Quelques trésors du fonds Flament

Texte rédigé par Caroline Szylowicz, qui a participé en 2021 au séjour d’étude Recherches complexes et fouille textuelle dans l’édition numérique de la correspondance de Proust.

La bibliothèque de la Fondation des Treilles recèle un trésor pour les spécialistes de la Belle Époque et de la première moitié du 20e siècle : un important fonds d’archives d’Albert Flament (1875-1956), auteur aujourd’hui largement méconnu, mais omniprésent dans les milieux culturels, artistiques et mondains de son époque. Journaliste et chroniqueur mondain, critique littéraire et artistique, romancier, dramaturge, Albert Flament a laissé une production écrite prodigieuse. Le fonds des Treilles contient de nombreux manuscrits, dactylographies et articles écrits rédigés par Albert Flament pour divers journaux et revues, ainsi qu’une partie de sa correspondance reçue.

Lors d’un séjour accordé par la Fondation des Treilles en mars 2018, j’ai pu explorer une partie de ce fonds, avec l’aide de Mme Valérie Dubec-Monoyez, la bibliothécaire, qui m’a accueillie avec une extrême gentillesse, m’a ouvert tout grand les portes de son domaine et n’a pas ménagé son temps. Je la remercie ici : étant moi-même bibliothécaire, j’apprécie toute la valeur et l’importance de son travail, à la fois en amont et au service des chercheurs.

Le projet principal de mon séjour portait sur des lettres adressées à Albert Flament par Lucien Daudet (1878-1946), fils d’Alphonse et frère de Léon Daudet, dans le cadre d’une nouvelle édition de la correspondance de Marcel Proust. Lucien Daudet, ami intime de longue date et figure majeure dans la correspondance de Proust, y est rendu artificiellement muet par l’absence de ses lettres : seule une demi-douzaine de ses lettres à Proust semblent être parvenue jusqu’à nous. Dans ses lettres à Albert Flament, son ami intime depuis l’adolescence, Lucien Daudet recouvre sa voix. Pour les éditeurs de la correspondance de Proust, ces lettres que Lucien Daudet expédie régulièrement à Albert Flament constituent un contrepoint chronologique particulièrement riche et utile aux missives de Proust, qui sont rarement datées et parfois elliptiques.

Au-delà ce ce premier projet, j’ai pu faire un repérage d’autres ressources documentaires, et j’ai été sensible en particulier à la richesse de la correspondance reçue, ou « passive » d’Albert Flament, qui restitue une partie de son réseau professionnel et amical. « Remarqués dans l’assistance », pour reprendre la formule typique des comptes rendus mondains de l’époque : Lucien Daudet, donc, Mme Alphonse Daudet, Colette, Lucie Delarue-Mardrus, Henri Duvernois, Léon-Paul Fargue, Paul Fort, Francis Jammes, Jacques de Lacretelle, Henri Lavedan, Maurice Maeterlinck, Robert de Montesquiou, Anna de Noailles, Rachilde, Paul Reboux, Henri de Régnier, Marthe Bibesco, et bien d’autres encore.  

Attardons-nous sur le dossier « Colette ». Il contient une quinzaine de lettres échelonnées entre 1902 et 1934. Ce sont, pour la plupart, des remerciements chaleureux et spirituels pour les critiques élogieuses de Flament dans diverses chroniques. Ainsi, ce mot rédigé sur une carte postale du portrait bien connu de Willy et Colette. Colette, faisant allusion à son air (faussement) ingénu sur la photographie, écrit: « Si elle baisse les yeux, c’est que // la confusion l’accable de se voir toute vive imprimée au Carnet des Heures, et dans quels termes, affectueux et partiaux ! Vous êtes un ami charmant, que je remercie avec la dernière vivacité  Colette Willy », probablement en réponse au compte rendu flatteur de Flament (Martin Gale) dans l’Intransigeant du 10 avril 1906 de la première d’une pièce en un acte de Willy et Andrée Cocotte (André Trémisot), dans laquelle Colette joue en travesti : « Vêtue en garçon, espiègle, elle bondit, roule les r, aguiche ses partenaires, se tortille, s’amuse énormément, pour soi-même, avant tout, et ne se tire pas plus mal de son emploi que bien des actrices, dès longtemps entraînées. »

Une camaraderie réelle et sans façon se révèle dans des petites invitations comme celle-ci, qui date du mariage avec Willy : « Venez manger des frites à 5 h 1/2 / Amitiés / Colette Willy » ou une autre, dans laquelle Colette promet « un vin italien qui sent l’encre et l’hydromel » et, bien des années plus tard, au temps de son séjour à l’hôtel Claridge (1930-1935), et de sa liaison avec celui qui deviendra son troisième mari, Maurice Goudeket : « Albert ! Pardon ! Demain ! Dîner ! Baisers ! Colette ! Maurice ! »

Les chercheurs et les curieux savent bien que dans les fonds d’archives, les cartonniers aux titres peu évocateurs et rébarbatifs tels que « divers », « sans date », et autres fonds de tiroir recèlent parfois des trésors. Le dossier « Divers » du fonds Flament ne fait pas exception ! Parmi les nombreux textes et documents qui attendent d’être redécouverts, j’en ai retenu deux.

