Jean Schlumberger pendant la guerre

Le parcours militaire de Jean Schlumberger pendant la Première Guerre mondiale aura été exemplaire.

Engagé volontaire en novembre 1914 au 2 ème Régiment d’Artillerie à pied il sera affecté en décembre de la même année à la 22ème Batterie et rejoindra le front le 1er janvier 1915.

Détaché à la 31ème compagnie d’aérostiers (pilotes de ballons militaires reliés au sol par un câble) son supérieur le Capitaine Vigouroux d’Arvieu ne tarit pas d’éloges à son égard : « [Jean Schlumberger] a assuré le service de l’observation avec une compétence, une conscience et un dévouement parfaits. »

 Il rejoindra ensuite le service de Renseignements de Belfort en mars 1916 puis occupera les fonctions d’officier interprète en langue allemande jusqu’à la fin de la guerre avant d’être cité à l’ordre de la Brigade en avril 1919.

La même année le Capitaine Devoucoux louera son « tempérament de chef » et sa « valeur morale et professionnelle ».

En 1928 Jean Schlumberger écrira dans Mars ou la guerre jugée : « N’est-on pas d’accord sur ceci, que l’on consent à la guerre sitôt qu’on ne veut pas tout ce qui est nécessaire pour qu’elle ne soit plus ? »

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2024, 26 janvier). Jean Schlumberger pendant la guerre. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 2 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vom0

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search