Essai sur la destruction

Séjour d’étude de Pauline Hachette (FabLitt, Université Paris 8/ Vincennes St Denis) du 19 au 24 juin 2023.

 

Résumé

© Karel Zizka

Mon séjour au Treilles a été l’occasion de poursuivre la rédaction d’un ouvrage interrogeant à la croisée de l’esthétique, de la littérature et de questions sociales et politiques, les gestes de destruction modernes. Cette réflexion porte sur les lieux et les encadrements auxquels ces gestes donnent lieu mais aussi les pratiques qu’ils recouvrent, les transformations qu’ils opèrent sur la matière et les expériences sensibles que nous en faisons, tant dans les affects que les sensations qu’ils suscitent. Le geste de destruction appréhendé dans sa pleine matérialité est dans ce travail conçu comme un levier pour penser autrement notre rapport à la destruction lente (slow destruction) du monde, à la fois obsédante et difficile à percevoir, objet d’une quête d’indices et de visibilisation constante.

Abstract

My stay at Les Treilles was an opportunity to continue to work on a book that examines modern gestures of destruction, at the crossroads of aesthetics, literature and social and political issues. This reflection looks at the places and frameworks to which these gestures give rise, but also the transformations they operate on matter, the practices they cover and the sensitive experiences we have of them, in terms of both the affects and sensations they arouse. The gesture of destruction, apprehended in its full materiality, is in this work conceived as a lever for thinking differently about our relationship to the slow destruction of the world, both obsessive and difficult to perceive, and therefore object of a constant quest for clues and visibilization.

Compte rendu

Dans un paradoxe qui n’est qu’apparent, ce lieu de sérénité et de douceur qu’est les Treilles, a été un écrin particulièrement inspirant pour penser à distance l’évidence et l’étrangeté des pratiques destructives qui caractérisent l’époque moderne.

Mon séjour d’étude a porté plus particulièrement sur la destruction conçue comme circulation d’énergie et la question de la dépense qui lui est attenante. Dans un certain nombre de situations, où la destruction est dite « gratuite », ce geste suscite une interprétation en termes d’énergie dont l’atteinte matérielle au monde construit serait l’exécutoire privilégié. Un certain type de cinéma d’action met en jeu cette représentation de la destruction pour elle-même. Des pratiques de loisirs comme les fury-rooms, dévolues à la destruction d’objets à des fins ludiques, se présentent comme des remèdes au stress, mais recourent principalement dans leur narration à l’image d’une explosion énergique encore possible pour l’individu épuisé. Une interprétation contemporaine et simplifiée de la catharsis, comprise comme une forme de détox ou d’évacuation, prédomine dans l’appréhension de ce supposé désir de destruction offert à la pratique ou au regard. Si cette forme de destruction déplace un certain nombre de malaises sociaux, elle signifie également quelque chose que je tente de définir concernant notre rapport ambivalent au monde matériel et technique.

Les textes de Georges Bataille sur la notion de dépense et la consumation ont accompagné une partie de mon enquête sur ces pratiques et représentations. Je me suis demandée si cette réflexion sur « la destruction et la perte », attaquant en profondeur les lois de l’économie et le principe de conservation de la valeur et de l’échange, pouvait nous donner une clef de lecture. J’ai donc tenté, pendant ce séjour, d’aborder avec cette logique, ancrée dans l’exemple prototypique du potlatch, un certain nombre de destructions modernes et contemporaines et l’excédent d’énergie qu’elles semblent révéler, ainsi que les devenirs de la notion de dépense, si largement sollicitée de nos jours.

Les destructions ainsi conçues appellent une interrogation sur l’accumulation, et le cycle production-consommation-destruction que des artistes ont depuis longtemps contribué à mettre en lumière. Une partie de mon travail a donc porté sur la manière dont les Nouveaux réalistes, entre autres l’ont questionné et le regard que nous posons depuis notre époque sur ces œuvres.

Ce séjour a grandement bénéficié du cadre et de l’accueil des Treilles, si propices à la concentration et à l’écriture, ainsi que de la subtile sélection de lectures faite par Valérie Dubec dans le fonds des Treilles qui m’a offert de très belles découvertes. Il a aussi été nourri par de stimulantes discussions avec les participants au séjour de recherche sur Michel Serres, contemporain du mien, dont l’intérêt pour les techniques et les conceptions de la matérialité a rencontré en bien des points mes propres centres d’intérêt.

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 28 août). Essai sur la destruction. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8i

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search