Michel Serres, philosophe des sciences et des techniques ?

Séminaire organisé par Bernadette Bensaude-Vincent, Roland Schaer et Sophie Bancquart du 19 au 24 juin 2023.

 

Participants 

Sophie BANCQUART (Fondation Michel Serres-Institut de France,Paris, France) ; Anne BAUDART (Vice-présidente de la Société Française de philosophie, Paris, France) ; Bernadette BENSAUDE-VINCENT  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France) ; Audrey CALEFAS-STREBELLE (Directrice Stanford-Programme à Paris, France) ; Marcos CAMOLEZI (CAPHES, Paris, France) ; Guillaume DELAUNAY (BNF, Paris);  Rick DOLPHIJN (Utrecht University, Pays-Bas) ; Gilles DOWEK (INRIA, Paris, France) ; Elie DURING (Université de Nanterre, Paris, France) ; Xavier GUCHET (Université Technologique de Compiègne, France) ; Henriette KORTHALS-ALTES (Maison française d’Oxford, Royaume-Uni) ; Lucie MERCIER (Université de Fribourg, Suisse) ; Roland SCHAER (Université Paris-Sud, France) ; Massimiliano SIMONS (Maastricht University, Pays-Bas).

 

Résumé

Ce séminaire était consacré à l’œuvre de Michel Serres. Nous étions partis du constat qu’en France en tout cas, celle-ci fait encore l’objet d’une défiance, voire d’un ostracisme de la part de la communauté académique des philosophes. Le séminaire avait pour objet de commencer à rassembler et à consolider une communauté de chercheurs, français, anglais et néerlandais, dont les travaux concourent à situer Michel Serres dans le champ de la philosophie contemporaine. Quelques mois après la publication des Cahiers de formation, un volume de textes inédits datant des années 1960-1970, le séminaire a rendu évident le fait qu’était désormais possible une redécouverte de la philosophie de Serres, comme questionnement fondamental sur les tâches de la philosophie dans le monde contemporain, en particulier dans ses rapports aux sciences, aux techniques et à la nature. La critique des « philosophies du sujet », à laquelle répond chez Serres l’élaboration d’une « ontologie de la relation » sont apparues comme les principes de cette entreprise de refondation de l’acte philosophique. Née dans la réflexion qu’il consacre à la révolution des mathématiques du XXe siècle, cette philosophie de la relation nourrit sa pensée jusqu’au Contrat naturel, qui appelle à « faire société » avec la nature, et s’exprime encore dans son dernier livre, Relire le relié, qui définit le religieux comme ce qui produit du lien.

 

Abstract 

This seminar was devoted to the works of Michel Serres. Our starting point was the observation that, in France at least, he is neglected by the academic community of philosophers and even ostracized. The aim of the seminar was to bring together and consolidate a community of French, English and Dutch scholars whose studies help situate Michel Serres in the field of contemporary philosophy. A few months after the publication of Cahiers de formation, a volume of previously unpublished texts dating from the 1960s-1970s, the seminar made it clear that Serres’ philosophy could now be rediscovered as a fundamental questioning of the tasks of philosophy in the contemporary world, particularly in its relationship to science, technology and nature. While debunking the “philosophies of the subject”, Serres elaborated an “ontology of relation”, which provided the basis of his ambitious enterprise to refound philosophy. Rooted in his early reflections on the mathematical revolution of the twentieth century, this philosophy of relation nourishes his thoughts right through to The Natural contract, which calls for a “society” with nature, and his latest book, Relire le relié, which defines the religious as what produces connection.

 

Compte rendu

La première séance du séminaire était consacrée aux relations que Serres entretient, dans les années 1960 et au début des années 1970, avec l’histoire des sciences et l’épistémologie, aussi bien au plan conceptuel qu’au plan institutionnel. De formation à la fois mathématique et philosophique, Serres engage son travail en s’appuyant sur cette double culture. A la rentrée de 1969, il est élu professeur d’histoire des sciences et des techniques à la Sorbonne, un poste rattaché au département d’histoire. L’exposé introductif de Bernadette Bensaude-Vincent a montré comment, d’emblée, Serres bouscule la chronologie dans l’histoire des mathématiques, questionne la classification des sciences ainsi que la frontière entre science et non-science, pour inscrire finalement l’historicité dans le monde lui-même. Dans un exposé nourri de l’analyse des archives de Georges Canguilhem, Marcos Camolezi revient sur les relations Serres / Canguilhem, et sur leur rupture. Il suggère que Serres s’est rebellé contre l’effort de Canguilhem pour l’inscrire dans la tradition bachelardienne.

