La singularité du cas Marcel Proust par Jean Schlumberger

Dans Notes sur la vie littéraire de Jean Schlumberger, paru chez Gallimard en 1999, Marcel Proust occupe une place non négligeable dès le début du volume et ce n’est pas uniquement en raison du célèbre refus opposé par la NRF à l’auteur de La Recherche à la fin de 1912. Pascal Mercier, éditeur scientifique de l’ouvrage, remarque : « Il nous est arrivé de parler des « préventions » que l’œuvre de Proust avait pu provoquer chez Jean Schlumberger… » Ces « préventions » apparaissent notamment dans Le Billet de la semaine de L’Alsace française en date du 19 mars 1921, article sur lequel nous nous arrêtons aujourd’hui.

Jean Schlumberger commence par évoquer la singularité du cas Marcel Proust : « Ayant atteint l’âge mûr sans avoir rien ou presque publié, il entreprend soudain d’écrire un vaste roman en sept ou huit volumes…  ». Et il s’attarde sur la démesure de l’œuvre : « un [premier] tome massif de 500 pages sans chapitres, sans alinéas et, qui pis est, sans affabulation romanesque », une œuvre où « une seule conversation occupe parfois le quart d’un volume » et où « trente pages sont consacrées à l’analyse d’une sensation confuse ou à des réflexions sur telle sous-division de la hiérarchie mondaine. »

Jean Schlumberger dans cet article nuance également la notion de chef-d’œuvre appliquée par une partie de la critique à cette saga : « Pendant quelques mois les vrais amis des lettres connurent la délicieuse angoisse du collectionneur qui tient une pièce exceptionnelle… » mais « plus on a le respect et l’amour des productions excellentes, plus on apporte d’hésitations et de scrupules à user du mot de chef-d’œuvre. [… ] Rien ici de ce qu’on appelle communément équilibre de la composition, perfection du style, mouvement dramatique du récit.»

Malgré cela notre auteur modère la critique et reconnait  que « notre esprit rendu paresseux par la phrase alerte et courte où se borne trop souvent depuis le XVIIIème siècle l’art de penser clairement et de bien écrire le français » peut néanmoins « devant les meilleurs pages de Proust » ressentir « les impatiences et les ravissements soudains qu’on éprouve à lire Saint-Simon ou Retz… ». De même il admet : « Comme il arrive pour tels personnages de Balzac qu’on connait mieux que si on les avait fréquentés dans la réalité, certaines figures qui passent et repassent dans ces mémoires ne nous quittent plus. »

Nous verrons dans un prochain épisode que cette évolution plutôt positive de la critique se poursuit dans un article du Figaro en date du 16 juillet 1922.

Texte de Valérie Dubec-Monoyez



Citer ce billet
ldiebold (2023, 2 mars). La singularité du cas Marcel Proust par Jean Schlumberger. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 5 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv7d

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search