Mariana : Albert Flament et Marie Laurencin

Un exemplaire de Mariana édité chez François Bernouard à Paris le 20 décembre 1932, exemplaire “réservé à Monsieur Léon Bailby pour les voeux 1933”. Les ouvrages de cet éditeur particulier, également poète et dramaturge, sont reconnaissables à la rose qui orne chaque couverture, une rose dont les parrains illustres sont Albert Flament et Marie Laurencin. Pour connaitre le contenu de ce grand album, imprimé sur vélin de Rives et portant le numéro 101, il suffit d’en lire le sous-titre : Pensées, remarques et réflexions recueillies et préfacées par Albert Flament ornées de quatre lithographies inédites, dessinées et gravées par Marie Laurencin. Dans sa préface Albert Flament relate sa première visite chez la grande artiste en 1923 et il décrit ainsi son appartement : “La porte franchie, toute banalité s’effaçait de celui-ci. Il semblait d’une exquise simplicité, mais combien de degrés trouvons-nous dans la simplicité ? Bien plus encore, sans doute, que dans la profusion. Il régnait là cet air quiet et confortable, qui émane de certains services à thé d’autrefois, d’un fauteuil sans style, d’une fleur qui devance le printemps…” 

Il existera vraisemblablement un lien particulier entre ces deux êtres qui disparaitront la même année en 1956. Dans un ensemble de lettres conservées dans nos archives Marie Laurencin partage souvent ses états d’âme et sa nostalgie avec Albert Flament qu’elle appelle son “Albert chéri” et dans un échange daté de 1934 elle précise : ” Mon Albert, le moindre petit tête à tête d’un quart d’heure avec vous me ferait plus plaisir que rencontres élégantes et vides…”.

Texte de Valérie Dubec-Monoyez

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 3 mars). Mariana : Albert Flament et Marie Laurencin. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 21 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv7g

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search