Amour et soin entre les humains : nouvelles perspectives interdisciplinaires/ Care and love : new interdisciplinary approaches

Séminaire organisé par Nathalie Zaccaï-Reyners, Claire Marin et Frédéric Worms, du 11 au 16 juillet 2022.

Participants

François ANSERMET (Université de Genève, Suisse), Rachel BRAHY (Université de Liège, Belgique), Françoise DAVOINE (PSE-École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, France), Florence DEGAVRE (Université Catholique de Louvain, Belgique), Vincent DELECROIX (École Pratique des Hautes Études, Paris, France), Martin DUMONT (Université Paris-Est Créteil, Paris, France), Florent GUÉNARD (Ecole Normale Supérieure, Paris, France), Donatien MALLET (Centre hospitalier de Luynes, France), Claire MARIN (École Nationale Supérieure, Paris, France), Jean-Christophe MINO (Institut Siel Bleu, Paris, France), Claire OPPERT (École Pratique des Hautes Études, Maison médicale Jeanne Garnier, Paris, France), Camille RIQUIER (EPHE, Paris, France), Maxime ROVERE (EPHE, Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités (IRHIM), Lyon, France), Frédéric WORMS (École Normale Supérieure – PSL, Paris, France), Nathalie ZACCAÏ-REYNERS (Université libre de Bruxelles, Belgique).

Résumé

Pastel réalisé par le peintre polonais Stanislaw Wyspianski, datant de 1905.

Le séminaire entendait interroger ce que nous savons de l’amour pour vivre et penser le soin. Au cœur de nos liens aux autres, quels qu’ils soient – humains, animaux, objets, paysages… – mais aussi de nos relations à nous-mêmes, nous rencontrons une dimension affective que nous rapportons à l’amour. Que nous en disent les avancées récentes de différentes disciplines scientifiques, mais aussi dans le sillage de recherches liées à l’éthique du care ou à l’éthique empirique, des débats récents en philosophie morale et politique, en sociologie et psychologie ? Que nous apprennent la littérature, le cinéma et les arts plastiques des liens entre l’amour et le soin ? C’est à problématiser ce lien entre amour et soin, dans ses tensions et dans ses dimensions tant éthiques que politiques ainsi que dans l’opposition à leurs contraires, bien humains eux aussi (la maltraitance et la haine), que fut consacré ce séminaire. Il a réuni des philosophes, sociologues, psychologues et psychanalystes, médecins et artistes, dont une jeune chercheuse. Il est porté par le Séminaire international d’études sur le soin, un collectif interdisciplinaire et international fondé en 2010 qui interroge la question du soin en tant que dimension constitutive de la vie humaine, ses pratiques et ses multiples enjeux non seulement dans le domaine médical et en santé mais aussi dans le champ politique, les pratiques sociales et les relations morales tels qu’ils peuvent être ressaisis par les sciences humaines et sociales et les arts. Ses travaux font l’objet de publications dans la collection « Questions de soin » qu’il dirige collectivement aux PUF (29 volumes parus en septembre 2022).

 

Abstract

The seminar intended to question the way love make a difference to live and think care. At the heart of our ties to others, whatever they may be – humans, animals, objects, landscapes… – as to ourselves, we encounter an affective dimension that we may relate to love.

What do recent advances in different scientific disciplines tell us about this dimension, but also in the wake of research related to the ethics of care or empirical ethics, recent debates in moral and political philosophy, sociology and psychology? What do literature, cinema and the visual arts teach us about the links between love and care? It was to problematize this link between love and care, in its tensions and in its ethical and political dimensions as well as in the relation to their opposites, also so human (mistreatment and hatred), that this seminar was dedicated.

It brought together philosophers, sociologists, psychologists and psychoanalysts, physicians and artists, including a young researcher.

It is supported by the International Seminar of Studies on Care, an interdisciplinary and international group founded in 2010 that consider the question of care as a constitutive dimension of human life, its practices and its multiple issues not only in the medical and health fields but also in the political field, social practices and moral relations as they may be seen by the human and social sciences and the arts. Its work is published in a collection collectively directed at the PUF: the “Questions de soin” (29 volumes published in September 2022).

