Généalogies, filiations, parentés des dieux et des hommes chez Homère et dans le monde grec archaïque

Séminaire organisé par Adeline Grand-Clément, Corinne Bonnet et Gabriella Pironti du 16 au 21 mai 2022.

IVe Atelier international « Les dieux d’Homère »

 

Participants

Daniela Bonnano (Université de Palerme, Sicile), Corinne Bonnet (Université Jean Jaurès, Toulouse), David Bouvier (Université de Lausanne, Suisse), Alessandro Buccheri (Centre ANHIMA, Paris), Ombretta Cesca (Centre ANHIMA, Paris), Nicola Forgazzi (EPHE, Centre ANHIMA, Paris), Adeline Grand-Clément (Université Jean Jaurès, Toulouse)), Miguel Herrero de Jauregui (Université Complutense, Madrid, Espagne), Vinciane Pirenne-Delforge (Université de Liège, Belgique), Gabriella Pironti (Ecole Pratique des Hautes Etudes, Paris), Sandya Sistac ((Université Jean Jaurès, Toulouse), Jérôme Wilgaux (Université de Nantes).

 

Résumé

Exaleiptron, naissance d’Athéna, Musée du Louvre

L’Atelier international « Les dieux d’Homère », qui a été mis en place en 2014/15 à l’initiative de Gabriella Pironti et Corinne Bonnet, réunit un ensemble de spécialistes de la Grèce ancienne, dans une perspective à la fois historique et anthropologique. Il s’est constitué pour montrer que l’interprétation des poèmes homériques et des représentations des dieux que ceux-ci véhiculent doit prendre en compte les liens étroits avec la culture polythéiste qui les innerve. En effet les dieux d’Homère se trouvent, aujourd’hui encore, trop souvent réduits à de simples personnages littéraires ou à des allégories. Or la poésie épique grecque et sa longue réception dans toute la culture grecque, et même au-delà, nécessitent d’être analysées à la lumière des progrès significatifs qui ont été accomplis, au cours des dernières décennies, dans la compréhension d’ensemble des sociétés antiques (où ce que nous appelons « religion », « philosophie », « littérature » et « culture » sont profondément imbriquées les unes dans les autres) et notamment dans l’étude des polythéismes.

Le thème exploré lors du séminaire aux Treilles portait sur les généalogies et les formes de parenté qui unissent, relient, structurent, mettent en tension les dieux entre eux, dans le tissu narratif de l’Iliade et de l’Odyssée, mais aussi chez Hésiode, dans les hymnes homériques et chez les auteurs qui font écho à l’héritage homérique et le revisitent. La représentation des dieux comme une vaste famille, stratifiée sur plusieurs générations et traversées de conflits et alliances, y compris avec le plan humain, constitue en effet une donnée culturelle fondamentale qui nécessite d’être étudiée attentivement comme une donnée engageant les conceptions anthropologiques et sociologiques de la parenté et non pas seulement comme une « fable » relevant des recherches « littéraires ». Une approche inspirée par l’anthropologie historique permet de dépasser ce cloisonnement disciplinaire et de scruter la pluralité des points de vue offerts par la religion grecque sur la question des généalogies et des systèmes de parenté entre dieux, mais aussi entre hommes et dieux, qui se reflètent d’ailleurs amplement dans les pratiques rituelles. Il existe en effet plusieurs manières d’envisager la famille divine chez les poètes grecs : la conception plurielle du divin en régime polythéiste débouche sur l’élaboration de multiples variantes dans les filiations et parentés, de sorte que les ramifications généalogiques, loin de révéler des “contradictions”, illustrent le caractère exploratoire des discours et pratiques sur les dieux, en écho à une “réalité” fondamentalement polymorphe.

Le séminaire a réuni 12 spécialistes d’histoire grecque, de philologie classique et d’histoire des religions, dont 4 participants « juniors », afin de préparer un ouvrage collectif qui viendra compléter la série des 3 volumes Les dieux d’Homère parus à ce jour.

 

Compte rendu 

L’introduction à 3 voix, par les organisatrices, a rappelé la thématique choisie pour ces rencontres homériques ainsi que l’objectif final : l’élaboration d’un volume collectif destiné à compléter (et peut-être clore) la série Les dieux d’Homère, qui comporte déjà 3 titres parus à ce jour. Chaque communication, reçue à l’avance pour favoriser les échanges, était assortie d’une discussion animée par un des membres de l’atelier.

