ECO – Europe Concepts Online – Les mots de l’Europe en ligne

Séminaire organisé par Kornelia Kończal, Valérie Rosoux et Thomas Serrier, du 27 février au 4 mars 2023

 

Participants

Émile CHABAL (University of Edinburgh, Écosse), Micha GABOWITSCH (Institut für die Wissenschaften vom Menschen, Vienne, Autriche), Jens Uwe GRAU (Creative director, Berlin), Mathilde HAREL (Université de Lille/EHESS, Paris), Kornelia KOŃCZAL (Universität Bielefeld, Allemagne) Stéphane MICHONNEAU (Université de Lille), Natalie NOUGAYRÈDE (The Guardian), Xosé Manoel NUNEZ SEIXAS (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne), Eva PIIRIMAE (University of Tartu, Estonie), Mike PLITT (Creative Director, Berlin), Thomas SERRIER (Université de Lille), Steven STEGERS (EuroClio, Den Haag, Pays-Bas). Valérie ROSOUX (Université Catholique de Louvain, FNRS, Belgique), co-organisatrice, excusée.

 

Résumé

ECO  – European Concepts Online – est un projet européen et international dont l’objectif est de donner à voir les conditions de possibilité d’un espace européen, en éclairant a contrario les barrières qui s’opposent à son émergence. Il s’agira à terme de mettre véritablement en scène sur un site internet dédié les écarts historiques de significations entre des mots significatifs du vocabulaire politique et social européen, en s’appuyant sur la maniabilité du support numérique pour inventer une présentation didactique et raisonnée, et en intégrant la réflexion menée notamment en histoire des concepts, en sémantique historique, en histoire des transferts et dans les memory studies, par des chercheurs de plusieurs disciplines (histoire, philosophie, sociologie, sciences politiques, etc.). 

Le séminaire ECO qui s’est tenu à la Fondation des Treilles, au stade encore embryonnaire du projet (début 2023), avait une raison prosaïque et organisationnelle, en servant d’assemblée constituante de l’équipe scientifique, et en défrichant dans la foulée les quatre grands chantiers ou défis auxquels le projet sera inévitablement confronté : gouvernance, finance, contenu, forme. ECO se distingue tant par son originalité que par son effet d’évidence: Aussi surprenant que cela puisse paraître, un outil numérique fait défaut actuellement qui permette de penser, ou simplement de voir, les écarts de significations d’une langue à l’autre et d’un pays à l’autre, alors même que la nécessité d’un panorama d’ensemble est d’une urgence criante pour mieux saisir l’Europe à travers même les malentendus linguistiques et/ou culturels.

Summary

ECO – European Concepts Online – is a European and international project whose objective is to show the conditions of possibility of a European space, by enlightening on the contrary the barriers which oppose its emergence. In the long term, it will be a question of truly staging on a dedicated website the historical differences in meaning between significant words of the European political and social vocabulary, relying on the maneuverability of the digital medium to invent a didactic and reasoned presentation, and by integrating the reflection carried out in particular in the history of concepts, in historical semantics, in the history of transfers and in memory studies, by researchers from several disciplines (history, philosophy, sociology, political science, etc.).

The ECO seminar held at the Fondation des Treilles, at the still embryonic stage of the project (early 2023), had a prosaic and organizational reason, by serving as a constituent assembly of the scientific team, and by clearing the way the four major projects or challenges that the project will inevitably face: governance, finance, content, form. ECO is distinguished both by its originality and by its effect of evidence: as surprising as it may seem, a digital tool is currently lacking which makes it possible to think, or simply to see, the differences in meanings from one language to another and from one country to another, even though the need for an overall panorama is urgently needed to better understand Europe even through linguistic and/or cultural misunderstandings.

 