 

Compte rendu

Le séminaire a permis de croiser des débats profondément actuels et en plein développement : celui sur le soin et celui sur l’amour, et de les éclairer l’un par l’autre. Il a permis de faire dialoguer des chercheuses et chercheurs, des praticiens et artistes qui y réfléchissent sans avoir suffisamment l’occasion d’échanger en dehors de leur sphère de compétence. Et les échanges furent de ce point de vue aussi stimulants que nécessaires.

Le séminaire s’est ouvert autour de la relation entre amour et politique, abordant une perspective inattendue mais pourtant centrale : celle de l’articulation entre les institutions politiques et les sentiments d’affection et d’amour partagé. Qu’en est-il des interférences entre sphère domestique et sphère politique : l’État ne peut-il s’intéresser à l’amour ? Qu’est-ce que l’amour a à voir avec la politique ? Est-il réductible à un lien d’obligation devant la loi ? C’est la question posée par le philosophe Florent Guénard en appui sur des penseurs comme Rousseau, Michael Walzer ou John Rawls. L’amour sert-il les institutions ? Comment comprendre le lien entre justice, morale et amour ? Comment réinterroger les inégalités à travers ce biais ? Comment encore penser la confiance, lien fondamental dans les sphères privée et publique ?

De même fut explorée ce qu’une sociologie de la relation au monde inspirée par le cycle de la révolte de Camus peut éclairer quant à la possibilité d’un « amour cosmique ». C’est-à-dire d’un souci et d’un soin du monde tels que les aborde par exemple la sociologie de la résonnance d’Hartmut Rosa. Quelle est la place de cet amour du monde ? Que signifie cette sensation d’appartenance au monde ? Quel est ce dialogue entre soi et ce qui nous déborde ? Quel est ce soin de soi à travers le soin de la nature ? Peut-on encore penser quelque chose comme un réenchantement de notre rapport au monde quand tout semble s’écrouler ? Telles sont quelques-unes des questions abordées par la sociologue Rachel Brahy.

Dès lors qu’il peut être question de défaire les liens terrestres, comment ne pas perdre l’attachement, comment lui donner une place dans ces moments critiques que sont les ruptures, les maladies, les fin de vie ? Qu’est-ce qu’aimer ou soigner lorsque l’on ignore où est l’autre ? Comment nourrir de sens ces situations si critiques sans imposer un point de vue dominant ?

Ces questions furent abordée de front lors d’un temps d’échange d’une grande intensité entre le médecin Donatien Mallet et la violoncelliste Claire Oppert qui nous ont fait part de leur expérience vécue auprès de patients non communicants, atteints de la maladie d’Alzheimer ou hospitalisés en soins palliatifs. Depuis son travail dans un service de soins palliatifs, Donatien Mallet est revenu sur ces situations extrêmes que connaissent les familles concernées par des patients en situation d’« état végétatif », sur la rupture familiale qu’elles engendrent, la charge de soins qui pèsent sur les proches et parfois les met à mal. La pratique musicale de Claire Oppert se perçoit quant à elle comme un chemin de communication avec ces personnes isolées par leur pathologie et par leur souffrance. En appui sur la puissance de la musique vivante, ses performances viennent, par un jeu de résonance, de vibrations des corps, réveiller la partie vive des patients comme de leurs proches selon un principe de sympathie.

