Changement structurel, emploi, productivité et croissance

Colloque organisé par Jean-Luc Gaffard (Institut Universitaire de France) et Pier-Paolo Saviotti (INRA/CNRS) du 16 au 21 juin 2005

Participants

Mario Amendola, Flora Bellone, Bernhard Böhm, Uwe Cantner, Richard Day, Koen Frenken, Jean-Luc Gaffard, Gerhard Hanappi, Jorge Katz, Stan Metcalfe, Patrick Musso, Lionel Nesta, Andreas Pyka, Michel Quéré, Francesco Saraceno, Pier-Paolo Saviotti, Morris Teubal, Bart Verspagen, Ulrich Witt

Compte-rendu

1. Objet

Le séminaire ‘Innovation, Changement Structurel et Développement’ qui s’est tenu aux Treilles du 16 au 21 juin 2005 avait pour objet de faire progresser la connaissance sur les modèles et politiques de croissance en suivant une démarche de type évolutionnaire. L’enjeu était de mettre l’accent sur la dimension endogène de la croissance et des fluctuations et sur le caractère à la fois distribué et déstructurant de l’innovation.

La caractéristique dominante des contributions proposées et discutées a été leur diversité aussi bien thématique que méthodologique. L’enjeu était précisément de tirer avantage de cette diversité pour explorer des lignes de recherche complémentaires et renouveler ainsi l’analyse économique et l’économétrie du changement structurel.

Sans doute la principale critique adressée à ce qu’il est convenu d’appeler le courant dominant en analyse économique est, en fait son uniformité méthodologique impliquant de structurer les raisonnements autour du principe d’optimisation intertemporelle et de l’hypothèse d’anticipations rationnelles. La conséquence de ce choix méthodologique est double. Il conduit à faire l’impasse sur l’impact des déséquilibres associés à des erreurs commises par les agents qui sont considérées comme purement aléatoires et n’appelant pas de révision des plans. Il conduit à éliminer le débat sur les questions de politique économique et à considérer qu’il est préférable d’édicter des règles plutôt que de réaliser des choix discrétionnaires fondés sur des arbitrages entre objectifs éventuellement incompatibles. En contrepoint, les analyses proposées au cours du séminaire ont mis l’accent sur la dimension adaptative et séquentielle du changement et souligné la nécessité de choix discrétionnaires mis en œuvre par les responsables de la politique économique.

2. Résultats

La conviction commune aux différentes contributions et interventions est que la croissance et le développement sont nécessairement la conséquence de l’émergence de la nouveauté et de l’auto – transformation de l’économie. Cette conviction conduit à des changements de perspective sur le plan théorique comme sur le plan empirique.

Le premier volet des contributions et discussions a porté sur le postulat de rationalité, le concept de choix, et les principes d’une analyse de l’évolution hors de l’équilibre (Day, Hanappi, Gaffard). Les notions de rationalité limitée et d’ ‘economizing behaviour’ ont été développées. Le principal point abordé concerne, en effet, les limites cognitives et ses implications sur le processus de décision et sur la nature des relations entre marché et organisation. Les règles routinières, souvent considérées comme ad hoc, reposent solidement sur un principe d’économie dès lors qu’il est reconnu que la recherche d’information prend du temps et exige des ressources. Spécialisation et coopération sont, alors, nécessaires qui traduisent le caractère dispersé de la connaissance. Elles constituent, non seulement, le fondement de la fonction managériale, mais aussi la raison d’être des institutions qui sont caractéristiques d’une économie de marché. Dans ce contexte, cependant, certains environnements seulement soutiennent des évolutions qui conduisent à une connaissance internalisée c’est-à-dire à un choix, d’où l’importance d’identifier ces environnements. La rationalité limitée est consubstantielle d’un cheminement de l’économie hors de l’équilibre dès lors que l’incomplétude de l’information est associée à l’irréversibilité des investissements et à des coûts de production irrécouvrables. Une représentation de la production qui en privilégie les dimensions temporelle et organisationnelle s’impose alors. Les relations productives ne sont plus de simples relations techniques, mais incluent des choix organisationnels. Les institutions prennent une dimension particulière : elles concourent à la détermination des interactions entre marché et organisation.

Le deuxième volet des contributions a porté sur le rôle de la variété et de la demande sur le potentiel de croissance (Witt, Saviotti, Pyka). Il s’agit, d’abord, de réintroduire la dimension évolutionnaire de la consommation impliquant un changement endogène des ensembles de choix. L’interrogation porte, en l’occurrence, sur l’impact des conditions et du degré de saturation des besoins. L’expérience altère la carte d’indifférence, mais des besoins sont irréductibles. C’est ce qui influence la composition de la consommation (qui dépend de la consommation antérieure et du pouvoir d’achat) et par suite celle de l’industrie. Ensuite, au lieu d’opposer des innovations poussées par la technologie et des innovations tirées par la demande, il s’agit de déterminer le jeu conjoint de la technologie et de la demande, la co-évolution entre les technologies et les institutions. Le problème n’est pas seulement de faire de l’accroissement de la variété et de la substitution de produits anciens par des produits nouveaux la cause de l’accroissement de la production. Il est d’identifier les problèmes de coordination qui y sont associés et la façon dont ils sont résolus. La variété et l’existence de cycles de vie des produits et des industries apparaissent alors comme un aspect essentiel du développement et de la croissance.

