Les cahiers bilingues allemand-hébreu de Franz Kafka

Petit séjour d’étude organisé par Keren Mock du 30 mai au 10 juin 2023.


Participants

MOCK Keren (Sciences Po Paris/ITEM CNRS-ENS/MFJC), BAUMGARTEN Jean (EHESS/CNRS, Paris) et CADE Alexandra (traductrice Allia, Calmann-Lévy).

Résumé

Quelle place occupait l’hébreu dans l’imaginaire et l’œuvre de Franz Kafka ? L’apprentissage de cette langue et le projet d’émigration de l’écrivain en Palestine ont-ils inspiré son rapport à l’écriture des fictions, des fragments narratifs et des journaux ? Des manuscrits encore inexplorés dans leur intégralité et conservés à la Bodleian Library d’Oxford ainsi qu’à la Bibliothèque nationale d’Israël révèlent un autre Kafka vivant à une période de transition marquée par l’effondrement de l’Empire, la grande Guerre, la naissance des nations et du sionisme. Bouleversement également personnel provoqué par l’irruption de la maladie, la rupture avec Felice Bauer. C’est dans ce contexte tourmenté que l’écrivain commence à se passionner pour l’hébreu.
Le séjour d’étude à la Fondation des Treilles a rassemblé des spécialistes de la traduction (hébreu, allemand, yiddish), de l’histoire culturelle et religieuse du judaïsme ashkénaze, ainsi que de littérature comparée. Il a permis d’aborder des questions très concrètes liées à la publication d’un futur ouvrage sur l’ensemble des cahiers et feuillets bilingues hébreu-allemand de Kafka (CNRS Éditions, à paraître) et d’étudier comment au fil de ces documents se déploie un univers multilingue où culture et politique, littérature et mystique juive s’entremêlent. De l’esthétique à l’écriture, de la lexicographie à la biographie, l’ouvrage qui devrait paraître à la suite de ce séjour, cherche à dépasser les cloisonnements disciplinaires pour aborder la question de l’intertexte hébraïque dans le processus de création de Kafka. La publication d’une édition critique avec facsimilés permettra aux lecteurs de découvrir les questionnements relatifs aux transformations d’une langue sacrée et transcendante – l’hébreu – devenant au début du XXe siècle un nouveau medium de communication, de création littéraire, d’expérimentation langagière : une vision du monde sécularisée dans laquelle s’inscrit Kafka.

Abstract

What place did Hebrew occupy in Franz Kafka’s imagination and work? Did learning this language and the writer’s plans to emigrate to Palestine inspire his approach to writing fiction, narrative fragments, and his diary? Yet unexplored manuscripts preserved in Oxford’s Bodleian Library and Israel’s National Library reveal another Kafka living in a period of transition marked by the Empire’s collapse, the Great War, the birth of nations, and Zionism. It was also a time of personal upheaval, marked by the onset of illness and the break-up with Felice Bauer. In this tormented context, the writer began to develop a passion for Hebrew. This visit to the Treilles Foundation brought together specialists in translation studies (Hebrew, German, Yiddish), in the cultural history of Ashkenazi Judaism as well as in comparative literature. It addressed more specific and technical issues regarding the publication of all notebooks and Hebrew-German bilingual sheets (CNRS Editions, forthcoming). These documents allowed us to explore how Kafka’s notebooks and folios unfold a multilingual universe where culture and politics, literature, and Jewish mysticism intertwine. From aesthetics to writing, from lexicography to biography, the book that is due to be published as a result of this visit seeks to go beyond disciplinary boundaries to address the question of Hebrew intertext in Kafka’s creative process. The publication of a critical edition with facsimiles will enable readers to discover the issues surrounding the transformation of a sacred and transcendent language – Hebrew – into a new medium of communication, literary creation, and linguistic experimentation at the beginning of the twentieth century: a secularized worldview shared by Kafka himself.

Compte rendu

 Bibliothèque Nationale d’Israël, Cahier bilingue de Franz Kafka, vers 1922.
Quelques mots étudiés par l’écrivain dans la page de ce cahier :
Erscheinung הופעה
Glanz
[vision, éclat]
Republik קהליה
[République – néologisme en hébreu, le mot n’est plus utilisé en ce sens]
Betrubnis דאבון
[tristesse – en hébreu, hapax biblique]
Staub אבק
[poussière]
orthodox חרד
[orthodoxe]

Il existe un nombre considérable d’ouvrages sur la vie et l’œuvre de Kafka, et pourtant, son travail sur l’hébreu reste relativement peu exploré. Le séjour d’étude à la fondation Treilles nous a permis, par d’intenses échanges interdisciplinaires, d’approfondir de manière significative notre connaissance du corpus des archives en hébreu, encore largement inédites. Les échanges ont porté sur l’analyse et la contextualisation de ce fonds pour mieux comprendre les interactions intellectuelles, linguistiques, littéraires, encore mal connues, qui ont animé Kafka dans sa vie et dans sa création. S’agissant de corpus caractérisés par la présence de documents manuscrits, l’approche de génétique s’est imposée dans nos discussions et, avec elle, les techniques d’analyse de l’écriture (ratures, sens de l’écrit multilingue, paléographie etc.), ainsi que les concepts par lesquels l’intertextualité peut être étudiée en termes de processus, notamment à travers les processus de traduction.
1. Analyse et édition des manuscrits. Pour ce corpus manuscrit inédit de Kafka, nous avons abordé ensemble la composition du dossier de genèse dans la visée de sa publication (inventaire, authentification, datation, analyse codicologique, déchiffrement, spécification des pièces manuscrites et des références). Nous avons travaillé sur la méthodologie de classement, de transcription, d’annotation et sur la structure de l’ouvrage (table des matières) en effectuant des choix (délimitation du corpus, sélection de facsimilés etc.).

2. Étude de genèse et démarche interdisciplinaire. Ce séjour de recherche a été doublement marqué par l’exigence interdisciplinaire : à la fois par la nature du corpus étudié, qui relève de disciplines différentes, et par la nature des moyens d’analyse herméneutiques qui sont employés pour interpréter les processus intertextuels. Le corpus a la singularité de combiner plusieurs régimes de discours : philologique, littéraire et linguistique. Il s’agit, tout autant, des spécifications propres à la problématique de la traduction, sans oublier celles dérivées de l’histoire personnelle de l’écrivain, dans sa dimension autobiographique, mais aussi en relation avec son imaginaire des langues et la part secrète de sa psychè. Le travail sur ce corpus a fait l’objet d’une étude de genèse interprétative destinée à établir le rôle de l’intertexte hébraïque dans l’écriture des œuvres.

3. Humanités numériques. Un travail d’édition critique proprement dit des fonds manuscrits de l’ensemble des cahiers et feuillets bilingues allemand-hébreu est d’ores et déjà mené sous la forme d’une édition papier. Au cours des échanges, nous avons également conçu l’intérêt d’intégrer à la publication une dimension digitale par la constitution d’une base de données.

Ce séjour de recherche a été essentiel pour l’approfondissement de l’analyse de notre corpus et la formalisation de notre projet éditorial. Nous tenons à remercier le jury de la Fondation ainsi que le personnel pour son accueil chaleureux. Les échanges passionnants qui se sont tenus au fil de nos rencontres avec littéraires, scientifiques et artistes ne manqueront pas de marquer notre futur ouvrage.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 26 juin). Les cahiers bilingues allemand-hébreu de Franz Kafka. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://lestreilles.hypotheses.org/7464

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search