Antonin Artaud

Dans nos archives il y a… Antonin Artaud, ce Désespéré qui vous parle… (Paule Thévenin)

Dans une lettre du 17 septembre 1935 conservée dans nos archives ce théoricien du théâtre s’adresse à André Malraux en le remerciant de lui avoir adressé une tragédie qui « est la première et la seule œuvre de théâtre qu’il m’ait été donné de connaitre depuis que je fais du théâtre et que j’y vais. »

1935 est une année de rupture pour Artaud. Sa pièce “Les Cenci” est retirée de l’affiche faute de moyens financiers et la critique est plutôt partagée… Après cet échec notre écrivain renonce au théâtre de scène et évoque déjà son voyage au Mexique qu’il effectuera l’année suivante. Pourtant dans la lettre que nous vous présentons ici les mots sont forts et enthousiastes : « langage broyant de catapulte où les mots sortent les uns par-dessus les autres », « cataractes des mots », « tout cela frappe comme un poing sur un œil »… Il exprime également de façon touchante sa reconnaissance à André Malraux : « Je n’oublierai  jamais Malraux que vous êtes le premier à être venu me voir et à m’encourager quand je débutais comme acteur au théâtre. Fidèlement vôtre, Antonin Artaud »

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 4 décembre). Antonin Artaud. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8t

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search