Fernand Léger

Dans nos archives il y a… l’appel à un monde nouveau d’un artiste que nous connaissons bien, Fernand Léger, peintre, céramiste et sculpteur dont les œuvres furent collectionnées par notre fondatrice.

En 1946 Fernand Léger rentre en France après cinq années passées aux Etats-Unis et il fait part dans une lettre dont nous possédons le fac-similé et la transcription (exemplaire n°149), de son bonheur de retrouver Paris  et son architecture « sévère, ni trop haute, ni trop basse, juste. Rien de spectaculaire, ça y est, c’est à l’échelle humaine, c’est beau. »

Cette missive sera publiée la même année, avec d’autres lettres autographes de personnalités comme Reynaldo Hahn, Le Corbusier, Paul Claudel ou Tristan Bernard, dans un portfolio illustré par Jean Cocteau, tiré à 300 exemplaires et portant le titre révélateur de « Nouvelles épîtres ».

 A la lecture de ce document, dont le ton est résolument libre, nous appréhendons le désir d’un monde nouveau au sortir de la Seconde guerre mondiale. « Je ne rigole pas, c’est sérieux, le monde doit recommencer à zéro. Il faut un ordre entièrement nouveau. Mon truc a ça de bon, c’est qu’il fait appel à un potentiel tout neuf, jamais utilisé. Folie-Génie, ça rime et ça se mélange. »

On sent ici le frémissement du Pop’art dont Fernand Léger sera l’un des précurseurs…

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (26 février 2024). Fernand Léger. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwn5


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search