L’Europe des femmes 2: des grottes aux Lumières

Séminaire organisé par Sophie Lalanne du 13 au 18 mars 2023.

 

Participants

Cécile Béghin (Docteure en Histoire médiévale, Lycée Jean Jaurès, Montreuil), Jean-Baptiste Bonnard (Maître de Conférences en Histoire ancienne, Université de Caen, ANHIMA), Nathalie Ernoult (Docteure en Histoire ancienne, Conservatrice-adjointe au Centre Pompidou, ANHIMA), Lucie Jardot (Docteure en Histoire médiévale, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Sophie Lalanne (Maîtresse de Conférences en Histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ANHIMA, Labex HASTEC), Didier Lett (Professeur d’Histoire médiévale, Université Paris Cité), Aude Loriaud (Docteure en Histoire moderne, Université de Bordeaux-Montaigne), Sandra Péré-Noguès (Maîtresse de Conférences en Histoire ancienne, Université de Toulouse Jean Jaurès), Dominique Picco (ex-Maîtresse de Conférences en Histoire moderne, Université de Bordeaux-Montaigne), Julie Pilorget (Docteure en Histoire médiévale, CNED), Mélanie Traversier (Professeure en Histoire moderne, Université de Lille), Audrey Vasselin (Doctorante en Histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne).

 

Résumé

Le volume 2 de L’Europe des femmes auquel nous avons travaillé à la Fondation des Treilles, a été pensé par des membres actifs de l’association Mnémosyne spécialistes de l’Antiquité, du Moyen-Âge et de l’époque moderne, dans la continuité du volume paru chez Perrin en 2017, mais cette fois « des grottes aux Lumières », donc de la Préhistoire aux révolutions européennes de la fin du XVIIIe siècle. Le projet de publication, qui a été accepté par Armand Colin, a été adapté aux périodes considérées et au public visé, un public composé de professeurs de l’enseignement secondaire, d’enseignants du supérieur, d’étudiants et d’un « grand public éclairé » français, européen et francophone. L’ouvrage se compose de quatorze chapitres thématiques comportant chacun onze notices, elles-mêmes rangées selon un ordre chronologique. Chaque notice comporte un document et un commentaire explicatif suivi d’une courte bibliographie. Pour composer cet ouvrage de plus de 500 pages, un comité de rédaction a été composé qui compte dix membres spécialistes des trois périodes, secondés de trois doctorantes et jeunes docteures. Les collègues absent-es lors du séminaire de la Fondation des Treilles ont pu être présents ponctuellement en visio-conférence. Nous avons pu ainsi examiner les quatorze chapitres successivement à partir de la projection de notre Dropbox, proposer un titre pour chaque notice, procéder à la relecture des notices par période de spécialité, discuter du titre et des noms d’auteur-es du volume, enfin travailler sur le dossier iconographique. Le séminaire des Treilles nous a donc permis d’avancer considérablement dans le projet d’édition et nous permet d’espérer tenir les délais convenus avec notre éditeur, soit une remise du tapuscrit à la fin de l’année 2023 et une publication en 2024.

Abstract

We worked at the Fondation des Treilles on the second volume of Women’s Europe (XVIIIth-XXIth centuries) (Paris, Perrin, 2017). This editorial project was launched by active members of the association Mnemosyne specialized in Women’s History and Gender History in Antiquity, Middle Ages and Modern period, who wanted to pursue this first publication « from caves to Enlightment », i.e. from the Prehistoric times to the European revolutions of the end of the XVIIIth century. This publication (at Armand Colin, Paris) is specific in its form to Antiquity and Middle Ages and targets a large public of teachers and professors, but also all sort of demanding readers, in France and Europe. The book is made of fourteen chapters, each of them being composed of eleven chronologically ordered notices. Each of these notices includes a document, a commentary and a short bibliography. An editorial committee of ten members (plus three PhD students and young searchers) is in charge of this publication of 500 pages. At the Fondation des Treilles, the committee members who were absent took part occasionally into the seminar through videoconference. The fourteen chapters have been examined thanks to the projection of our Dropbox, a title has been proposed for each notice, workshops of specialized readings (according to the different periods of history) have been organised and, after a discussion on the title of the volume and the names of the author-s, we have finally worked on iconography. The seminar at the Fondation des Treilles has offered us the opportunity to go far into the final composition of the volume and allows us to believe that we will send the typescript on time, with the goal of a publication in 2024.

