Quelques madeleines de Proust dans les archives du Centre André Gide-Jean Schlumberger 

Dans le Cabinet Jean Schlumberger sont conservées les notes de lecture de notre cher écrivain. Quatre cahiers d’écolier de la marque A l’hirondelle et quatre boites en carton renferment environ 1600 feuillets. Les cahiers contiennent les résumés de lecture, (dont certains de la main de son épouse Suzanne), des années 1898, 1901, 1902 et 1903. Dans les boites les notes sont, quant à elles, classées par noms d’auteur et à la lettre P l’on trouve deux feuillets en date du 30 janvier 1921 consacrés à l’ouvrage Les plaisirs et les jours, de Marcel Proust, recueil de poésies en prose et de nouvelles, paru en 1896. Après avoir rappelé la préface d’Anatole France louant « le merveilleux esprit d’observation, l’intelligence souple, pénétrante et vraiment subtile » de l’auteur, Jean Schlumberger s’attarde sur deux passages particuliers du recueil : Mélancolique villégiature de Madame de Breyves et Les [regrets] rêveries couleur du temps. Il note dans ses feuillets, même si « certains récits manquent d’intérêt », qu’« on y retrouve du futur Proust quelques analyses très aiguës et une manie nobiliaire fort comique : les duchesses [y] sont une espèce aussi commune qu’ailleurs les femmes rousses ou cendrées… »

Texte de Valérie Dubec-Monoyez



Citer ce billet
ldiebold (2023, 2 mars). Quelques madeleines de Proust dans les archives du Centre André Gide-Jean Schlumberger . Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv7c

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search