Atelier scientifique du projet européen “Bee Research And Virology in Europe” (B.R.A.V.E.)

Colloque organisé par Michel Aubert du 2 au 7 septembre 2005

Participants

Michel Aubert, Brenda Ball, Mark Brown, Mike Carter, Joachim De Miranda, Ingemar Fries, Elke Genersch, Rosie Hails, Jean-Luc Imler, Norberto Milani, Robin F.A. Moritz, Magali Ribière

 

Compte-rendu

L’atelier « BRAVE » (Bee Reseach And Virus in Europe) tenu aux Treilles faisait suite à une réunion scientifique plus large qui avait été organisée par le laboratoire de l’Afssa-Sophia-Antipolis du 24 au 26 avril 2005. Cette première réunion avait rassemblé quelque 70 scientifiques, parmi les meilleurs spécialistes mondiaux des phénomènes qui gouvernent l’infection virale chez les abeilles et autres insectes (réceptivité, latence, immunité, symptômes, pathogénie et impact sur les populations). L’ensemble du projet (en grande partie financé par l’Union Européenne) visait à évaluer le risque et les conséquences, pour l’abeille et les insectes pollinisateurs apparentés, de l’introduction en Europe de virus pathogènes pour ceux-ci. Outre ses retombées scientifiques, ce projet visait aussi une application immédiate : proposer à la Commission Européenne des mesures réglementaires pour prévenir de telles introductions et les gérer si elles survenaient. Les comptes rendus de cette première réunion ont fait l’objet d’une publication (1).

Il faut savoir que les virus sont reconnus aujourd’hui comme une menace pour les abeilles. De plus en plus d’indices s’accumulent pour désigner un des virus de l’abeille, le virus de la paralysie chronique comme responsable d’hécatombes. Plus grave, des virus qui étaient présents dans les populations d’abeilles sans provoquer de dommages significatifs, ont maintenant un impact beaucoup plus fort depuis l’introduction en Europe d’un parasite exotique Varroa destructor. Le Varroa ne se contente pas d’affaiblir l’abeille en prélevant son hémolymphe, il inocule aux stades précoces de l’abeille des virus qui auparavant ne contaminaient en majorité que les abeilles plus âgées. Les ravages sont immenses (et ont souvent été imputés au « Gaucho » !).

Or, sans les insectes pollinisateurs, la majorité des plantes à fleurs ne fructifierait plus – ou fructifierait mal- et beaucoup disparaîtraient. A l’échelle mondiale, 17 000 espèces d’Apoidea, assurent la pollinisation de 25 000 espèces d’angiospermes. Si on se limite à l’Europe, l’abeille domestique (Apis mellifera) assure à elle seule 85% de la pollinisation des cultures. Les enjeux du maintien de la santé du cheptel apicole n’ont donc rien à voir avec l’image sympathique mais vieillotte parfois prêtée à l’apiculture : surpassant largement les enjeux commerciaux des produits de la ruche, la protection du cheptel abeille concerne la sauvegarde de la biodiversité.

Faisant le point des connaissances les plus récentes (celles récapitulées lors de la réunion de Sophia-Antipolis) les 12 participants à l’atelier BRAVE avaient l’ambition d’écrire un ouvrage de référence devant définir le cadre des recherches futures sur les maladies à virus des abeilles.

La répartition des chapitres à écrire avait été faite à l’avance. Mais comme toujours en pareilles circonstances, tous les participants ne sont pas arrivés avec leur chapitre déjà prêt. L’emploi du temps a donc laissé très peu de place à la détente. Ce fut une alternance de réunions éditoriales plénières ou en groupes de travail, de longs moments d’écriture, de relecture critique par les autres auteurs, et de mise en page. Bref, une ambiance studieuse et monacale qui seyait tout à fait au lieu, ambiance heureusement ponctuée par les repas que l’on pourrait aussi caractériser du terme monacal … à condition que ce terme fasse cette fois référence aux moines racontés par Rabelais.

A la fin de la réunion, les participants se sont quittés ayant achevé le plan définitif de l’ouvrage, la ligne éditoriale, six chapitres sur les 11 que devait compter l’ouvrage. Les autres chapitres étaient au moins partiellement rédigés. Le plan de l’ouvrage où figurent en gras les chapitres rédigés, est le suivant :

Title : Virology and the Honey Bee

Chapter 1. Introduction – by the editors.

Chapter 2. Natural history and distribution of honey bee viruses
– by Magali Ribière and Brenda Ball

Chapter 3. Molecular characterisation of honey bee viruses
– by Mike Carter and Elke Genersh

Chapter 4. Detection techniques for honey bee viruses
– by Joachim De Miranda and Brenda Ball

Chapter 5. Impact of virus infection in honey bees
– by Michel Aubert

Chapter 6. Covert infections in honey bees
– by Rosie Hails and Brenda Ball

Chapter 7. Evolutionary epidemiology of virus infections in honey bees
– by Mark Brown and Ingemar Fries

Chapter 8. Innate immunity of insects to infection
– by Catherine Dostert and Jean-Luc Imler

Chapter 9. Honey bee Genomics and Breeding for Resistance to Virus Infections
– by Robin Moritz and Jay Evans

Chapter 10. Overview of the regulatory framework for apiculture
– by Michael Brown

Chapter 11. Conclusions

– by the editors.

Sur la base de ce qui a déjà été fait, « Virology and the Honey-bee » devrait pouvoir être imprimé à la fin de l’année et pourra évidement être consulté dans tous les bons laboratoires d’entomologie et à la bibliothèque de la Fondation Les Treilles.
Il s’agira d’un travail inter-disciplinaire: tous les paramètres gouvernant l’impact des virus sur la santé des abeilles étant abordés. Il s’adressera non seulement à un public d’étudiants et d’enseignants mais aussi aux chercheurs car plusieurs chapitres abordent les besoins de recherches, définissent les conditions nécessaires à des plans expérimentaux cohérents et décrivent précisément certaines techniques, leurs possibilités et leurs limites. Enfin, il ne néglige pas l’aspect réglementaire, mettant l’accent sur les risques induits par les échanges internationaux et les moyens de prévenir ces risques.

(1) Aubert M, Ball B., Fries I., Milani N. and Moritz, – 2005, BRAVE, Bee Research and Virus in Europe, proceedings of the meeting in Sophia-Antipolis (France), 320 pp.