Compte rendu

Espagnols, Polonais, Allemands, Français, Grecs, Italiens et Roumains, etc. entendent-ils bien la même chose lorsqu’on leur parle de souveraineté, de puissance (power, Macht ? Handlungskapazität ?), de dette (Schuld, debt, δημόσιο χρέος), d’union, de relations Eglise(s)-Etat (laïcité, secularism, Trennung von Kirche und Staat, etc.), de peuple (narod, Volk, people) voire d’identité européenne ? A l’évidence, non.  A la fois politiques et linguistiques, les problèmes d’intercompréhension et les malentendus interculturels qui en découlent, ou qui les conditionnent, perdurent, et s’observent tous les jours, tant entre Etats qu’entre citoyens européens, de façon éclatante parfois, sous-jacente toujours. Le projet européen ECO, acronyme de « EUROPE CONCEPTS ONLINE / LES MOTS DE L’EUROPE EN LIGNE » – et tout à la fois hommage déclaré à Umberto Eco (« La langue de l’Europe, c’est la traduction ») – a pour ambition de développer sur la Toile un répertoire transnational véritablement plurilingue, raisonné et commenté des notions-clés de l’Europe contemporaine, conçu, développé et porté au sein d’une pluralité de pays européens par des chercheurs de plusieurs disciplines en concertation avec des acteurs culturels et sociaux (journalistes, enseignants, etc.). Par son thème et son ambition, le séminaire ECO entre ainsi en écho avec l’interrogation sur la « multiplicité des sens » / « multiplicité des langues » / « multiplicité dans une langue » qui a jadis présidé à la conception du Vocabulaire européen de la philosophie. Dictionnaire des intraduisibles (Barbara Cassin), tout en tirant le questionnement vers une histoire sémantique attentive aux usages sociaux, illustrée notamment par l’œuvre de Reinhart Koselleck, et, en complément, vers une histoire mémorielle attentive aux mots qui façonnent les grands récits et les perceptions croisées – raison pour laquelle trois participants du séminaire avaient déjà été impliqués dans la résidence « Lieux de mémoire européens » (mars 2017) et la publication du gros collectif Europa. Notre histoire (Les Arènes, 2017).

Si le but ultime du projet ECO est de donner à voir les conditions de possibilité d’un espace européen, en éclairant a contrario les barrières qui s’opposent à son émergence, à travers une réflexion historique sur les écarts de significations entre les mots significatifs du vocabulaire politique et social européen, le séminaire ECO qui s’est tenu à la Fondation des Treilles, au stade encore embryonnaire du projet (début 2023), avait une raison d’être plus prosaïque et organisationnelle. Après une trop courte journée d’études (dés)organisée pendant le Covid à la Maison de l’Histoire Européenne fin 2021, le séjour aux Treilles avait pour but de (re)lancer véritablement le projet en servant d’assemblée constituante de l’équipe scientifique, et en défrichant dans la foulée les quatre grands chantiers ou défis auxquels le projet est confronté : gouvernance, finance, contenu, forme. ECO se distingue en effet par une originalité fondamentale : Aussi surprenant que cela puisse paraître, un outil numérique fait défaut actuellement qui permette de penser, ou simplement de voir, les écarts de significations d’une langue à l’autre et d’un pays à l’autre (ce qui est souvent la même chose, mais pas toujours), alors même que la nécessité d’un panorama d’ensemble est d’une urgence criante, de l’aveu même de différents acteurs en prise avec la diversité irréductible du continent. La présence d’acteurs de la « société civile » (comme Natalie Nougayrède, éditorialiste au Guardian, présente aux Treilles, ou Baptiste Roger-Lacan, rédacteur du Grand Continent, participant en distanciel) a largement contribué à positionner les travaux du séminaire du côté d’une didactique des savoirs interculturels, à l’interface entre la recherche scientifique et l’objectif de diffusion et de dissémination vers « un » public européen de facto pluriel et plurilingue.

 Les échanges intellectuels et méthodologiques qui ont pu prendre place aux Treilles entre représentants de plusieurs disciplines (histoire, politologie, philosophie, etc.), spécialistes de plusieurs aires culturelles, tous porteurs d’expériences transculturelles vécues, ont de fait conduit à souligner la particularité d’ECO, qui, loin d’épouser une nouvelle fois la trame d’un récit unitaire, unilingue, linéaire et pseudo-nécessaire, devra au contraire justement donner à voir dans une présentation panoptique pluralité européenne : une dialectique incessante de différenciations et de convergences.  En proposant à la fois une mise en regard panoramique des écarts et une mise en commun du savoir, ECO espère contribuer à (re)penser l’Europe en partant de sa pluralité intrinsèque. L’expérience d’un spécialiste des multimédias (Jens Uwe Grau) et d’un historien rompu à la mise en forme numérique des savoirs historiques (Mike Plitt) ont permis de prendre en compte la malléabilité du support numérique et les enrichissements possibles d’un projet intrinsèquement collaboratif, extensible, actualisable, conçu comme un véritable accompagnement intellectuel des débats européens appelé à durer.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 5 juillet). ECO – Europe Concepts Online – Les mots de l’Europe en ligne. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv85

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search