La première intervention de la journée, celle de Jérôme Wilgaux, « Genos / oikos : les multiples modes de construction de la parenté », a été discutée par Vinciane Pirenne Delforge. Elle a fourni un large aperçu de l’état des recherches actuelles en anthropologie de la parenté, en particulier les théories et notions susceptibles d’être sollicitées pour interpréter les textes homériques. Jérôme Wilgaux a présenté les différents modes de construction de la parenté en Grèce ancienne, pour ensuite confronter le modèle généalogique divin véhiculé par les textes homériques, Hésiode et les Hymnes au modèle « domestique », au sein duquel les relations se construisent au quotidien, par des partages et des activités communes, comme dans le cadre de relations de subordination (par l’intermédiaire des figures des serviteurs, des nourrices, des hôtes, des compagnons…).

Sandya Sistac a ensuite présenté son étude centrée sur le réseau de parenté d’une déesse (“Athéna : Une famille pour Athēnē ? Structures et configurations du réseau de parenté d’Athēnē chez Homère »). Elle a été discutée par Daniela Bonanno. À l’inverse d’Apollon et Artémis ou de Dionē et Aphrodite, dont les liens fraternels et maternels sont explicitement évoqués par Homère, la déesse aux yeux pers n’est intégrée à un réseau familial que par la filiation paternelle : elle est la « fille de Zeus ». Il faut donc aller au-delà du vocabulaire de la parenté présent dans les épopées pour cerner les liens qui existent entre Athéna et les autres divinités, afin de dessiner les contours d’une « famille » dans laquelle s’inscrit la Dios kourē.

La relation familiale avec les humains a ensuite été abordée par David Bouvier : « Avec et autour de Pandora. Genesis et/ou poïesis : le double pouvoir des dieux et des poètes », texte discuté par Jérôme Wilgaux.L’analyse est partie des passages du corpus homérico-hésiodique dans lesquels Zeus est sujet d’un verbe signifiant « engendrer, donner naissance » (tiktein, geinesthai). L’inventaire des exemples qui mentionnent des enfants nés de Zeus confirme le profil de Zeus géniteur, ancêtre de diverses lignées, accrochant souvent le temps des hommes au temps des dieux. David Bouvier s’est demandé pourquoi Zeus n’a pas engendré Pandora comme il a engendré tant d’autres enfants, notamment Hélène, régulièrement désignée comme née de Zeus. Il a aussi montré qu’« engendrement » et « fabrication » sont deux modalités différentes et complémentaires pour penser l’articulation du temps des dieux et celui des hommes.

Le deuxième jour, Vinciane Pirenne-Delforge est revenue sur la relation et l’articulation dieux/homme avec « Un éventail de possibles : genos des dieux, genos des hommes dans la poésie archaïque », texte discuté par Miguel Herrero de Jáuregui. La poésie archaïque n’offre pas de définition ontologique des hommes et des dieux, mais chaque intrigue pose à sa manière la question du statut des uns et des autres. Les textes explorent les recouvrements possibles entre ces deux genē pourtant ontologiquement différents : les nymphes et les héros sont ainsi des réactifs pour penser la hiérarchie des êtres supra-humains en contexte grec.

Avec Ombretta Cesca, « Entre généalogie, étymologie et narration : Iris et l’arc-en-ciel dans l’Iliade et la Théogonie », discutée par Sandya Sistac, il a été question des liens de parenté attribués – ou non – à la déesse Iris dans les textes grecs d’époque archaïque, et tout particulièrement dans l’Iliade et la Théogonie. La déesse messagère, qui porte le même nom que l’arc-en-ciel, est bien présente dans les traditions narratives comme dans l’iconographie grecques. Pourtant, Iris n’a pas le privilège d’une mythologie « propre » décrivant sa naissance ou l’obtention de timaí. Elle peut se vanter, en revanche, de différents liens parentaux. Hésiode lui attribue une ascendance composite et riche de suggestions naturelles et visuelles, qui la rapproche de l’arc-en-ciel. Dans la Théogonie, Iris est la fille de Thaumas et d’Électre, fille à son tour d’Océan (et de Thétys). Elle a comme sœurs les Harpyes Aëllô et Okypète, qui accompagnent les vents et les oiseaux. Du côté de l’Iliade, aucun lien généalogique n’est explicitement énoncé, mais d’autres éléments (épithètes, jeux étymologiques, réélaboration de scènes typiques…) sont éloquents et contribuent tout autant que la généalogie hésiodique à dessiner les contours de cette figure divine complexe.

