux contemporains, trace la manière dont les luttes sociales de spectacularisent.

Siècle de multiples révolutions industrielles et sociales, le XIXe siècle inaugure aussi un nouveau régime énergétique dont nous devons désormais nous émanciper alors que fleurissent les appels à la « décarbonation » et aux « transitions écologiques », comme le démontre François Jarrige (Université de Dijon). Cette interpellation du présent conduit les historiens à repenser en profondeur les trajectoires historiques en s’écartant des récits téléologiques longtemps dominants, en explorant les rythmes, inégalités et formes du processus, en partant aussi en quête des chemins de traverse qui n’ont cessé d’être expérimentés. Sans offrir de solution aux impasses actuelles, les relectures en cours du XIXe siècle font de cette époque notre contemporain. Elles permettent de mieux poser les enjeux et les problèmes en examinant conditions de l’entrée dans l’âge des énergies fossiles, en redécouvrant les réflexivités environnementales autour des pollutions et de l’épuisement des ressources fossiles, en faisant émerger des pratiques et des débats oubliés qui peuvent nous aider à nous orienter entre actualité des enjeux et exotisme des pratiques.

En tant que siècle de la dialectique et de la coexistence de phénomènes hétérogènes, les signes et les monuments ont été une force instituante. Emmanuel Fureix (Université Paris XII) expose le lien entre gestes iconoclastes et conscience patrimoniale, en revenant aussi sur l’enjeu des progressistes versus réactionnaires. Denis Crouzet, dans Les Guerriers de Dieu, donne l’exemple des Protestants qui veulent « démagifier » (entzaubern, ce qui ne signifie pas « désenchanter ») le monde contre la magie catholique. Ils démagifient en purgeant, et mettent ainsi le divin à l’épreuve dans les gestes iconoclastes (voir Olivier Christin), ce qui peut être décliné en trois « symptômes » : le symptôme d’une volonté de décoloniser l’espace public d’une blessure mémorielle et visuelle ; le symptôme d’une volonté de transformer les rapports de domination et de pouvoir autour de monuments non seulement mémoratifs mais également de positionnement de pouvoir ; ainsi que le symptôme d’une crise du culte du grand homme (génie national). Le « protagonisme révolutionnaire », retrouvé dans le XIXe siècle à maintes reprises, se définit par des individus qui revendiquent leurs gestes – qui, par conséquent, participent à l’histoire collective et, parfois, demandent reconnaissance.

Les temporalités croisées, les distorsions, tensions et discordances des temps du XIXe siècle, nous ont amenés, lors de notre séjour aux Treilles, à chercher les échos, les continuités et les circularités entre le XIXe siècle et le nôtre. Nous avons pu retrouver un XIXe siècle vivant et ouvert, qui est devenu – à travers les exposés sur les évolutions ou involutions sociopolitiques, industrielles, écologiques, intellectuelles et culturelles – plus humain.



Citer ce billet
ldiebold (2024, 15 avril). Le XIXe siècle, notre contemporain ? Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w820

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search