L’été meurtrier. Une histoire du siège de Paris (mai-septembre 1590)

Séjour d’étude de Jérémie Foa (Aix-Marseille Université, TELEMMe) et Diane Roussel (Université Gustave Eiffel, Analyse Comparée des Pouvoirs), du 9 au 14 octobre 2023

Résumé

Henri IV assiégeant Paris, Château de Pau, premier quart du XVIIe s, huile sur bois.

Le séjour aux Treilles a permis d’avancer la rédaction et de décider de la forme définitive de notre ouvrage à quatre mains intitulé L’été meurtrier. Une histoire du siège de Paris (mai-septembre 1590). Le livre propose de faire l’histoire d’un épisode majeur de la fin des guerres de Religion, pourtant mal connu : le siège de Paris en 1590, lorsque Henri IV, tout nouveau roi de France mais encore protestant, tente de faire céder la capitale ultra-catholique. Avec l’afflux des réfugiés, qui fuient la soldatesque alentour, la capitale doit nourrir quelques 200 000 bouches dans le plus terrible des blocus de l’histoire parisienne. Quatre mois durant, les Parisiens enfermés subissent les privations, la faim, la maladie, la promiscuité et la peur. C’est cette expérience, intime et collective, que le livre cherche à restituer.

Abstract

Our stay at Les Treilles gave us the opportunity to continue writing and to decide on the final the form of our four-hand book entitled L’été meurtrier. Une histoire du siege de Paris (mai-septembre 1590/ The murderous summer. A history of the siege of Paris (May-September 1590). The book offers a history of a major episode at the end of the Wars of Religion, yet one that is little-known: the siege of Paris in 1590, when Henri IV, the brand-new Protestant king of France, attempted to force the ultra-Catholic capital to yield. With the flow of refugees fleeing the surrounding soldiery, the capital had to feed some 200,000 people in the most terrible blockade in Parisian history. For four months, the shut-in Parisians endured deprivation, hunger, disease, promiscuity and fear. It is this experience, both intimate and collective, that this book seeks to capture.

 

Compte rendu

Si le siège de Paris de l’été 1590 n’est pas aussi célèbre que d’autres épisodes des guerres de Religion françaises, c’est sans doute parce qu’il occupe une place à part dans l’historiographie et dans la mémoire collective. L’échec d’Henri IV à faire céder la capitale ligueuse après avoir réduit les Parisiens à la famine est minoré dans les récits royalistes, qui préfèrent attribuer l’entière responsabilité du drame aux Ligueurs, tournés en ridicule et décrits comme d’ignares fanatiques face à un souverain paternel et magnanime. La légende henricienne du siège de 1590 qui s’impose dans l’historiographie royale officielle est entretenue dans un récit national glorieux par l’imaginaire romantique puis l’imagerie pédagogique de la IIIe République, jusqu’à la publicité et la culture populaire du XXesiècle : sur les emballages de chocolat et dans le Journal de Mickey, le rôle du Bon roi Henri est embelli, la réalité de la guerre est déformée, l’expérience du siège par les Parisiens, escamotée. Notre livre cherche à mettre au jour la manière dont, au plus près du survivre, les Parisiens ont vécu cet été meurtrier et ainsi restituer toute l’importance politique, religieuse et surtout sociale de cet événement inouï de l’histoire de France.

Loin des chroniques militaires ou des dépêches diplomatiques, L’été meutrier préfère interroger l’expérience concrète des acteurs ordinaires, Parisiens ou paysans de la banlieue, provinciaux, prisonniers, apeurés ou exaltés au cœur de ces mois d’été 1590. En mobilisant des témoignages connus (L’Estoile, Brûlart, Cornejo, Pigafetta, etc.) mais surtout des archives inédites (notariales, hospitalières et ecclésiastiques, règlementaires, policières et judiciaires), notre ouvrage entend placer la focale au niveau micro-urbain, au plus près du terrain, des considérations quotidiennes et vitales des habitants, à l’affût des bruits, des couleurs et des odeurs de la souricière parisienne. Cette histoire est une histoire sensorielle et matérielle du siège de Paris, inquiète des interactions les plus banales : quel est l’ordinaire de ce temps extraordinaire ? Les acteurs parviennent-ils à travailler, à sortir, à maintenir un ordinaire « normal », repliés chez eux ou l’ordinaire même est-il bouleversé voire impossible ? Comment les inégalités sociales ou les différences de genre affectent-elles cette expérience ? Il s’agit de faire une histoire du siège « au ras du sol », qui s’intéresse aux conditions concrètes de la vie sous siège, non pas pour dénier la dimension politique et spirituelle de l’expérience, mais pour chercher les autres raisons qui ont fait tenir les Parisiens et comprendre comment ils ont vécu au quotidien leurs engagements – ou leur absence d’engagement.

Invités aux Treilles du 9 au 14 octobre, nous avions pour objectif d’avancer significativement dans la rédaction de notre ouvrage, dont le projet a été lancé il y a plusieurs années déjà mais retardé par nos engagements scientifiques et pédagogiques respectifs et le fait que nous habitions l’une à Paris, l’autre à Marseille. Après une collecte minutieuse des documents, en particulier des minutes notariales qui offrent des informations relatives au quotidien des Parisiens, l’écriture du livre à quatre mains nécessitait que nous puissions nous retrouver, plusieurs jours durant, pour poursuivre la rédaction et réfléchir ensemble à la forme définitive de l’ouvrage.

Les conditions de travail exceptionnelles offertes par la Fondation, ainsi que le cadre idyllique dans lequel nous avons pu, aussi, nous promener en discutant du livre, l’accueil chaleureux dont nous avons bénéficié nous a permis d’avancer considérablement dans notre écriture et même davantage que ce que nous avions prévu. La semaine aux Treilles nous a permis de passer en revue les chapitres déjà écrits, de les relire et de les discuter, d’en bâtir cinq nouveaux, qui seront prochainement achevés. De plus, nous avons pu repenser radicalement l’architecture de l’ouvrage : le sommaire a été revu pour gagner en force et en cohérence, certains chapitres initialement planifiés ont été supprimés ou fusionnés, d’autres se sont imposés comme incontournables. Au fil de nos discussions, nous avons pu arrêter la sélection des intermèdes biographiques que nous souhaitons intercaler entre les chapitres, afin d’offrir au lecteur des respirations dans le livre, de courts essais comme des éclats de vie d’une poignée de Parisiennes et de Parisiens – un prisonnier rendu fou par la captivité, une bouchère victime des razzias des soldats, une mère de famille en conflit avec son propriétaire, un héros de la libération de Paris, etc. – dont les trajectoires personnelles mettent en lumière les enjeux majeurs du siège.

Le séjour d’écriture a aussi été nourri par les passionnantes discussions informelles avec les autres résidents de la Fondation des Treilles qui, pour beaucoup cette semaine, étaient des spécialistes de sciences humaines. Nous considérons à ce jour que notre ouvrage est rédigé aux deux tiers et qu’il pourra être livré à l’éditeur, les éditions du CNRS, à la fin de l’été 2024 pour une parution à la Toussaint de cette même année.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 24 novembre). L’été meurtrier. Une histoire du siège de Paris (mai-septembre 1590). Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8r

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search