“Spetses, un portrait”: La place des femmes artistes sur l’île de Spetses

Séjour d’étude d’Alexandra Roussopoulos et Callisto Mc Nulty du 3 au 15 juillet 2023.

 

Résumé

Natalia Mela retouchant la sculpture qu’elle a réalisée de l’héroïne Laskarina Bouboulina © Marie-France de Saint-Félix

« Spetses, un portrait » est un récit textuel et visuel. Une mère peintre, Alexandra Roussopoulos, et sa fille réalisatrice, Callisto Mc Nulty, esquissent à quatre mains le portrait d’une île grecque, Spetses, qui leur est à la fois familière et étrangère. Elles choisissent un ensemble d’œuvres d’art réalisées par des femmes et quelques hommes entretenant un lien fort avec l’île. Chaque œuvre devient une porte d’entrée sur Spetses, suscitant une (en)quête visuelle, intime et historique. À travers cette archéologie du sensible, Callisto Mc Nulty et Alexandra Roussopoulos explorent à la fois leur histoire personnelle et celle, collective, de Spetses.

 

Abstract

“Spetses, a portrait” is a textual and visual narrative. A painter, Alexandra Roussopoulos, and her daughter, the filmmaker Callisto Mc Nulty, sketch together a portrait of a Greek island, Spetses, that is both familiar and foreign to them. They have chosen a collection of artworks by women and men who have a strong connection with the island. Each work becomes a gateway to the island, sparking a visual, intimate and historical quest. Through this sensitive archaeology, Callisto Mc Nulty and Alexandra Roussopoulos explore their personal history as well as the collective history of Spetses.

 

Compte rendu 

Il y a quelques années, la peintre Alexandra Roussopoulos confie à sa fille, Callisto Mc Nulty, autrice et réalisatrice, son désir de faire un livre autour de l’île grecque de Spetses. Toutes deux entretiennent un lien très fort avec cette île du golfe Saronique, située à quelques encablures du Péloponnèse.

Alexandra découvre l’île enfant, lorsque son père grec, Paul Roussopoulos, peintre et physicien, exilé en France depuis 1948, décide de retourner en Grèce, après la chute de la dictature des colonels. C’est à Spetses, avec sa femme Carole Roussopoulos, réalisatrice et féministe, qu’ils choisissent de s’ancrer. Dès lors, la famille passe plusieurs mois par an dans une maison traditionnelle qui se trouve en face de celle, moderniste, de la sculptrice grecque Natalia Mela (1923–2019).

Adolescente, Alexandra voyait depuis sa fenêtre Natalia sculpter sur la terrasse de sa maison. Chaque fin d’après-midi, Natalia descendait se baigner à la plage de Saint-Nicolas avec son triporteur (les voitures n’étant pas autorisées sur l’île), lequel était décoré avec excentricité de fleurs multicolores en plastique. Voluptueuse, elle nageait, vêtue d’une longue robe flottante, telle une méduse géante. Cette image très forte n’a jamais quitté Alexandra. De fait, Natalia Mela et quelques autres artistes vivant sur l’île, comme Leda Papaconstantinou, ont joué un rôle important dans sa trajectoire de peintre.

L’île a la particularité d’avoir accueilli un grand nombre d’artistes et en particulier des femmes. Née à Spetses en 1821, Eleni Boúkoura-Altamoúra est la première peintre de la Grèce moderne dont la pratique artistique a été reconnue. Elle étudie la peinture, grimée en homme, aux Beaux-arts de Florence, école alors interdite aux femmes. Malgré son talent et la reconnaissance de ses pairs, elle meurt dans une relative indifférence sur l’île de Spetses en 1900 où elle vivait recluse dans la demeure familiale depuis la mort de ses deux enfants.

