La petite musique de Proust dans les archives du Cabinet Jean Schlumberger

Comme nous l’avions déjà souligné dans le précédent épisode la critique de Jean Schlumberger à l’encontre des ouvrages de Marcel Proust évolue avec le temps…

Dans un article du Figaro publié le 16 juillet 1922 notre auteur note quand même à propos de La Recherche : « bien habiles ceux qui sauraient dans quelle catégorie ranger ses ouvrages » mais il ajoute dans la foulée : “Le lecteur a cru, sur la foi du titre, pénétrer dans un cycle de romans mais c’est dans une forêt magique…”

C’est également le monde de l’enfance, teinté d’une certaine nostalgie, qui est évoqué par Jean Schlumberger à la lecture de l’œuvre et à l’évocation des personnages de Marcel Proust : « ce sont des êtres avec lesquels nous aurons tout le temps de nous familiariser et que nous apercevons pour la première fois par les yeux d’un enfant… » puis «des souvenirs montent de toute part et, parmi ces buées, des visages apparaissent qu’il [le lecteur] a le sentiment d’avoir déjà vus, tant ils sont dès l’abord chargés de vie et de passé. »  ou encore : « le goût d’une madeleine trempée dans du thé éveille de proche en proche vingt pages d’images et de rêveries. »

Enfin Jean Schlumberger devient véritablement poète lorsqu’il évoque les plus sages lecteurs de Proust qui « se laissent emporter par une musique de plus en plus pleine, houle de phrases puissantes qui se creusent, se recourbent, agitées soudain de profonds remous, puis de nouveau transparentes, de toutes les couleurs du ciel, couvertes de mille jeux d’écume. »

Gageons que tout ceci ne peut que nous encourager à lire, ou à relire, l’œuvre de Marcel Proust !

Texte de Valérie Dubec-Monoyez



Citer ce billet
ldiebold (2023, 24 février). La petite musique de Proust dans les archives du Cabinet Jean Schlumberger. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv79

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search