Changement climatique et éducation

Séjour d’étude de Pierre Léna (Membre de l’Académie des Sciences, Président d’honneur de la Fondation de coopération scientifique La main à la pâte, Astrophysicien) du 22 mai au 8 juin 2019

Note : Lors du dépôt du dossier de demande, trois thèmes de rédaction d’ouvrages avaient été indiqués. À la demande de l’éditeur (Éditions Le Pommier), l’ouvrage traitant du premier thème a dû être publié plus rapidement (avril 2019) sous le titre “Une histoire de flou. Miroirs, trous noirs et autres mondes”. C’est donc le second thème proposé qui a fait l’objet du séjour d’études de mai-juin 2019.

Résumé

L’accord de Paris signé en 2015 lors de la COP 21 fait obligation aux signataires, dans son Article 12, de se préoccuper de l’éducation aux changements climatiques. Repris en 2016 par un colloque conjoint de l’Académie des sciences et de l’Agence française de développement, puis l’année suivante par une déclaration commune de l’ensemble des Académie des sciences du monde (IAP, InterAcademy Panel), cet objectif, difficile à atteindre, demande une série d’actions. De même que l’analyse scientifique fonde les conclusions du GIEC et ses projections pour l’avenir, l’enseignement scientifique, depuis l’école primaire jusqu’au lycée, doit lui aussi porter cette éducation. Si la prise de conscience de cet objectif progresse, notamment au sein de la jeunesse, les professeurs n’y sont guère préparés, en France et a fortiori dans les pays en développement. Le séjour d’étude a permis d’entamer la préparation d’un ouvrage, se situant dans un cadre international et destiné aux professeurs comme au grand public, notamment aux parents. Il proposera une réflexion synthétique ainsi que des actions concrètes dans les classes, dans la rédaction des programmes et dans l’accompagnement des professeurs. En 2018, pour mettre en œuvre les recommandations de l’IAP, la fondation de coopération scientifique La main à la pâte (Académie des sciences, ENS de Paris et de Lyon) a créé l’Office for Climate Education (OCE) à Paris. Lors d’un autre séjour d’étude en août 2019, la petite équipe qui anime l’OCE dessine les éléments concrets de son action dans les années à venir, en cohérence avec le contenu de l’ouvrage en préparation.

Summary

The Paris agreement signed in 2015 during the COP 21 obliges signatories, in Article 12, to be concerned with climate change education. Resumed in 2016 by a joint symposium of the Academy of Sciences and the French Development Agency, then the following year by a joint declaration of the entire Academy of Sciences of the World (IAP, the InterAcademy Panel), this objective, difficult to reach, demand a series of actions. Just as scientific analysis bases the conclusions of the IPCC and its projections for the future, science education, from primary school to high school, must also carry this education. While awareness of this goal is growing, particularly among young people, teachers are hardly prepared in France, let alone in developing countries. The residential study allowed to begin the preparation of a book, being located in an international framework and intended for the teachers as for the general public, in particular to the parents. It will offer a synthetic reflection as well as concrete actions in the classes, both in the writing of the programs as in the accompaniment of the teachers. In 2018, to implement the recommendations of ASW, the scientific cooperation foundation La main à la Pâte (Academy of Sciences, Ecole Nationale Supérieure of Paris and Lyon) created the Office for Climate Education (OCE) in Paris. During another residential study in August 2019, the small team that animates the OCE has drawn the concrete elements of its action in the coming years, consistent with the content of the book in preparation.

Compte-rendu

Il serait prématuré de donner ici le détail d’un ouvrage encore en cours de rédaction.  Voici néanmoins les principaux points qui seront traités, en faisant référence à des publications récentes.

L’éducation trop ignorée. On souligne l’absence quasi-générale de préoccupations climatiques dans les programmes scolaires et plus largement dans les politiques éducatives publiques, lorsqu’elles mettent en œuvre les objectifs liés au changement climatique : atténuation et adaptation. 

L’attitude de la jeunesse. Celle-ci, progressivement mais inexorablement, un peu partout dans le monde, prend conscience que la gestion de la transition de la climatique met en jeu son propre avenir, mais a-t-elle les outils et moyens nécessaires pour agir ? 

Les savoirs à partager. Faisant l’hypothèse qu’une éducation aux changements climatiques impose tout d’abord une compréhension des enjeux, et que l’enseignement est le lieu par excellence où cette compréhension peut être transmise, nous examinons les grandes lignes qui peuvent structurer un tel enseignement, sans ignorer la complexité qui caractérise ces phénomènes et la nécessité absolue d’une vision systémique. 

La préparation des professeurs. Dans le cadre scolaire qui caractérise les pays développés comme la plupart des pays en développement, une implantation même modeste de ces objectifs requiert une préparation adéquate des professeurs. Comment celle-ci peut-elle être mise en œuvre ? Existe-t-il déjà dans le monde des exemples dont on puisse s’inspirer ? Des réussites ? La France représentant un terrain naturel de mise à l’épreuve, quelles sont les perspectives ouvertes par l’introduction des questions climatiques dans les programmes du nouveau lycée à partir de la rentrée 2019. 

Les doutes jetés sur la science. Il serait naïf d’aborder ce sujet, à l’intention des professeurs et des familles, en ignorant les vagues plus ou moins explicites de climato-scepticisme, fréquemment rebaptisé aujourd’hui sous le nom de climato-réalisme. Une brève analyse de ces mouvements s’impose.

Proposer l’action. Enfin, Il serait vain de limiter la préparation de la jeunesse à un ensemble de connaissances théoriques, fussent-elles de qualité, qui l’aident à comprendre. Pour atteindre la transition climatique ou écologique indispensable, il faut combiner une vision, qui chaque année s’avère plus pessimiste sur l’avenir, à des propositions concrètes d’action, positives et capables d’enthousiasmer la jeunesse. C’est par ce dernier sujet, portant sur la construction d’une société des carbonées, que se conclura cet ouvrage. 

*****

Le séjour d’étude de la petite équipe animant l’Office for Climate Education, sous la direction de David Wilgenbus, s’est déroulé fin août 2019, et ses travaux compléteront le projet du présent ouvrage. Un ensemble d’outils pour la classe, réalisé dans une large coopération scientifique et pédagogique de dimension internationale, y fut finalisé et sera mis en ligne avant la COP25 (Santiago-du-Chili, Décembre 2019) sur le site de l’OCE (www.oce.global). Ces outils multilingues d’accès libre sont destinés aux enseignants des écoles primaires ou des collèges et à leurs formateurs. Ils sont conçus en mettant en œuvre les principes pédagogiques de La main à la pâte(née aux Treilles en 1996) et seront progressivement disséminés dans les nombreux pays où l’OCE et ses partenaires sont actifs, notamment lors de conférences régionales ou d’actions de formation au plus près du terrain. 

 

éduquer au changement climatique
A Kuala Lumpur (Malaisie), en 2018, un groupe de professeurs et responsables éducatifs est rassemblé par l’Académie des sciences de ce pays et d’autres instances régionales (Unesco, ministères) pour une formation les préparant à enseigner le changement climatique. Des formations analogues, organisées par l’OCE (Paris) se sont répétées au Bénin, en France, en Tunisie, au Chili, en s’appuyant sur des partenaires locaux et en s’adaptant au contexte local, tout en traitant les aspects globaux du changement climatique. (Cliché Lydie Lescarmontier, OCE).