L’île est marquée par la présence d’une autre pionnière, une guerrière cette fois-ci : Laskarina Bouboulina (1771-1825). Héroïne de la guerre d’indépendance grecque, Bouboulina s’engage, en tant qu’armatrice, dès 1821 dans la lutte pour l’indépendance grecque. Sur l’une des places principales de l’île se trouve une sculpture de Bouboulina réalisée par Natalia Mela. L’héroïne se tient debout sur un rocher qui ressemble à la proue d’un caïque, le nez au vent et la main levée pour se protéger du soleil et voir au loin. Natalia Mela raconte qu’elle a eu envie de réaliser cette statue de Bouboulina parce que celle-ci lui rappelait sa mère : « Elle aimait la liberté et elle regardait en avant ». Les soirs d’été, les petites filles de l’île n’hésitent pas à grimper sur la sculpture de Bouboulina. Elles doivent s’y reprendre à plusieurs fois, en raison de sa hauteur. Elles prennent de l’élan, trébuchent, tombent, essaient à nouveau, y sont presque, retombent. Il peut parfois y avoir jusqu’à cinq tentatives avant d’arriver aux pieds de Bouboulina ; alors elles peuvent enfin savourer leur victoire ! C’est une véritable joie d’observer les enfants jouer ainsi et d’être témoin de leurs tentatives de rejoindre l’héroïne. Cette saynète quotidienne de l’île évoque le happy ending de l’un des films préférés de Callisto, « Récréations » (1990) de Claire Simon.

L’île, ses paysages, son histoire, ses habitants et ses artistes ont été pour Alexandra et Callisto une source d’inspiration précieuse, les façonnant chacune à leur manière en tant que créatrices. Ainsi, très naturellement, le livre s’est construit à quatre mains. Les échanges entre une mère et sa fille prennent tout leur sens ici, puisque l’identité même du livre « Spetses, un portrait » repose sur la transmission entre des femmes artistes de l’île.

Le séjour d’étude aux Treilles, ce « face en face » au milieu des oliviers, les a engagées à un véritable dialogue et leur a permis de préciser la forme de leur projet d’édition.
« Spetses, un portrait » est conçu comme un récit textuel et visuel, dans lequel s’esquisse un portrait subjectif de l’île, celui d’une mère peintre et de sa fille réalisatrice. En portant leur attention sur une sélection d’œuvres d’artistes offrant chacune un regard singulier sur l’île, Callisto Mc Nulty et Alexandra Roussopoulos proposent un croisement de regards, à la manière d’un kaléidoscope (ce jouet qui vient des trois mots grecs kalos, « beau », eidos « image », etskopein « regarder »).

Lors de leur séjour d’étude aux Treilles, elles font un choix radical : celui de se limiter à une quinzaine d’œuvres d’artistes à partir desquelles une narration se construit. Chaque œuvre choisie offre une vision intime et historique de l’île et devient le point de départ de récits qu’elles écrivent l’une ou l’autre, et parfois à quatre mains.

Leur attention se porte sur des artistes entretenant un lien fort avec l’île, parmi lesquels se trouvent Éléni Boúkoura-Altamoúra, Leda Papaconstantinou, Natalia Mela, Nikos Mantas, Malvina Panagiotidi, Julien Magre, Paul Roussopoulos, Régis Sénèque, Silvana Mc Nulty, Lizzie Calligas, David Webber et Athina Ioannou. Elles connaissent certains de ces artistes personnellement.

Elles appréhendent ce projet d’édition comme un abécédaire. Chaque image devient une fenêtre sur l’île, suscitant une (en)quête visuelle, intime et historique. Cette archéologie artistique et sensible leur permet de creuser à la fois dans l’histoire de Spetses et la leur. Ce qui les intéresse, c’est avant tout de partir à la rencontre de l’île, en empruntant des chemins de traverse, des sentiers dont la terre n’a pas été battue. L’art est une porte d’entrée peu empruntée pour approcher Spetses, la création artistique étant plutôt associée à l’île voisine d’Hydra.

L’écriture de ces textes et les recherches qu’elle requiert ont parfois pris la forme d’une partie de ping pong, un va-et-vient entre les deux visions d’Alexandra et Callisto. Elles commencent par écrire chacune de leur côté, « à partir de leur endroit », avec leur sensibilité propre et selon leurs affinités. Callisto, qui est documentariste, aime s’appuyer sur les entretiens qu’elle a menés avec certains artistes de l’île, tandis qu’Alexandra, qui est peintre, s’appuie volontiers sur les images mentales que lui évoquent les œuvres sélectionnées. Alexandra, encouragée par Callisto, fouille dans sa mémoire afin de se remémorer en détails ses premières rencontres avec la sculptrice Natalia Mela, décisive dans sa construction de peintre. Callisto, à travers sa rencontre avec Malvina Panagiotidi, une artiste grecque de sa génération, porte un nouveau regard sur la peintre Éléni Boúkoura-Altamoúra (1821-1900) qui, à son tour, éclaire la vision d’Alexandra.

