L’Aristarque de Roberval

Séjour d’étude organisé par Vincent Jullien du 27 au 31 mars 2023.

Participants

Vincent JULLIEN (Professeur émérite en philosophie à l’Université de Nantes), Lucie THÉVENET, (MCF (HDR) en Langue et littérature grecques à Nantes Université), Jean DHOMBRES (Directeur de Recherche en Histoire des sciences à l’EHESS, Paris), Guillaume LOIZELET (Agrégé de Mathématiques, Docteur en Histoire des sciences, Université de Toulouse).

Résumé

Le but de notre séjour était d’avancer significativement dans un projet de recherche lancé il y a deux ans. Il s’agit de traduire, annoter et commenter un traité publié en latin par Gilles Personne de Roberval à Paris en 1644, sous le titre Aristarchi Samii de Mundi Systemate. Quelques notes sont utiles pour saisir l’intérêt de ce texte curieux et remarquable.

Abstract

The purpose of our stay was to make significant progress in a research project launched two years ago. The aim is to translate, annotate and comment on a treatise published in Latin by Gilles Personne de Roberval in Paris in 1644, under the title Aristarchi Samii de Mundi Systemate. A few notes are useful to grasp the interest of this curious and remarkable text.

Compte rendu

L’Aristarque de Roberval

Gilles Personne de Roberval, détail d’un tableau d’Henri Testelin (Public domain, via Wikimedia Common)

En 1644 paraît à Paris, un volume de 148 pages intitulé Aristarchi Samii de Mundi Systemate, partibus, & motibus ejusdem, Libellus. Adjectae sunt notae ineundem libellum AE.P. de Roberval… Paris, Antonium Bertier.

Ce traité se présente comme la traduction anonyme, en latin, d’un texte d’Aristarque de Samos transmis par un manuscrit arabe. Sur instance du Père Mersenne et de Pierre Brulart, le mathématicien et philosophe G.P. de Roberval aurait accepté d’en améliorer le style et de l’annoter pour la placer sous l’éclairage des découvertes astronomiques récentes. D’Aristarque, qui fut l’élève du troisième chef du lycée d’Aristote, Straton, ne nous est parvenue qu’une œuvre Les Distances de la Lune et du Soleil.

Tout Paris sait rapidement que le véritable auteur de l’Aristarque est bien Roberval.

Le traité n’a pas laissé indifférent et eut un réel impact ; il fut réédité par Mersenne en 1647 qui l’intègre en l’intégrant au tome III de ses Novarum Observationum,

On peut tirer quatre enseignements de l’étude du pseudo traité d’Aristarque:

 

 

 

  1. L’auteur y développe une argumentation sérieuse et raisonnée en faveur du système héliocentrique et d’un Monde sans limites.
  2. Il consiste en une libre variation sur le système du monde (ou sur les systèmes). Tel est précisément le statut que son auteur entend lui donner, sans prétendre à la vérité de la cosmologie qui y est exposée.
  3. On y trouve convoqués ou élaborés certains des concepts principaux que Roberval emploie dans l’étude des phénomènes physiques que sont les effets barométriques, l’attraction, la lumière et même la composition des mouvements et des forces. 
  4. Les trois enseignements précédents font de l’Aristarque un manifeste significatif en faveur d’un certain scepticisme scientifique, ou phénoménisme.

Les points délicats et controversés reçoivent, dans l’Aristarque des explications générales destinées au public éclairé et non seulement aux astronomes professionnels : phases de Vénus, précession des équinoxes, apogées, trajectoires elliptiques, comètes etc.

Roberval s’engage dans la description du fonctionnement et de la genèse du système tout entier. Le premier mot du traité, Intelligatur, donne le ton à tout l’ouvrage. « Prenons comme hypothèse », « admettons » ou « supposons » : cette expression est véritablement scandée au fil des 148 pages. De vastes hypothèses, nous déduisons des effets dont l’exactitude valide la possibilité, la légitimité de ces hypothèses et non — bien sûr — leur vérité.

Bornons-nous ici à mentionner les sous-titres du traité : Du mouvement du Soleil, Du mouvement périodique des planètes, Du mouvement diurne, De la déclinaison de la lune, Des apogées et périgées, De la précession des équinoxes, Des comètes, à quoi il convient d’ajouter une série de notes concernant les phénomènes qu’Aristarque ne pouvait pas connaître comme les satellites de Jupiter ou la forme elliptique des orbites.

Si le traité est empreint d’une sorte d’animisme longuement repris dans l’Épilogue (il peut y avoir une âme du monde, et même de chaque sous-système), ce qui lui importe surtout est de montrer que l’on peut se dispenser d’une telle hypothèse animiste, qu’elle peut s’effacer sans dommage, les phénomènes s’expliquant tout aussi bien sans recourir à une âme ; tel est le rôle que jouent ses notes additionnelles. Cette position constitue l’essentiel de l’Épilogue de l’Aristarque.

Avec l’Aristarque, on a un modèle du système du monde qui illustre un possible de type nouveau dans les sciences de la nature. La possibilité sans la certitude, ce que l’on a dénommé le phénoménalisme. Ce sont bien les phénomènes que l’on vise et que l’on atteint, sans les élucider absolument.

Usage prévu de notre travail sur l’Aristarque de Roberval.

Le traité de Roberval n’a jamais été convenablement traduit en français. Notre équipe termine cette tâche. Lors du séjour, nous avons employé les compétences complémentaires existantes au sein de notre équipe pour proposer une traduction correcte, au point de vue de la langue, au point de vue des sciences astronomiques et physiques, correcte aussi du point de vue du contexte scientifique et philosophique de l’époque.

Il est nécessaire d’accompagner la traduction elle-même par un appareil critique de notes explicatives pour un lecteur contemporain, de textes de commentaires généraux, scientifiques et philosophiques, de la présentation des textes qui ont accompagné ou commenté le traité depuis sa publication (Descartes, Newton, Voltaire, Delambre, Hooke, Maupertuis, Monge etc.).

Ce travail devrait stimuler des activités pédagogiques (ateliers de traduction, de recherches de sources pour l’annotation et l’étude détaillée de la réception) et de recherche (masters ou doctorats).

Lors du séjour aux Treilles, nous avons avancé significativement dans la traduction, et aussi rencontré des passages d’interprétation difficiles qui ont suscité entre nous des discussions approfondies. Il n’est pas douteux que l’achèvement du projet devra beaucoup à l’accueil remarquable reçu aux Treilles et aux conditions de travail exceptionnelles offertes par la fondation.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 11 juillet). L’Aristarque de Roberval. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 28 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv88

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search