Sur les traces de Michel Serres

Petit séjour d’étude organisé par François Dosse du 11 au 16 septembre 2023.

 

Compte rendu


Invité à la Fondation des Treilles entre le 11 et le 16 septembre 2023, j’ai eu la chance de découvrir ce domaine magique qui était jusque-là pour moi un mythe alimenté par les nombreux témoignages recueillis pour la biographie que je suis en train de réaliser de Michel Serres qui a été un habitué de ces lieux où il a notamment réalisé deux grandes œuvres collectives, Eléments d’histoire des sciences et le Trésor des sciences. Grand ami d’Annette Gruner-Schlumberger, Serres est souvent venu aux Treilles, et comme il disait : « Je ne vais pas aux Treilles, je vais chez Annette ». Je savais que ce domaine avait été transformé en écrin, mais il y a un pas entre savoir et voir, et je n’ai cessé d’être ébloui durant une semaine par ce paysage transformé en œuvre d’art pris en photos sous tous les angles tant il se transforme en fonction des intensités plus ou moins grandes de la luminosité.

L’objet  de mon petit séjour était surtout d’étoffer mon chapitre consacré aux Treilles : « Les Treilles ou le paradis du savoir » et de corriger mes quelques 1.400.000 signes déjà rédigés. J’ai trouvé des conditions optimales de concentration pour travailler et eu la surprise en arrivant de trouver une table qui m’avait été préparée avec les œuvres de Michel Serres, ainsi que certaines de mes publications. Cela a été l’occasion de découvrir un ouvrage que je ne connaissais pas, le Séminaire de Claude Lévi-Strauss de 1974-75, L’identité qui m’a permis de mieux comprendre pourquoi Lévi-Strauss a vigoureusement soutenu Serres dans une candidature au Collège de France qui a néanmoins échoué.

Guillaume Bourjeois et Olivier Monoyez m’ont apporté des éléments précieux en me communiquant de manière exhaustive tous les séjours et activités de Serres aux Treilles. En outre, ils m’ont fait un beau cadeau en m’offrant le magnifique ouvrage sur La Fondation des Treilles qui devient pour moi une ressource utile pour restituer l’historique de la Fondation. J’ai eu aussi l’occasion d’échanges passionnants avec Marie-Paule Vial qui m’a fait une visite commentée des œuvres d’art et de l’aménagement autour de la maison Barjeantane. Lors de mon séjour, se tenait un séminaire sur les chrétiens d’Orient entre le XVIe et le XVIIIe siècle qui a été l’occasion d’échanges intéressants et d’une visite, après celle de l’abbaye du Thoronet, d’un monastère orthodoxe. Par ailleurs, j’ai beaucoup apprécié les échanges que j’ai eu avec la romancière Carine Fernandez sur la biographie, la part de fiction dans la restitution du legs mémoriel et j’ai eu l’occasion de découvrir une grande artiste en la personne d’Astrid de la Forest. Je n’oublie évidemment pas la grande organisatrice qu’a été Diane Der Markarian et le chef cuisinier qui est à la hauteur des échos que j’ai recueillis du chef cuisinier à l’époque de Michel Serres, Rémy Sciandra.

 

Report

Invited to the Fondation des Treilles between September 11 and 16, 2023, I was lucky enough to discover this magical estate, which until then had been a myth for me, fueled by the many testimonials collected for the biography I’m currently writing of Michel Serres, who was a regular visitor here, where he notably produced two major collective works, Eléments d’histoire des sciences and Trésor des sciences. A great friend of Annette Gruner Schlumberger, Serres often came to Les Treilles, and as he used to say: “I don’t go to Les Treilles, I go to Annette’s”. I knew that this estate had been transformed into a jewel box, but there’s a fine line between knowing and seeing, and for a week I was constantly dazzled by this landscape transformed into a work of art, which I kept taking photos of as it changed with the intensity of the light. The purpose of my short stay was above all to flesh out my chapter on Les Treilles: “Les Treilles ou le paradis du savoir” and to correct the 1,400,000 or so signs I’d already written. I found optimal conditions for concentrating on my work, and was surprised when I arrived to find a table prepared for me with the works of Michel Serres and some of my publications. This was an opportunity to discover a work I’d never seen before, Claude Lévi-Strauss’s 1974-75 seminar, L’identité, which gave me a better understanding of why Lévi-Strauss had vigorously supported Serres in an unsuccessful bid for the Collège de France. Guillaume Bourjeois and Olivier Monoyez were invaluable in providing me with exhaustive details of all Serres’s stays and activities at Les Treilles. In addition, they gave me a wonderful gift in the form of a magnificent book on La Fondation des Treilles, which has become a useful resource for me in reconstructing the Foundation’s history. I also had the opportunity for some fascinating discussions with Marie-Laure Vial, who gave me a guided tour of the works of art and layout around the Barjeantane house. During my stay, a seminar was held on Eastern Christians between the 16th and 18th centuries, which provided an opportunity for interesting exchanges and a visit to an Orthodox monastery, after the one at Le Thoronet Abbey. I also greatly appreciated the discussions I had with the novelist Carine Fernandez on biography and the role of fiction in restoring the memorial legacy, and I had the opportunity to discover a great artist in the person of Astrid de la Forest. I’m not forgetting, of course, the great organizer Diane Der Markarian and the chef who lived up to the echoes I heard from Michel Serres’ chef at the time, Rémy Sciandra.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 3 octobre). Sur les traces de Michel Serres. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8k

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search