Le troisième volet des contributions et discussions a porté sur ce que l’on pourrait appeler le puzzle de la détermination de la productivité (Metcalfe, Cantner, Musso, Böhm). La productivité, loin d’être une simple mesure technique de la performance, est le résultat des adaptations à l’intérieur d’une population de firmes hétérogènes. Elle traduit les mécanismes de sélection à l’œuvre au niveau de l’industrie comme au niveau macroéconomique. Elle traduit aussi les variations du taux de dépréciation lui-même commandé par des variables se référant à la stratégie des firmes ou aux politiques économiques. L’essence de la dynamique macroéconomique peut alors s’exprimer dans un modèle réduit à deux équations couplées : une équation de productivité et une équation d’investissement. Le comportement d’investissement, plus ou moins volatile, apparaît alors comme un déterminant important de la performance mesurée par la productivité.

Le quatrième volet des contributions et discussions a porté sur la nature des trajectoires technologiques (Verspagen, Quéré, Nesta). L’étude empirique de technologies qualifiées de génériques qui concernent tous les domaines d’activité fait apparaître une progression finalement assez lente de l’impact de ces technologies sur le niveau de performance de l’économie. La constitution de bases de connaissances est la source de ces performances. Elle peut expliquer les performances boursières des firmes. Elle prend forcément du temps et exige des formes d’organisation spécifiques variables suivant les technologies et les secteurs.

Le cinquième volet des contributions et discussions a porté sur les relations entre localisation, échange et croissance (Frenken, Bellone, Saraceno). Les changements de localisation sont dans la nature de l’évolution. Ils sont un moyen de mieux utiliser les ressources productives. Pour autant, ils sont générateurs de création et de destruction, donc porteurs de distorsions préjudiciables à la croissance. La combinaison de détours de production et de complémentarités de demande apparaît comme un facteur déterminant des processus locaux de croissance.

Enfin, le sixième volet des contributions et discussions a porté sur les problèmes de politique économique aussi bien macroéconomiques que structurels (Teubal, Amendola, Katz). Le point principal au cœur, au moins implicitement, des débats tant dans l’Union Européenne que dans les pays en voie de développement et singulièrement en Amérique Latine concerne le rapport qu’entretiennent les réformes structurelles et les politiques macroéconomiques. Il apparaît que les réformes structurelles, quand bien même elles sont nécessaires, ne sauraient faire figure à elles seules de politique de croissance. Par ailleurs, les politiques de l’innovation tendant à modifier les conditions structurelles de la croissance (notamment l’accès aux ressources) ont une dimension séquentielle : objectifs et instruments diffèrent d’une période à la suivante dans les phases d’apprentissage ou de rattrapage.
Les principaux résultats des travaux présentés et discutés ont été les suivants :

  1. L’évolution est avant tout déterminée par la dynamique des populations (de firmes, de secteurs, de processus de production, de régions) dont il convient d’étudier les paramètres. Cette dynamique traduit le caractère distribué de l’innovation et implique d’en dissocier les dimensions micro et macroéconomique.
  2. La connaissance (technique et de marché) a pour principale caractéristique d’être dispersée et systématiquement contestée. L’importance qui lui est reconnue dans le processus de croissance rend inopérant le concept d’équilibre auquel doit être substitué le concept d’ordre.
  3. Les structures de la production et de la consommation sont déterminées de manière endogène comme conséquence du processus de changement lui-même i.e. de la manière dont l’économie fonctionne hors de l’équilibre.
  4. La mobilité des activités et des compétences qui est au cœur du processus de destruction créatrice est un effet recherché des institutions. Pour autant elle ne requiert pas une forte flexibilité des prix et des salaires qui, hors de l’équilibre, peut mettre en péril la viabilité de l’évolution.
  5. Les politiques économiques (politiques monétaires et budgétaires, politique de concurrence) requises doivent davantage reposer sur des choix discrétionnaires que sur des règles intangibles.

Ils ont, ou vont donner lieu à différentes publications : ouvrages (notamment Amendola M. and J-L Gaffard The Market Way to Riches Edward Elgar 2006) et articles dans des revues (Numéro spécial de la Revue de l’OFCE de juin 2006 – Industrial Dynamics, Productivity and Growth, numéro spécial en cours Journal of Evolutionary Economics).