Les bibliothèques pour enfants de Grèce

Dans nos archives il y a… le souvenir de la Grèce tant aimée par notre fondatrice…

L’attrait pour ce pays se manifestera très tôt chez Anne Gruner : Il y a bien longtemps, à l’âge de 14 ans, Phidias [et son œuvre] avait été ma passion. J’admirais la sculpture antique et je ne comprenais pas comment il n’y avait plus de sculpteur, plus de tragédien pour exprimer la civilisation antique, celle qui avait tant donnée au monde.

Des années plus tard elle encouragera, par son action de mécénat, plusieurs artistes grecs : Takis, Natalia Mela, Vagis, Sklavos, Voyatzis ou encore Fassianos, artistes talentueux  dont on peut admirer les œuvres dans la collection de la Fondation.

Comment parler de la Grèce sans évoquer le souvenir de Fotis Kafatos, jeune homme prometteur, qu’elle incitera à poursuivre des études supérieures de biologie, études qui le mèneront jusqu’au poste de président du Conseil européen de la Recherche !

Enfin l’amour de la Grèce sera également indissociable de celui des bibliothèques et elle créera une vingtaine de ces établissements dans des territoires éloignés de tout : Elefsis est la première à voir le jour en 1975. Voici ce que répond Anne Gruner en 1987 à la question « Pourquoi des bibliothèques en Grèce ? »

Pour aider les jeunes qui représenteront le monde de demain. Pour leur faire mieux comprendre comment vivre, comment agir vis-à-vis des hommes et les femmes de leur pays, et en relation aux pays d’Europe et du monde.

Si chaque état européen développe des bibliothèques d’enfants comme nous l’avons fait en Grèce, la communauté européenne se développera dans l’unité.

Il y a trente ans disparaissait notre fondatrice et les trois épisodes destinés à saluer sa mémoire semblent bien insignifiants au regard de l’œuvre accomplie…

Aussi, pour clore cette série-hommage, nous laisserons la parole à Henri Colliot, ancien Président de l’association des Amis de la Fondation Saint John Perse qui remercie Anne Gruner dans le premier numéro de Souffle de Perse paru en 1991.

Grâces vous soient rendues, amie de tous, pour ce passé partagé, pour ce présent « atome de silence… chance d’un fruit mûr », pour cet avenir déjà « …nourri des souffles de la terre… docile aux souffles de la terre »

Merci infiniment Madame !

 

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 9 août). Les bibliothèques pour enfants de Grèce. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 20 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv8b

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search