 

Compte rendu

L’association Mnémosyne (https://www.mnemosyne.asso.fr) a été fondée en 2000 dans le but de contribuer au développement d’un nouveau champ d’étude, l’histoire des femmes et du genre ; elle constitue la section française de la Fédération Internationale pour la Recherche en Histoire des Femmes. L’ouvrage L’Europe des femmes est une entreprise collective née au sein de cette association et visant deux objectifs : d’une part rendre accessibles à un large public des documents historiques qui permettent d’écrire l’histoire des femmes européennes à travers les siècles, d’autre part livrer les clés de la méthode d’analyse spécifique à ce champ de recherche qui s’est élaborée progressivement durant les dernières décennies.

En 2017 est paru, aux éditions Perrin, L’Europe des femmes (XVIIIe-XXI siècles), volume coordonné par Julie Le Gac et Fabrice Virgili, il s’agissait alors de publier le premier recueil de documents sur l’histoire des femmes en Europe aux époques moderne et contemporaine, dans le cadre d’un projet financé par le Labex « Écrire une nouvelle histoire de l’Europe ». Fictions, chansons, discours, essais, correspondances y étaient présentés dans leur langue originale accompagnés de leur traduction française, puis commentés, à côté de documents iconographiques. Toutes les notices traitent des aspirations et des obstacles à une égalité entre les sexes. Les documents, pour certains classiques (écrits d’Olympe de Gouges, de Virginia Woolf ou de Simone de Beauvoir…), pour d’autres bien moins connus (le mannequin d’accouchement de Madame du Coudray, le discours d’une féministe s’exprimant contre le droit de vote des femmes, une affiche de la Fête des mères, des portraits de tireuses d’élite de l’ex-URSS…) font entendre la diversité des expériences du peuple des femmes, de toutes conditions, aussi bien à Paris qu’à Moscou, Madrid ou Londres.

Le volume 2 de L’Europe des femmes, auquel nous avons travaillé à la Fondation des Treilles, a été pensé par des membres actifs de l’association Mnémosyne spécialistes de l’Antiquité, du Moyen-Âge et de l’époque moderne, dans l’esprit du premier volume, mais cette fois « des grottes aux Lumières », donc de la Préhistoire aux révolutions européennes de la fin du XVIIIe siècle. Le projet a été adapté aux périodes considérées et au public visé, un public composé de professeurs de l’enseignement secondaire, d’enseignants du supérieur, d’étudiants et d’un « grand public éclairé » français, européen et francophone : il a ainsi été décidé de renoncer aux versions textuelles en version originale pour donner davantage de place à la documentation iconographique et archéologique. En ce qui concerne la dimension européenne de l’ouvrage, elle découle du champ géographique et culturel considéré, qui excède les côtes de la Méditerranée dont les antiquistes et les médiévistes sont familiers pour s’ouvrir aux Iles britanniques, à l’Europe du Nord, aux pays germaniques et aux pays slaves. Elle s’accompagne d’une grande diversité de l’origine des collègues sollicités pour rédiger les notices.

L’ouvrage L’Europe des femmes 2 sera publié chez Armand Colin en 2024 sous un titre légèrement différent. Le projet éditorial a obtenu le soutien financier de l’association Mnémosyne, du Labex HASTEC (Histoire et Anthropologie des Savoirs, des Techniques Et des Croyances) et de trois laboratoires membres du Labex HASTEC : ANHIMA (UMR 8210), le LAMOP (UMR 8589) et l’IHMC (UMR 8066). Comme pour le premier volume, l’intégralité des droits d’auteur(e) seront reversés à l’association Mnémosyne.

Pour mener à bien cet ambitieux projet, L’Europe des femmes 2 rassemble autour d’une coordinatrice et d’un comité éditorial de dix membres spécialistes issus des trois grandes périodes considérées (augmenté depuis le séminaire des Treilles, de trois jeunes docteures), plus de 100 auteur-es, dont un certain nombre ont d’ailleurs découvert à cette occasion les exigences de méthode et d’écriture propres à l’histoire des femmes et du genre – la dimension pédagogique de l’ouvrage s’étend donc aussi aux auteur-es. L’ouvrage se compose de 14 chapitres thématiques comportant chacun 11 notices, classées par ordre chronologique (pour un total donc d’environ 150 notices sur 500 pages) : place des femmes dans la cité, guerre et paix, circulations et mobilités, patrimoines et activités économiques, travail et esclavage, éducation, arts, sciences et savoirs, religions et croyances, corps et sexualité, mariage et famille, sociabilité, violences, mythes et figures légendaires, stéréotypes misogynes et défense des femmes… Chaque notice comprend, sous un titre commun, un document (ou un dossier documentaire) suivi d’un commentaire explicatif permettant de cerner le contexte de production du document, d’en saisir le contenu et de le replacer dans l’histoire des femmes européennes, le tout suivi d’une courte bibliographie.

