Misia Sert

Dans nos archives il y a… Misia Sert, une égérie de la vie artistique française de la première moitié du 20ème siècle dont l’existence extravagante et fantasque fera grincer bien des dents.

Née Godebska en 1872, Misia Sert, surnommée « l’éminence rose des Ballets russes », est l’amie de nombreux musiciens, poètes, et peintres comme Edouard Vuillard et Pierre Bonnard qui resteront ses plus fidèles alliés.

« Reine de Paris » elle voyage néanmoins beaucoup en Europe, ce dont attestent les lettres que nous vous présentons ici, missives parfois caustiques, toutes adressées à Albert Flament, critique littéraire et artistique dont nous possédons le fonds d’archives.

Mécène avertie et perspicace elle découvre de nombreux talents et fait la pluie et le beau temps auprès des créateurs de l’époque. Elle rencontre à plusieurs reprises André Gide mais également Jean Schlumberger qui décrira dans ses « Notes sur la vie littéraire » un déjeuner chez Misia en compagnie de Paul Claudel en avril 1947. Il y dépeint un « cadre étouffant ; tout ce que le bric-à-brac peut offrir de somptueux, dans un entassement de meubles de Boulle, d’étoffes, d’énormes vases de Chine. Devant la cheminée de gigantesques cristaux de roche et deux têtes d’animaux que j’ai pris pour des bronzes persans. »

A n’en pas douter tout cela devait fortement trancher avec la rigueur et la sobriété protestante…

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (11 mars 2024). Misia Sert. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzyy


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search