Ruines, problématiques contemporaines

Séminaire organisé par François-René Martin (École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris / École du Louvre), Alain Schnapp (Université Paris 1 Panthéon – Sorbonne) et Sylvie Ramon (Musée des Beaux-Arts de Lyon/École normale supérieure (LSH) de Lyon) du 27 au 31 mars 2024. 

 

Participants

Isabella ARCHER (Ecole du Louvre – Paris, France), Claire BARBILLON (École du Louvre – Paris, France), Gérard BRUYERE (Musée des beaux-arts de Lyon – Lyon, France), Geneviève GALLIANO (Musée des Beaux-Arts de Lyon – Lyon, France), Rémi HADAD (Ecole du Louvre  –  Paris, France), Sarah HÉQUETTE (Ecole du Louvre  –  Paris, France), François-René MARTIN (Ecole du Louvre  –  Paris, France), Zoé MARTY (Musée d’art moderne et contemporain de Saint Etienne Métropole – Saint-Priest-en-Jarez, France), Eric PAGLIANO (Centre de recherche et de restauration des musées de France – Paris, France), Sylvie RAMOND (Musée des beaux-arts de Lyon – Lyon, France), Anne RITZ-GUILBERT (Ecole du Louvre – Paris, France), Nathan SCHLANGER (Ecole nationale des chartes – Paris, France), Alain SCHNAPP (Université Paris I – Paris, France), Chiara VITALI (ENS – Lyon, France), Hélène ZANIN (Ecole du Louvre – Paris, France).

 

Résumé

« Ruines d’un temple dorique » de Hubert Robert (1783)

Un séminaire de recherche, organisé du 27 au 31 mars 2023 en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Lyon, l’Ecole du Louvre et la Fondation des Treilles, a rassemblé des chercheurs de divers horizons (archéologues, historiens de l’art, conservateurs et artistes) pour réfléchir à la question des ruines, thème qui fait l’objet de l’exposition du musée des Beaux-Arts de Lyon de décembre 2023 à mars 2024. Le séminaire des Treilles vient conclure deux cycles de séminaires et de journées d’étude qui se sont tenus entre 2014 et 2016 à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris et de 2020 à 2023 à l’École du Louvre. Ils ont accompagné la rédaction du livre d’Alain Schnapp, professeur honoraire à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Une histoire universelle des ruines. Des origines aux Lumières (Paris, Éditions du Seuil, 2020).

Dans cet ouvrage, l’auteur donnait à la notion de ruines une signification plus ample et transculturelle, permettant d’élargir la domaine aux cultures extra-occidentales. L’ouvrage s’arrêtait au seuil de la Révolution française. Un des propos du séminaire des Treilles et de l’exposition lyonnaise était d’inclure les XIX-XX et XXIᵉ siècles. Pouvoir travailler et dialoguer avec un des meilleurs spécialistes au monde d’un sujet de très grande ampleur pendant une semaine constituait un très grand privilège et une occasion rare. Si le séminaire des Treilles fut, dans la suite des séminaires parisiens tenus au fil de l’eau un laboratoire pour l’exposition qui allait se tenir, les échanges ont également nourri des travaux plus personnels, ceux menés par les participants de la semaine.    

Dans sa conférence inaugurale, Alain Schnapp est revenu sur l’ambition de son Histoire universelle des ruines : des origines aux Lumières parue en 2020 et son refus d’une définition stricte de la ruine. Objet polyédrique incarnant des rapports complexes au passé, la ruine doit se comprendre, selon Alain Schnapp, comme un vaste champ conceptuel traversé de tensions : mémoire et oubli, nature et culture, matériel et immatériel, présent et futur sont quelques-unes des polarités qui structurent ce champ. Les intervenants ont par la suite développé ces notions à partir d’objets, de périodes et de méthodologies différentes, déclinant des études de cas, des réflexions sur les mediums, des analyses de dispositifs muséologiques et urbains, des analyses typologiques et sémantiques. Plusieurs questionnements communs et thématiques ont émergé, dans les discussions qui suivaient les différentes communications.