Callisto et Alexandra s’étonnent de ce qui relie toutes les héroïnes îliennes du livre, bien qu’appartenant à des générations différentes – dont certaines, comme Eléni Boúkoura-Altamoúra, sont disparues il y a fort longtemps. Certains personnages reviennent régulièrement d’un texte à l’autre, à l’image de poupées russes, et prennent corps de manière plurielle au fil des récits. Par exemple, Laskarina Bouboulina a non seulement inspiré la sculptrice Natalia Mela mais aussi la performeuse Leda Papaconstantinou et la réalisatrice Carole Roussopoulos (mère d’Alexandra). Leda a réactivé la figure de Bouboulina à travers une série performances théâtrales, « Bouboulitsa », dans les années 1970 et Carole et Leda ont réalisé ensemble en 1981 le documentaire « Bouboulina », lequel explore l’héritage vivant de l’héroïne, en donnant la parole à différentes générations de femmes de l’île.
Les notions de transmission, de solidarité et d’héritage sont au cœur de ce projet d’édition. À travers ce livre, Callisto et Alexandra souhaitent révéler les liens qui unissent une constellation de femmes et d’artistes, du présent et du passé, de Grèce et d’ailleurs.

Le séjour d’étude aux Treilles leur a offert le cadre idéal pour écrire une partie des textes du livre « Spetses, un portrait ». L’éloignement de Spetses ne les a pas empêchées d’en extraire l’essence, bien au contraire. Les liens tissés par Anne Gruner Schlumberger avec la Grèce sont palpables partout. On sent à quel point le pays l’a habitée et inspirée lors de l’aménagement de cette merveilleuse création que sont les Treilles. Les sculptures des nombreux artistes grecs, dont celles exceptionnelles de Takis, ont semblé dialoguer avec les deux autrices autant qu’avec le paysage. L’odeur des pins, le chant des cigales les ont accompagnées le long de leurs réflexions.

Dès leur arrivée, Valérie Monoyez les a accueillies à la bibliothèque en leur présentant certains ouvrages en lien avec leur projet d’édition. Les sculptures de Natalia Mela dans l’île de Spetsai (2015) de Vassiliki Anagnostou, leur a été d’une aide précieuse. Elles se sont rendues à l’Académie Musicale de Villecroze admirer les cinq bas-reliefs en schiste de l’île d’Eubée réalisés par Natalia Mela. Elles ont également eu la chance d’échanger longuement avec Olivier Monoyez à propos d’Anne Gruner Schlumberger et de Natalia Mela qu’il avait rencontrée il y a bien longtemps aux Treilles. Olivier leur a fait découvrir des photographies de l’installation du jardin de sculptures de Mela dans le vieux port de Spetses, un aménagement réalisé par Henri Fisch, paysagiste des Treilles également. Ce sont les mêmes murets de pierres, les mêmes regards qui dessinent l’espace sur l’île grecque et dans le sud de la France.

Alexandra et Callisto sont toutes deux françaises d’origine grecque. Si Spetses est une île qui leur est chère et familière et qu’elles côtoient depuis toujours, elle demeure en même temps pour elles une terre étrangère. Elles viennent d’ailleurs. Paul Roussopoulos, comme beaucoup d’exilés, ne leur a pas transmis le grec, langue qu’elles ont beaucoup de mal à parler. La question de la traduction est importante à leurs yeux. Elles imaginent une édition plurilingue — français, grec et anglais —, à l’image des langues parlées sur cette île cosmopolite. Il leur tient à cœur de créer des ponts entre la communauté locale et la population étrangère de l’île.

Elles souhaitent poursuivre ensemble ce projet d’archéologie du sensible, aller à la rencontre de Spetses à travers le prisme de l’art, et puiser dans leur propre histoire une mémoire que le temps a enfouie mais que l’écriture à quatre mains est à même de révéler.

Leur récit sera ponctué de quelques peintures d’Alexandra, paysages de mer abstraits de Spetses, et de photographies argentiques en noir et blanc prises par Callisto, au fil des saisons qui façonnent l’île. Comme un souffle, elles viendront faire librement écho aux œuvres choisies et aux textes. Sans être illustratives, leurs images nous plongeront à la fois dans la réalité et l’imaginaire de l’île et de ses habitants, dans sa lumière, ses odeurs de jasmin et de pins résineux, dans sa mer, ses caïques, tout en suivant la trace de ses héroïnes.



Citer ce billet
ldiebold (2023, 17 août). “Spetses, un portrait”: La place des femmes artistes sur l’île de Spetses. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8f

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search