Jacqueline Hyde

Dans nos archives il y a… Le noir et blanc des clichés d’une grande photographe, Jacqueline Hyde, amie d’Anne Gruner, et disparue il y a tout juste 10 ans…

Née à Berlin en 1922 elle passe son enfance et son adolescence à Paris où elle commence son apprentissage en photographie. Réfugiée en Angleterre avec sa famille après le déclenchement de la seconde guerre mondiale elle s’engage dans la Royal Air Force et effectue des missions pour les services secrets britanniques. Elle devient photographe indépendante dans les années 50 et travaille principalement pour la Réunion des Musées Nationaux et particulièrement pour le musée du Louvre. On retrouve également son nom dans de nombreux catalogues d’expositions de célèbres galeries qui exposent notamment de grands artistes du mouvement surréaliste.

Jacqueline Hyde sera associée à partir des années 60 à la genèse des Treilles et documentera la transformation des paysages et l’évolution du projet architectural de notre fondatrice. Un fond d’environ 5000 photographies conservé aux Treilles permettra d’illustrer l’ouvrage écrit par Anne Gruner en 1979 : Les Treilles, histoire naturelle et humaine d’un dessein.

Notre photographe réalisera en 2005 les photos du premier catalogue de la collection de la Fondation ainsi que la plupart des clichés de ceux qui suivront.

 Prendre un cliché, c’est participer à la vulnérabilité, à la nature instable et mortelle d’un être ou d’une choseSusan Sontag



Citer ce billet
ldiebold (2023, 22 septembre). Jacqueline Hyde. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8j

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search