La correspondance de Montesquieu

Séjour d’étude de Catherine Volpihac-Auger, ENS de Lyon (IHRIM, UMR 5317), du 3 au 15 avril 2023.

 

Résumé

Mon objectif était de refonder la chronologie des manuscrits de Montesquieu en appliquant les découvertes réalisées depuis 2008. J’ai bénéficié pour cela de la redécouverte récente et inespérée (décembre 2022) d’un « Catalogue des manuscrits » établi en 1818. Une nouvelle édition de ce document d’une douzaine de pages, accompagnée d’une annotation renforcée, constitue le premier résultat de ce séjour, résultat imprévu et imprévisible lors du dépôt de mon dossier. Une mise en ligne de cette nouvelle édition sur le site « Montesquieu. Bibliothèque & éditions » est envisageable dès 2023.

J’ai ensuite dû faire des choix, car après ce travail non prévu au départ, qui m’a occupée 4-5 jours, je ne pouvais traiter l’ensemble du corpus initialement envisagé. J’ai choisi de traiter les œuvres les plus « massives », considérant que les opuscules pouvaient faire l’objet d’études plus concentrées, réclamant moins de temps, et bénéficieraient des retombées, plus nombreuses, des œuvres plus volumineuses.

Je me suis donc concentrée d’abord sur le Manuscrit de L’Esprit des lois dont j’avais réalisé l’édition en 2008, en tirant les leçons de l’édition des Pensées, dans laquelle j’avais avancé l’hypothèse qu’aurait existé avant 1740 un ouvrage intitulé  « La liberté politique ». Le Manuscrit de L’Esprit des lois confirme pleinement cette hypothèse.

J’ai ensuite examiné le Spicilège (850 feuillets) où j’ai relevé les passages « astérisqués » par Montesquieu, qui distinguent ses interventions personnelles au fil d’un texte allogène. Ce travail n’a pu être achevé durant la durée du séjour, mais il a été suffisamment avancé pour que soient posés les principes de cette étude, à partir d’observations sur leur récurrence et leur utilisation dans la première moitié du volume.

Les deux semaines de travail aux Treilles m’ont donc permis de remplir des objectifs légèrement différents de ceux que je m’étais assignés initialement ; mais le travail a considérablement avancé, sur des points qui réclamaient concentration et continuité. Les conséquences s’en feront sentir sur les éditions numériques à venir dans les prochaines années, et même dès n2023, sur le site « Montesquieu. Bibliothèque & éditions ».

Summary

My objective was to rebuild the chronology of Montesquieu’s manuscripts by applying the discoveries made since 2008. I have benefited for this from the recent and unexpected rediscovery (December 2022) of a “Catalogue of manuscripts” established in 1818. A new edition of this document of a dozen pages, accompanied by a reinforced annotation, constitutes the first result of this stay, an unforeseen and unforeseeable result when my file was submitted. A posting of this new edition on the site “Montesquieu. Library & editions” is possible since 2023. I then had to make choices, because after this work that was not initially planned, which took me 4-5 days, I could not process the entire corpus initially envisaged. I have chosen to deal with the most “massive” works, considering that the opuscules could be the subject of more concentrated studies, requiring less time, and would benefit from the more numerous spin-offs of the more voluminous works. So I focused first on the Manuscript of “L’Esprit des lois” which I had edited in 2008, drawing lessons from the edition of Pensées, in which I had put forward the hypothesis that would have existed before 1740 a work entitled “Political freedom”. The manuscript of “L’Esprit des lois” fully confirms this hypothesis. I then examined the Spicilège (850 leaves) where I noted the passages “asterisked” by Montesquieu, which distinguish his personal interventions over a foreign text. This work could not be completed during the duration of the stay, but it was sufficiently advanced for the principles of this study to be laid down, based on observations on their recurrence and their use in the first half of the volume. The two weeks of work at Les Treilles therefore allowed me to fulfill slightly different objectives from those I had initially set for myself; but the work progressed considerably, on points which required concentration and continuity. The consequences will be felt on future digital editions in the coming years, and even from n2023, on the “Montesquieu. Library & Editions”.

 

Compte-rendu

Mon objectif était de procéder à une mise au point sur la datation des manuscrits de Montesquieu et de reprendre sur nouveaux frais toutes les publications anciennes et plus récentes (de 2000 à 2008) de ses œuvres, en tirant toutes les conséquences des remises en cause de ces quinze dernières années, afin d’offrir des éditions numériques qui présentent le dernier état de la recherche ; autrement dit, de faire la synthèse de ces découvertes et de les appliquer

  • à des textes considérés comme mineurs, qui peuvent recevoir un nouvel éclairage d’une nouvelle datation, permettant des rapprochements fructueux : par exemple le Discours sur la sincérité, daté (arbitrairement) par Shackleton de 1717, et de ce fait unanimement traité comme une œuvre de jeunesse sans grand intérêt, me semble refléter les préoccupations du cercle de Mme de Lambert tout en témoignant d’une pensée originale et déjà très mûre ; un approfondissement est absolument nécessaire ;
  • à des textes majeurs (Manuscrit de L’Esprit des lois) ou d’importance considérable pour qui veut connaître la genèse de la pensée de Montesquieu et sa documentation (Spicilège) : le mouvement amorcé à partir de 2008 doit être prolongé et leur être appliqué si l’on veut pouvoir en présenter dans les années à venir une édition numérique renouvelée, sur des bases incontestables.

