Gide et les siens

Texte de Pierre Masson, professeur émérite à l’université de Nantes, 2022.

C’est Olivier Monoyez qui attira mon attention, voici quelques années, sur le dépôt, dans les archives des Treilles, de lettres inédites effectué par Peter Schnyder, au nom de la Fondation Catherine Gide. Il s’agissait de plusieurs dizaines de lettres adressées à André Gide par diverses personnalités culturelles, des musiciens, des écrivains, et surtout de divers peintres, graveurs, dessinateurs. Gide avait été en relation avec eux, au cours de sa vie, qu’ils fussent portraitistes, illustrateurs, amis ou simplement auteurs d’œuvres collectionnées par l’écrivain.

De cet ensemble, il ressortait l’intérêt constant, et pourtant méconnu, que Gide  entretint à l’égard de la peinture de son époque, d’Odilon Redon à Raoul Dufy, de Signac à Marie Laurencin, et soutenant spécialement, encouragé par Jacques-Émile Blanche, l’anglais Walter Sickert dont on ne perçoit que tout récemment en France l’originalité.

     Cet ensemble d’inédits a été à l’origine d’un livre, publié en 2019 par Gallimard, qui inaugurait la série « Les inédits des Treilles ». Il permet de suivre Gide dans son itinéraire d’amateur de peinture, d’abord simple collectionneur dilettante, dont le goût s’affirme ensuite à travers les commandes qu’il passe, les peintres qu’il soutient. C’est là un aspect du goût de Gide qui ne transparaît pas dans son œuvre fictionnelle, mais qui éclaire sa conception de l’art qu’il a exposée dans certains essais, et qui permet aussi de mesurer son implication dans les milieux artistiques de son temps.

    Un tel travail, qui a suscité un intérêt visible, pourrait être réédité à partir de l’ensemble de lettres d’écrivains reçues par Gide ; moins important, il comporte cependant un dossier conséquent concernant Maurice Quillot, un des plus proches amis de Gide à ses débuts, auteur de romans symbolistes : quelques lettres de Gide, une dactylo d’un roman de Quillot annoté par Gide et un autre manuscrit. Le tout pourrait fournir la matière d’un nouvel « inédit des Treilles » assez inattendu.



Citer ce billet
ldiebold (2023, 30 janvier). Gide et les siens. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv77

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search