Ont pris part au séminaire des Treilles six membres du comité éditorial, spécialisé-es dans les trois périodes historiques considérées (auxquelles s’ajoutait la Préhistoire représentée par une collègue antiquiste et proto-historienne) et tous responsables d’un ou deux chapitres, et trois jeunes docteures des trois périodes historiques, qui ont travaillé essentiellement à la composition du dossier iconographique. Les collègues absent-es ont pu être présents ponctuellement en visio-conférence. Nous avons pu examiner successivement les quatorze chapitres successivement à partir de la projection de notre Dropbox et proposer un titre pour chaque notice comprenant une caractérisation géographique et chronologique). À chaque examen, un certain nombre de problèmes évoqués ont pu être résolus collectivement, selon les ressources de chacun-e. Deux ateliers ont permis la relecture par les spécialistes de chaque période d’un grand nombre de notices éditées par les responsables de chapitres. Cette relecture, étape essentielle dans le protocole d’édition de chaque notice, a été formalisé à l’occasion du séminaire des Treilles : prise de contact avec l’auteur·e, mise en relation avec la/le responsable de chapitre, choix du document, validation du document sélectionné en comité de réaction, rédaction du commentaire par l’auteur, première édition par la/le responsable de chapitre, relecture par les spécialistes de la période, retour à l’auteur·e, validation de la notice définitive. À l’occasion de l’examen panoptique de l’ouvrage, les participant·es ont discuté des noms d’auteur·es à placer sur la couverture et du titre à proposer à l’éditeur. En effet, l’éditeur Armand Colin (Dunod), différent du premier volume, a demandé un nouveau titre. La fin du séminaire a été consacré au dossier iconographique : discussion sur certains documents, élaboration d’une liste des sources et des institutions à contacter pour les droits de reproduction, choix des images pour le cahier couleurs… Le séminaire des Treilles a donc permis à l’équipe éditoriale d’avancer considérablement dans ce projet d’édition et permet d’espérer tenir les délais convenus avec notre éditeur, soit une remise du tapuscrit à la fin de l’année 2023.

Nous espérons que la parution du volume sera, tout comme le premier manuel élaboré par l’association Mnémosyne, La place des femmes dans l’Histoire. Une histoire mixte, l’occasion de rencontres et de débats, et alimentera aussi bien des séminaires de chercheurs et enseignants-chercheurs spécialisés dans ce domaine que des cours d’enseignants du secondaire, souvent à la recherche de documents originaux à étudier avec leurs élèves. En effet, la demande est très importante dans le domaine de l’histoire des femmes et du genre et les publications restent encore insuffisantes à la satisfaire. Le volume bénéficiera à la fois du réseau et de la notoriété de l’association Mnémosyne, dont les productions sont largement reconnues aujourd’hui par la communauté scientifique.

Coordinatrice :

Sophie Lalanne (Maîtresse de Conférences en Histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ANHIMA, Labex HASTEC)

Membres du comité éditorial :

Cécile Béghin (Docteure en Histoire médiévale, Lycée Jean Jaurès, Montreuil)

Jean-Baptiste Bonnard (Maître de Conférences en Histoire ancienne, Université de Caen, ANHIMA)

Nathalie Ernoult (Docteure en Histoire ancienne, Conservatrice-adjointe au Centre Pompidou, ANHIMA)

Véronique Garrigues (Docteure en Histoire moderne, Collège Pasteur, Graulhet)

Sophie Lalanne (Maîtresse de Conférences en Histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ANHIMA, Labex HASTEC)

Didier Lett (Professeur d’Histoire médiévale, Université Paris Cité)

Sandra Péré-Noguès (Maîtresse de Conférences en Histoire ancienne, Université de Toulouse Jean Jaurès)

Dominique Picco (ex-Maîtresse de Conférences en Histoire moderne, Université de Bordeaux-Montaigne)

Julie Pilorget (Docteure en Histoire médiévale, CNED)

Mélanie Traversier (Professeure en Histoire moderne, Université de Lille)

Assistés de :

Lucie Jardot (Docteure en Histoire médiévale, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Aude Loriaud (Docteure en Histoire moderne, Université de Bordeaux-Montaigne)

Audrey Vasselin (Doctorante en Histoire ancienne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (17 juillet 2023). L’Europe des femmes 2: des grottes aux Lumières. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv89


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search