Un tel programme doit se porter en priorité sur le Manuscrit de L’Esprit des lois, mais aussi identifier les points aveugles, qui n’ont pas encore bénéficié d’une attention suffisante, en faisant table rase des interprétations antérieures, et appliquer sans concession les découvertes récentes, tout en tirant les leçons des hésitations déjà évoquées.

Le séjour aux Treilles m’a permis de réaliser pleinement la plupart des objectifs que je m’étais fixés pour refonder cette chronologie des manuscrits.

Le point de départ en a été quelque peu modifié ; en effet j’ai eu la chance, grâce à la directrice du château de La Brède, Mme Cazas-Audureau, de retrouver en décembre 2022 au château, où il était conservé parmi les papiers personnels de la dernière propriétaire du château, Mme de Chabannes, un document inestimable : un manuscrit, connu jusque-là seulement grâce à l’édition qui en avait été donnée en 1955, le « Catalogue des manuscrits » de 1818, établi soixante ans après la mort de Montesquieu par son petit-fils. Disposer du manuscrit même m’a permis de repartir sur les bases les plus claires et les plus incontestables qui soient : ont pu être corrigées un certain nombre d’erreurs de lecture ; une correspondance plus fine entre les titres mentionnés et les manuscrits subsistants a également pu être établie. Une nouvelle édition de ce document d’une douzaine de pages, accompagnée d’une annotation renforcée, constitue le premier résultat de ce séjour, résultat imprévu et imprévisible lors du dépôt de mon dossier. Une mise en ligne de cette nouvelle édition sur le site « Montesquieu. Bibliothèque & éditions » est envisageable dès 2023.

Après 4-5 jours consacrés à ce travail, j’ai pu m’attaquer à ce qui constituait mon objectif majeur, reprendre le corpus manuscrit de Montesquieu, sur des bases renforcées qui me suggéraient aussi de nouvelles hypothèses. Néanmoins, le temps accordé à ce « Catalogue des manuscrits » de 1818 m’imposait de faire des choix, car je ne pouvais traiter l’ensemble de ce corpus. J’ai choisi de traiter les œuvres les plus « massives », considérant que les opuscules pouvaient faire l’objet d’études plus concentrées, réclamant moins de temps, et bénéficieraient des retombées, plus nombreuses, des œuvres plus volumineuses.

Je me suis donc concentrée d’abord sur le Manuscrit de L’Esprit des lois (plus de 1 500 feuillets) dont j’avais réalisé l’édition en 2008 : pour cette édition, j’avais remis en cause la plupart des conclusions émises en 1955 par Robert Shackleton sur la chronologie pour la période 1739-1748 (ainsi que pour la période ultérieure, 1748-1755, durant laquelle Montesquieu procède à de nombreuses corrections). J’avais considéré comme acquise la datation des parties les plus anciennes, antérieures à 1739.

La confrontation avec le manuscrit des Pensées, auquel j’ai travaillé de 2016 à 2021 pour publication en 2023, m’a permis de reconsidérer complètement la composition des passages relatifs à l’Angleterre : l’analyse de sa « constitution » (L’Esprit des lois, XI, 6) et l’évocation des « mœurs » et de la société anglaise (XIX, 27). Tous copiés par le même secrétaire (dont j’avais déjà pu constater antérieurement que les limites chronologiques devaient être décalées : non plus 173-1738, mais 1735-1739), ils constituent en fait le réemploi d’un ouvrage, « La liberté politique », dont Montesquieu a conservé plusieurs autres passages dans le recueil des Pensées. Tout indique qu’avant 1740,  cet ouvrage n’existait déjà plus, puisqu’il a été réutilisé et que des extraits en ont été sauvegardés après en avoir été disjoints. Cette hypothèse, née du travail sur les Pensées, a pu être pleinement confirmée par la reprise du Manuscrit de L’Esprit des lois.

Le dernier manuscrit auquel j’ai pu me consacrer a été celui du Spicilège (plus de 800 feuillets) où j’ai pu commencer à opérer le relevé des passages « astérisqués » par Montesquieu : astérisques d’une importance déterminante, comme il le note lui-même (« on trouvera aussi parmi ce que j’ay compilé quelques refflections de ma facon il faudra que je les marque d’une asterisque », §1),  puisqu’ils permettent de distinguer les interventions personnelles de Montesquieu au fil d’un texte allogène. L’édition de 2002 du Spicilège n’avait pas systématiquement noté l’apparition de ce signe, récurrent dans les textes de Montesquieu mais dont on était loin de mesurer alors toute l’importance ; il importait d’identifier plus clairement les passages concernés et de les analyser afin d’en montrer les limites et la fonction. Ce travail n’a pu être achevé durant la durée du séjour, mais il a été suffisamment avancé pour que soient posés les principes de cette étude, à partir des premières observations sur leur récurrence et leur utilisation.

Les deux semaines aux Treilles m’ont donc permis de remplir des objectifs légèrement différents de ceux que je m’étais assignés initialement ; mais le travail a considérablement avancé, sur des points qui réclamaient concentration et continuité, et sur des corpus très volumineux. Les conséquences s’en feront sentir sur les éditions numériques à venir dans les prochaines années, sur le site « Montesquieu. Bibliothèque & éditions », et dès 2023 avec la nouvelle édition du « Catalogue des manuscrits » de 1818.

 

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 24 mai). La correspondance de Montesquieu. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv7u

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search