Jean Cocteau – l’annonce de la mort de Guillaume Apollinaire

Dans nos archives il y a… l’annonce de la mort de Guillaume Apollinaire, génial poète et écrivain français.

Dans une lettre conservée dans nos archives et datée du 9 novembre 1918 Jean Cocteau, dont nous possédons plusieurs lettres, écrit à André Salmon, journaliste et critique d’art : « Le pauvre Apollinaire est mort. Picasso est trop triste pour écrire… »

Qu’ont donc ces personnages en commun ?

Les relations entre Jean Cocteau, poète et dramaturge bien connu, et Guillaume Apollinaire seront brèves puisqu’elles débutent fin 1916 et se poursuivront jusqu’à la mort du second en 1918. Cocteau célèbrera à maintes reprises l’auteur d’Alcools et répondra toujours présent lorsqu’il s’agira de perpétuer sa mémoire.

Picasso et Apollinaire se rencontrent eux en 1905. Ils deviendront amis et partageront le même état d’esprit et la même liberté de penser.

André Salmon, quant à lui, sera un grand défenseur du cubisme aux côtés de notre poète qui décèdera de la grippe espagnole, affaibli par une blessure à la tempe causée par un éclat d’obus dans une tranchée.



Citer ce billet
ldiebold (2023, 12 juin). Jean Cocteau – l’annonce de la mort de Guillaume Apollinaire. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv7z

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search