 

Summary

A research seminar, organized from March 27 to 31, 2023 in partnership with the Musée des Beaux-Arts de Lyon, the Ecole du Louvre and the Fondation des Treilles, brought together researchers from various backgrounds (archaeologists, art historians , curators and artists) to reflect on the question of ruins, a theme which is the subject of the exhibition at the Musée des Beaux-Arts de Lyon from December 2023 to March 2024. The Treilles seminar concludes two cycles of seminars and study days which were held between 2014 and 2016 at the École nationale supérieure des Beaux-Arts in Paris and from 2020 to 2023 at the École du Louvre. They supported the writing of the book by Alain Schnapp, honorary professor at the University of Paris 1 Panthéon-Sorbonne, A Universal History of Ruins. From Origins to Enlightenment (Paris, Éditions du Seuil, 2020). In this work, the author gave the notion of ruins a broader and transcultural meaning, making it possible to broaden the field to non-Western cultures.

The work ended on the threshold of the French Revolution. One of the aims of the Treilles seminar and the Lyon exhibition was to include the 19th-20th and 21st centuries. Being able to work and interact with one of the best specialists in the world on a very large-scale subject for a week was a great privilege and a rare opportunity. If the Treilles seminar was, following the Parisian seminars held over the course of time, a laboratory for the exhibition that was to be held, the exchanges also nourished more personal work, that carried out by the participants of the week.

In his inaugural conference, Alain Schnapp returned to the ambition of his Universal History of Ruins: From Origins to Enlightenment published in 2020 and his refusal of a strict definition of ruin. A polyhedral object embodying complex relationships with the past, the ruin must be understood, according to Alain Schnapp, as a vast conceptual field crossed by tensions: memory and forgetting, nature and culture, material and immaterial, present and future are some of the polarities which structure this field. The speakers subsequently developed these notions based on different objects, periods and methodologies, including case studies, reflections on mediums, analyzes of museological and urban systems, typological and semantic analyses. Several common and thematic questions emerged in the discussions which followed the various communications.

 

Compte rendu

Interventions :

  • Alain Schnapp (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) « Une histoire universelle des ruines ». Questions.
  • Gérard Bruyère (Musée des Beaux-Arts de Lyon), Geneviève Galliano (Musée des Beaux-Arts de Lyon) « L’antiquarianisme lyonnais au miroir de la ruine visible ou invisible : aqueducs, théâtres et amphithéâtre, autel de Rome et d’Auguste »
  • Anne Ritz-Guilbert (École du Louvre) « Des ruines chez François-Roger de Gaignières »
  • Sarah Héquette (École du Louvre/École pratique des hautes études) « Ruines de la féodalité. Réflexion autour des destructions d’armoiries monumentales en Touraine »
  • Sylvie Ramond (Musée des Beaux-Arts de Lyon/École normale supérieure (LSH) de Lyon) « Les formes de la ruine » Présentation du projet d’exposition
  • Éric Pagliano (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF)) « La métaphore de la ruine dans les processus de création graphique et dans les modes de présentation des dessins »
  • Des ruines dans l’art contemporain (visioconférences)
  • Marc Desgrandchamps, Thomas Lévy-Lasne (artistes)
  • François-René Martin (École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris/École du Louvre) « Des promesses de durée. Les temporalités des ruines contemporaines »
  • Chiara Vitali (École du Louvre/Musée des Beaux-Arts de Lyon) « Vivre au milieu des ruines »
  • Isabella Archer (École du Louvre/Université de Poitiers) « Exposer les ruines dans le musée. Problématiques contemporaines »
  • Zoé Marty (Musée d’art moderne de Saint-Étienne) « Sara Dienes : l’artiste et l’archéologue »
  • Rémi Hadad (Institute of Archaeology Londres) « Habiter les ruines dans le Proche-Orient ancien et néolithique »
  • Nathan Schlanger (École des Chartes) « Les ruines de Fukushima »
  • Hélène Zanin (École du Louvre) « Remarques terminales »

Lors du séminaire des Treilles, un abrégé des ruines a été discuté, aboutissant à la confection d’un « Ruinier » dans le catalogue de l’exposition, dont nombre d’entrées ont été confiées aux participants. Le catalogue de l’exposition reflète largement les discussions et les interventions du séminaire : Formes de la ruine, sous la dir. d’Alain Schnapp et Sylvie Ramond, Lyon-Paris, Liénart, 2023.

 



Citer ce billet
ldiebold (2024, 1 avril). Ruines, problématiques contemporaines. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w52o

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search