La deuxième session du séminaire s’ouvre sur un exposé d’Elie During démontrant que la réflexion sur le temps traverse toute l’œuvre de Michel Serres. En interrogeant la « naissance du temps », comme émergence d’un ordre à partir d’une multiplicité pure et en proposant le modèle de la percolation, Serres développe une conception formelle du temps, qui passe par la critique du temps linéaire. La communication de David Webb, prenant pour point de départ le Contrat naturel, interroge la relation entre la politique et les sciences de la nature que Serres appelle de ses vœux. La figure du « pilote » pourrait représenter cette alliance, à condition de le considérer comme « intersubjectivité étendue aux choses du monde », c’est-à-dire de dépasser le naturalisme inhérent à la relation sujet-objet.

La troisième session débute avec un exposé de Rick Dolphijn sur les métaphores liquides dans l’œuvre de Serres. Au fil de ses réflexions sur les sciences Serres esquisse trois paysages qui configurent trois types de régimes politiques. Cette analyse fait partie d’un projet Philosophy of Land (Bloomsbury) dont les protagonistes sont Deleuze, Serres et Tournier.  Massimiliano Simons se propose de mettre la philosophie des sciences de Michel Serres en rapport avec l’empirisme radical de William James (une forme d’empirisme qui n’accepte rien de plus que ce qui est donné par l’expérience, mais qui n’accepte rien de moins non plus) en vue de créer un dialogue entre son travail et celui d’autres philosophes comme Henri Bergson, A. N. Whitehead ou Gilles Deleuze. Enfin Lucie Mercier présente la notion de structure comme pivot de la transition qu’opère Serres entre épistémologie et ontologie. En effet, dans les textes du début des années 1960, la structure joue vis-à-vis de la philosophie un rôle analogue à celui que le modèle joue vis-à-vis des sciences – elle permet de frayer un chemin entre domaines de savoir, les « langages » ou les « discours ».

Dans la quatrième session, centrée sur les techniques, Xavier Guchet a montré que dès les Cahiers de formation, Serres se penche sur le « changement profond de la nature de l’objet technique » et que cette réflexion habite toute son œuvre. Mais tandis que les Cahiers traitent l’objet technique comme l’expression d’une idée, Serres développe par la suite une conception de l’objet technique comme un être du monde, un connecteur, un faiseur de liens dans des dimensions d’espace et de temps hétérogènes notamment avec le concept de quasi-objet.  En inventant un dialogue fictif entre Michel Serres et Chat-GPT, Audrey Calefas-Strebelle met à jour les différentes dimensions de la relation entre individus et technologies chez Serres, ainsi que les enjeux épistémologiques éthiques et sociaux qui y sont associés.

La cinquième session s’est focalisée sur les rapports entre science et religion. Anne Baudart a montré que, dans un « un passage du nord-ouest inattendu », Serres s’est efforcé de mettre ensemble science et religion, l’une et l’autre vue comme « fait social total ». Seule l’opération de « synthèse » lui paraît féconde, prometteuse et durable et capable d’éradiquer la violence, le mal radical.  En dégageant la structure de Relire le relié, testament de Michel Serres, Henriette Korthals-Altes montre son ambition de dépasser le « moment galiléen » qui depuis la fin de la renaissance oppose science et religion ainsi que le parallèle qu’il établit entre la pensée abstraite (depuis le « miracle grec ») et les diverses formes de religion.

Pour la dernière session du séminaire, nous sommes revenus à des textes du « jeune Serres ». Gilles Dowek a présenté sa lecture du mémoire écrit par Michel Serres en 1953-1954, intitulé Remarques sur certains systèmes de nombres, un travail d’étudiant dirigé par Gaston Bachelard. Un texte de jeunesse, pourtant fondateur. Enfin, Roland Schaer a rendu compte d’un des premiers textes rédigés par Serres en mars 1961 mais resté inédit, l’Essai sur les modèles géométriques du Politique de Platon. Il met en évidence deux figures ˗ la diagonale du carré et l’entrelacs du « paradigme du tisserand », que l’on repère, dans les textes ultérieurs de Michel Serres.

Au bilan, ce séminaire a fait émerger une série de questions centrales pour comprendre les ancrages scientifiques de l’œuvre de Serres grâce à la publication des Cahiers de formation. Ces questions seront approfondies et complétées au cours d’un séminaire mensuel à l’ENS-Ulm durant l’année universitaire 2023-24. Nous envisageons une autre réunion de cinq jours pour finaliser un ouvrage collectif sur l’apport de Serres à la philosophie des sciences et des techniques en 2025.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 5 juillet). Michel Serres, philosophe des sciences et des techniques ? Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv86

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search