La Guerre des enfants

Séjour d’étude de Milena Jakšić (Institut des Sciences sociales du Politique, CNRS, Université Paris Saclay, Université Paris Nanterre), du 10 au 29 juillet 2023.

Résumé

Le séjour aux Treilles a été l’occasion d’entamer la rédaction de mon ouvrage intitulé La guerre des enfants. Enquête, procès, bonne cause. L’ouvrage traite de la judiciarisation de l’enfance en guerre par les tribunaux pénaux internationaux. A partir d’une enquête de terrain articulant observations des procès, entretiens avec les principaux protagonistes dans les affaires (juges, avocats, assistants judiciaires, experts) et dépouillement des transcriptions d’audiences, l’ouvrage s’intéresse aux conditions de production des enfants soldats dans l’arène judiciaire. Constamment frappés de soupçon d’inauthenticité, rarement admis en preuve, ces témoignages posent la question de la place accordée dans les procès aux expériences enfantines des violences de guerre. 

Abstract

The stay at Les Treilles was an opportunity to start writing my book entitled La guerre des enfants. Enquête, procès, bonne cause. The book deals with the judicialisation of children at war by international criminal tribunals. Based on a field study combining observations of trials, interviews with the main protagonists in the cases (judges, lawyers, legal assistants, experts) and a review of hearing transcripts, the book looks at the conditions under which child soldiers are produced in the judicial arena. Constantly under suspicion of inauthenticity and rarely admitted into evidence, these testimonies raise the question of the place given in trials to children’s experiences of war violence.

 

Compte rendu

La Guerre des enfants s’ouvre sur une énigme. Alors que, dans les pays occidentaux, les jeunes délinquants auteurs de délits mineurs ou de crimes plus graves sont toujours davantage stigmatisés, pénalisés et incarcérés, dans les pays du Sud, bouleversés par des guerres et des conflits armés, les mineurs qui prennent part aux hostilités en pillant, tuant, passant à tabac leurs voisins et leurs proches sont considérés, au contraire, comme des victimes passives que l’on désigne du vocable englobant d’« enfants-soldats » et qui sont protégés à ce titre par le droit humanitaire qui leur accorde l’impunité pénale attachée à leur âge. Au Nord, on criminalise ; au Sud, on victimise. Au Nord, on met des jeunes en prison dès l’âge de 13 ans ; au Sud, on les innocente pour des crimes aussi graves que des mutilations volontaires et des viols. Au Nord, on les appelle « racailles » et « sauvageons », et on rejette « les excuses sociologiques » qui essaient d’expliquer leurs agissements ; au Sud, on les nomme « enfants » pour mieux les disculper, y compris lorsqu’ils sont adolescents.

Les raisons de ces approches contradictoires de la responsabilité juvénile sont multiples. Elles ont leur histoire, leurs justifications et leurs fondements normatifs. La Guerre des enfants cherche moins à comparer des contextes fondamentalement différents qu’à questionner une évidence qui s’est imposée avec force à partir de la deuxième moitié du XXe siècle : celle de l’enfance combattante dénoncée comme une anomalie de la modernité et vue essentiellement sous le prisme victimaire. L’image d’un enfant africain portant une AK47 plus grande que lui vient symboliser cette anomalie et s’impose comme un puissant support de l’activisme humanitaire. Cette image qui associe des réalités considérées comme profondément contradictoires, voire incompatibles – enfance et guerre – a vocation à émouvoir et à encourager un spectateur lointain et indéterminé à agir. Comment en effet ne pas s’indigner devant le spectacle d’une armée d’enfants ? Le paradigme victimaire de l’engagement juvénile dans la guerre a pourtant été maintes fois contredit par des travaux anthropologiques et historiques soutenant que les enfants, loin d’incarner la passivité et l’innocence associées à leur âge, sont au contraire de véritables acteurs stratégiques en temps de guerre. Dotés d’une puissance d’agir, leur « efficacité criminelle » serait même plus grande en raison de l’impunité pénale attachée à leur âge. Cette littérature, en éclairant sous un jour nouveau la question de la violence politique autonome des enfants, a toutefois tendance à minimiser l’environnement de contrainte, de menace et de danger dans lequel les mineurs sont amenés à prendre les armes.

Le présent ouvrage se propose de porter un regard nouveau sur la guerre des enfants au-delà de la polarité de ces deux approches. L’enjeu est moins de déterminer si ces jeunes combattants doivent être considérés comme victimes ou acteurs rationnels, que de pointer l’ambiguïté de la catégorie « enfant-soldat ». La puissance mobilisatrice de l’enfance en guerre est en effet constamment défiée par la réalité du terrain et des cas concrets de jeunes en armes. Ni parfaitement victimes, ni totalement bourreaux, c’est la « zone grise » de ces expériences juvéniles de la guerre que cet ouvrage se propose d’éclairer.

Le séjour aux Treilles m’a permis de rédiger les deux premiers chapitres de l’ouvrage et de finaliser le synopsis soumis aux éditions du Seuil. Il a également été l’occasion de découvrir les archives inépuisables de la Fondation et de tisser des liens avec la photographe Olivia Gay dans la perspective de développer un projet photographique commun.   



Citer ce billet
ldiebold (2023, 9 août). La Guerre des enfants. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8e

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search