Le premier, qui concerne une personne centrale dans l’univers proustien, a tout de suite attiré mon attention. Il s’agit d’un manuscrit de 17 pages mis au net dans une calligraphie recherchée et qui porte cette description sur la couverture : « Saynète sur un tableau de Mme Vigée-Lebrun – jouée en mai 1912 chez Mme Madeleine Lemaire ».

Madeleine Lemaire (1845-1928, née aux Arcs, non loin de Tourtour), artiste peintre, illustratrice, qui tenait un salon artistique et mondain très prisé, avait fondé l’Université des Arts au 39 rue de la Boëtie. Entre 1908 et le début de la guerre, on y organisait des ateliers pratiques, des conférences d’histoire de l’art, et des concerts. Au printemps 1912, la première causerie de la saison est donnée par Mme Lemaire sur Mme Vigée-Lebrun, la célèbre portraitiste (1755-1842). La conférence doit être suivie d’un « tableau vivant, parlant et chantant » (L’Intransigeant, dimanche 5 mai 1912). On annonce également que « chacune des réunions présentera ainsi les intermèdes les plus artistiques ». La revue Fémina du 1er juin 1912 donne un compte rendu louangeur de la conférence et du tableau parlé et chanté, accompagné d’une photographie.

Le manuscrit de la « saynète » donne les indications suivantes : « Trois personnages : Grétry [André Grétry, compositeur, 1741-1813], Marie-Antoinette, Mme Vigée Lebrun. »

« Un coin de salon à Trianon, en 1787, pendant une séance donnée à Mme Vigée-Lebrun par Marie-Antoinette. Chevalet, fauteuil pour la reine devant une draperie au fond, un clavecin, à gauche, fenêtre donnant sur le parc. »

Le manuscrit comporte de nombreuses corrections de dernière minute et permet de reconstituer cette partie du programme : la reine pose pour Mme Vigée-Lebrun, pour le célèbre portrait de Marie-Antoinette et ses enfants (1787). Elles évoquent l’absence de la princesse Sophie, la fille cadette récemment décédée en bas âge (symbolisée par un berceau vide sur le tableau). Mme Vigée-Lebrun suggère qu’un peu de musique consolerait un peu la reine. Elle fait signe à André Grétry qui l’a accompagnée à Trianon dans l’espoir d’entrevoir la reine. Grétry et la reine chantent plusieurs airs, puis la séance de pose prend fin. La reine sort. La scène s’achève lorsque Grétry respire une rose abandonnée par la reine sur le clavecin.

Le second objet de la boîte « Divers » qui a retenu mon attention et ma curiosité de bibliothécaire est l’ex libris d’Albert Flament : dans un étroit rectangle vertical, figure une rose stylisée qui sort d’une gerbe de flammes, au dessus de la devise « FLAMMANS UT ALBEAT », dans un double cadre. Les initiales du dessinateur, « G.B. », sont visibles dans le coin inférieur droit du dessin. Je pense que cet ex libris a été conçu par George Barbier (1882-1932), le célèbre artiste, dessinateur, illustrateur de mode connu pour son style « art déco » bien reconnaissable. Le lettrage des initiales est semblable à celui de nombreuses signatures, toujours en majuscules qu’on retrouve sur des dizaines d’œuvres de Barbier, et sur lesquels l’empattement du « G » est parfois absent, comme sur l’ex libris.

Albert Flament et George Barbier étaient tout deux collaborateurs de la revue Fémina, et Flament avait rédigé des textes pour plusieurs ouvrages de Barbier, parmi lesquels plusieurs éditions de l’Almanach de la guirlande des mois, paru annuellement de 1917 à 1921 (Paris, Meynial). L’année suivante, Barbier fait paraître chez Meynial, toujours, son fameux volume de Personnages de comédie, dans lequel ses illustrations sont exécutées en gravures sur bois par François-Louis Schmied, sur un texte d’Albert Flament daté de 1914, sorte de méditation rêveuse sur différents rôles tirés de l’histoire du théâtre.

 



Citer ce billet
ldiebold (2023, 24 janvier). Quelques trésors du fonds Flament. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 4 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv75

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search