Le souvenir d’Anne Gruner Schlumberger, notre fondatrice

Dans nos archives il y a… le souvenir d’Anne Gruner Schlumberger notre fondatrice…

Dans le Cabinet Jean Schlumberger se trouvent deux lettres de notre cher écrivain adressées à sa nièce où il évoque avec tendresse, humour et admiration la persévérance et le courage de cette dernière dans la réalisation de ses œuvres.

Dans la missive datée de janvier 1955 il lui prodigue quelques conseils : « Puissent tes pages rester blanches plutôt que de s’orner de ces vieilles fleurs de rhétorique ! mais de tout cœur, ma petite Annette, je te souhaite bon travail, et la persévérance qui y est nécessaire car il en faut beaucoup. »

Quatre ans plus tard c’est encore la persévérance qui est mise en avant : « Ma petite Annette, devant ta persévérance au travail, personne ne pourra plus prendre des airs doctoraux, avec l’air de penser que tu n’as pas de plomb dans la cervelle. »

Tout a été dit, ou presque, sur l’œuvre entreprise par notre fondatrice et sur sa force de caractère… ces deux lettres en sont une preuve supplémentaire…

Anne Gruner Schlumberger nous a quittés il a trente ans, pratiquement jour pour jour.

Que ce modeste post, et ceux qui suivront, témoignent du profond respect et de la grande admiration que nous lui portons.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 5 juillet). Le souvenir d’Anne Gruner Schlumberger, notre fondatrice. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv87

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search