La signature de l’acteur XIIIe-XVIIe siècle

Séjour d’étude de Marie Bouhaïk-Gironès (CNRS), du 4 au 16 mars 2024.

 

Résumé

Le théâtre comique au Moyen Âge : la Farce de Maître Pathelin (source. Gallica. Bibliothèque nationale de France).

Le séjour de quinze jours que j’ai effectué à la Fondation des Treilles m’a permis d’avancer de façon significative dans l’écriture d’un article de recherche intitulé La signature de l’acteur (XIIIe-XVIIe s.). L’objet du séjour était de prendre le temps d’une réflexion approfondie et renouvelée sur les notions de signature, d’anonymat et de notoriété dans le champ théâtral ancien. L’article vise à renouveler l’analyse de l’anonymat des pièces de théâtre comme des régimes anciens de l’auctorialité par le prisme du jeu de l’acteur.

Summary

The two-week stay I spent at the Fondation des Treilles allowed me to make significant progress in writing a research article entitled The actor’s signature (13th-17th centuries). The purpose of the stay was to take the time for in-depth and renewed reflection on the notions of signature, anonymity and notoriety in the ancient theatrical field. The article aims to renew the analysis of the anonymity of plays and ancient regimes of authorship through the prism of the actor’s performance.

Compte rendu

Le séjour de quinze jours que j’ai effectué à la Fondation des Treilles m’a permis d’avancer de façon significative dans l’écriture d’un article de recherche intitulé La signature de l’acteur (XIIIe-XVIIe s.). L’objet du séjour était de prendre le temps d’une réflexion approfondie et renouvelée sur les notions de signature, d’anonymat et de notoriété dans le champ théâtral ancien, notions abordées de façon différentes par les historiens, les anthropologues, les sociologues, les littéraires et les historiens de l’art. L’article vise à renouveler l’analyse de l’anonymat des pièces de théâtre comme les régimes anciens de l’auctorialité par le prisme du jeu de l’acteur.

A l’origine de cette enquête, une découverte documentaire sur la plus connue des pièces de théâtre du XVe siècle, la Farce de Maître Pierre Pathelin, réputée anonyme, rebat sérieusement les cartes du dossier de l’auctorialité théâtrale du XVe siècle. La nouvelle hypothèse permise par ces documents est qu’un nommé Pathelin est l’auteur – et l’acteur – de la farce éponyme. Maître Pierre Pathelin pourrait avoir été un acteur, réputé ou non au moment où il compose la farce, qui écrivait ses propres pièces. Il suivrait en cela Adam de la Halle, il précèderait Molière, et les nombreux acteurs-auteurs des XVe, XVIe et XVIIe siècles. Quelques décennies après lui, Pierre Gringore, acteur réputé, a une intense activité de polygraphe et compose non seulement du théâtre mais de la poésie morale, des textes spirituels, des traités politiques, des pamphlets d’actualité, etc. La stratégie éditoriale de Gringore est extrêmement élaborée. Il s’assure une exceptionnelle diffusion de ses œuvres et de son nom en saisissant les opportunités de l’imprimerie en plein essor et en maîtrisant à merveille l’obtention de privilèges. Il a cependant une conduite toute différente avec ses pièces de théâtre, activité qui lui offre la plus grande des notoriétés et pour laquelle il est starifié très rapidement. En effet, de nombreuses farces, non signées, lui ont récemment été attribuées de façon sûre. Pierre Gringore ne signait donc pas toutes ses pièces de théâtre. Et si Gringore ne signe pas ses textes de théâtre, alors qu’il signe ses autres textes, c’est qu’il les joue. Il ne disjoint pas dans sa stratégie de travail le texte et le jeu. Il signe en jouant. Les acteurs-auteurs signent, en jouant leurs pièces, une œuvre qui va bien au-delà du texte dans le sens réducteur utilisé en général par la critique moderne.

Cependant l’exercice de l’attribution, pour important qu’il puisse être, n’est pas l’enjeu de cette enquête. C’est cette signature particulière de l’acteur qui m’intéresse. Béatrice Fraenkel, qui en a retracé l’histoire du VIe au XVIe siècle, définit la signature comme une « apposition autographe du nom », dans le sens que le terme a pour nous aujourd’hui, ayant valeur à la fois de signe d’identité et de moyen de validation. En ce sens, ces pièces ne sont pas signées. En revanche, si la signature pour Roland Barthes est une affiche (« Je m’affiche, je ne puis éviter de m’afficher »), l’effet de signature, pour l’acteur, n’a pas besoin de l’apposition d’un nom graphique sur un texte. Cela implique de dissocier la fabrique d’un texte comme acte de création et la signature. On le fait plus facilement pour les arts plastiques, moins pour un texte, car la signature graphique semble être un prolongement naturel de l’écriture d’un texte. Il s’agit ici de comprendre que le signe est dans le jeu : nul besoin de l’emblème totémique qu’est la signature (Fraenkel) pour un acteur. En développant l’hypothèse jusqu’à son terme, on peut soutenir que l’acteur Pathelin n’est pas l’auteur de la célèbre farce. Il est la farce lui-même. Il n’est pas l’auteur de l’œuvre, il est l’œuvre elle-même. Il est plus que l’auteur s’il en est l’acteur. La puissance identificatrice de son jeu est bien supérieure à une signature. Elle est tout sauf un anonymat.

L’article dans sa dernière finalité est historiographique et programmatique : Il interroge l’effacement de l’acteur en histoire du théâtre et propose de lui redonner une place centrale dans cette histoire pour la renouveler, dans un basculement d’histoire pragmatique. Parce que le théâtre ne préexiste pas aux acteurs mais que les pratiques des acteurs en constituent l’histoire même, il n’y a pas d’histoire du théâtre qui puisse faire l’économie d’ajuster la focale au cœur de leur travail.

Il s’agit d’une des enquêtes que je considère comme l’une des plus importantes de ma carrière de recherche. Les deux semaines passées aux Treilles m’ont permis d’élargir mes lectures et mes flâneries dans les forêts du domaine m’ont inspiré des réflexions sur la paradoxale difficulté à penser le vivant en histoire du théâtre. J’ai par ailleurs rédigé l’essentiel de l’article, qui, dès qu’il sera totalement finalisé, sera soumis à une revue d’histoire.

Le cadre naturel enchanteur des Treilles, infiniment propice à la réflexion, et les soins de toute l’équipe, offrent des conditions de concentration et d’inspiration exceptionnelles. Le travail de Valérie Dubec-Monoyez, la bibliothécaire, m’a permis de découvrir parmi la sélection de lectures qu’elle avait effectuée à mon intention, des textes de Roland Barthes que je n’avais pas lus. Le séjour a également été l’occasion pour moi de rencontrer Cécile A. Holdban, alors en résidence d’auteur. Prémices d’une amitié, nos échanges sur l’art et l’écriture, entre autres, lors de nos promenades dans le domaine où nous nous sommes longuement et agréablement perdues, ont contribué sans aucun doute à mes élaborations.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (8 avril 2024). La signature de l’acteur XIIIe-XVIIe siècle. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6ms


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search