Dans le prolongement de ces mises en situation, les réflexions philosophiques ont permis de revenir plus avant sur la notion d’amour dans un contexte de soin. Ainsi Vincent Delecroix qui, partant de la parabole du bon Samaritain, et en discussion avec la lecture qu’en donna notamment Luc Boltanski, interrogea ce que le soin peut révéler comme forme d’amour, un amour sans lien préalablement établi, sans ancrage familial, sans le partage d’une communauté ou d’une religion. Maxime Rovere proposa quant à lui une réflexion sur le problème du mal, distinguant finement douleur, souffrance, et malheur. Tandis que Camille Riquier articula une déconstruction de la notion moderne de l’amour, depuis Schopenhauer jusqu’à Sartre et Girard, plaçant son intervention au cœur de l’ambivalence d’un « amour qui n’aime pas ». Frédéric Worms demanda si on peut penser l’amour à partir du soin. Qu’est-ce que le soin nous apprend sur l’amour ? La visite du proche au patient fit alors le lien avec l’intervention de la sociologue Nathalie Zaccaï-Reyners qui s’intéressa à l’attention portée à autrui, depuis l’expérience des personnes âgées dépendantes vivant dans des établissements de soin. Elle proposa un lien entre une forme d’attention ouverte, proche de l’esthétique, et la disposition réclamée par l’éthique du care pour rendre compte de certaines formes de soin particulièrement attentives à la singularité de chaque situation.

C’est aussi à l’écoute de la littérature que ces situations singulières peuvent être entendues et que le lien entre amour et soin peut être déplié dans toutes ses nuances et tensions internes, comme l’a laissé voir Florence Degavre à partir de cette question de l’impact des pourvoyeurs de soin sur leur vie amoureuse dans une série de récits et romans. Le séminaire a également proposé un espace littéraire et poétique orchestré par Jean-Christophe Mino autour de ces deux notions de soin et d’amour. Les participants y ont été invités à rédiger un court texte à partir de phrases qui déclinaient cette thématique. Cet atelier a ouvert un espace de discussion et d’échanges parfois intimes qui fut prolongé par la projection de « Talismans » (2022), le dernier film d’Henry Colomer. Ce documentaire sensible recueille auprès de quelques interlocuteurs de choix et en appui sur des traces matérielles, des images et une parole sur « quelques pages, quelques vers, quelques phrases, qui ont compté dans des temps difficiles. »

Par ailleurs, le psychanalyste François Ansermet interrogea la question du transfert et de l’excès dans l’amour. S’appuyant sur des références à Freud et Stefan Zweig, il prévint de la solitude fondamentale au cœur du soin, la détresse qui habite le soignant et la nécessité d’y faire face. Il identifia les postures défensives des soignants : posture du héros, du technicien ou du missionnaire. Ces postures en impasse révéleraient l’angoisse de se rencontrer soi-même dans la relation de soin. Cette analyse a ouvert des discussions passionnantes autour de l’ambivalence des pulsions, de la « fureur de soigner » selon l’expression de Freud et de la part d’illusion dans le soin.

C’est notamment en partant de la question du soin dans le Banquet de Platon que la psychanalyste Françoise Davoine revint sur des expériences de transfert vécues, en particulier autour du récit de l’analyse d’une patiente atteinte de psychose telle qu’elle fut rapportée par son analyste, Mario Isotti dans un livre intitulé Amour, mon ennemi. Restituant les moments d’échec et d’impasse thérapeutique, dont la continuité fut soutenue par un lien qu’Isotti qualifie d’amour, Françoise Davoine montra comment l’analyse des traumas permet parfois de trouver un passage, d’instaurer un dialogue, notamment en s’adressant non à la patiente mais à une petite partie d’elle, en s’appuyant sur des fables qui résonnent avec les images d’emprisonnement évoquées par cette dernière. C’est ici la force du récit adressé indirectement à la patiente qui permit d’ouvrir un espace à travers la terreur.

Ces interventions ont suscité de nombreuses discussions qui devraient se prolonger dans d’autres contextes, car il nous semble essentiel d’offrir ces dialogues riches et stimulants à un public plus large, au-delà de la publication des travaux ici réalisés. En effet, le séminaire des Treilles est bien un incroyable laboratoire d’expérimentation des idées qui ouvre généreusement la voie à d’autres rencontres et d’autres dialogues.

 Retrouvez la présentation vidéo du séminaire par Claire Marin et Frédéric Worms sur notre chaîne Youtube.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (29 septembre 2022). Amour et soin entre les humains : nouvelles perspectives interdisciplinaires/ Care and love : new interdisciplinary approaches. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 25 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6w


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search