Miguel Herrero de Jáuregui a choisi d’aborder la question des « Rivalités et hiérarchies entre lignages divins dans la poésie épique » et a été discuté par Adeline Grand-Clément et Corinne Bonnet. Il a montré que les luttes entre les dieux s’articulent souvent en deux niveaux de relations familiales : soit entre générations (Titans versus Olympiens), soit entre frères et sœurs (la théomachie entre les Olympiens). La seule rivalité entre cousins est celle qui oppose Zeus et Prométhée, qui apparaît également comme une lutte dynastique pour le pouvoir entre une lignée principale et une lignée secondaire. Par ailleurs, les duels entre Achille et Astéropée ou entre Achille et Énée au chant XX de l’Iliade se présentent comme des oppositions entre descendants de divers dieux (Zeus versus Océan, Zeus versus Aphrodite). Chez Hésiode, la descendance de Pontos produit des monstres qui entrent systématiquement en rivalité avec les héros de la lignée de Zeus.

Enfin, Gabriella Pironti, dans « La famille proche de Zeus dans la Théogonie d’Hésiode (et au-delà) : pour une lecture contextuelle des configurations divines », a eu comme répondant David Bouvier. Au départ de deux catalogues qui chantent la « société des dieux » dans la Théogonie d’Hésiode, en ouverture et en conclusion du poème, elle a montré que les nécessités de l’énoncé poétique contribuent à configurer la famille divine en fonction d’un contexte donné. Elle a ensuite porté attention à la section du poème consacrée à la généalogie de Zeus : Hésiode n’a pas choisi au hasard la façon de raconter et d’ordonner les unions et les filiations du dieu souverain. On peut d’ailleurs comparer ces passages avec les vers du chant XIV de l’Iliade où le poète confie à Zeus lui-même la tâche d’énoncer, sous la forme d’un catalogue, ses partenaires, humaines et divines, et les enfants qu’il a engendrés avec elles. L’ordonnancement des séries et les logiques de filiation permettent de mettre au jour quelques règles de « génétique divine », ou comment « faire du même avec de l’autre ».

Le 3e jour, Alessandro Buccheri a été discuté par Gabriella Pironti, autour des « Images botaniques de la parenté dans la Théogonie d’Hésiode : la filiation d’Ouranos et celle de Zeus en comparaison ». Il a rappelé que les métaphores jouent un rôle fondamental dans les représentations de la parenté : certaines d’entre elles – comme l’image de la transmission du sang ou celle de l’arbre généalogique – nous accompagnent depuis des siècles. Il a relevé que la Théogonie d’Hésiode ne recourt qu’à deux images botaniques, celles du « parent florissant » (thaleros tokeus) et de « l’épouse florissante » (thalera … akoitis), que le poème utilise pour qualifier Ouranos d’une part, Héra, Aglaïa, Ariadnè et Médée de l’autre. Ces images pourraient sembler banales : un parent et une épouse sont « florissants » tout simplement parce qu’ils sont féconds, c’est-à-dire capables de mettre des enfants au monde. Cependant, dans la diction des poèmes hésiodiques, le lexique de la croissance et de la floraison des plantes (particulièrement les mots dérivés de la racine thal-) est associé à plusieurs concepts : la jeunesse, la beauté, la joie, mais aussi le développement des sociétés humaines et certains aspects de leur organisation politique. Ces associations ne devaient pas échapper à un public habitué au langage de la tradition hésiodique. On a donc affaire à une stratégie commune aux deux poèmes, qui consiste à utiliser le référent botanique pour mettre en contraste deux segments de la généalogie des dieux : Ouranos et ses enfants versus Zeus, ses épouses et ses descendants.

Daniela Bonanno a attiré notre attention sur « Les enfants de Nuit chez Hésiode : construction du kosmos et vulnérabilité humaine » et été discutée par Ombretta Cesca. Elle a proposé une lecture croisée de la Théogonie et des Travaux d’Hésiode, en partant de la généalogie de Nuit telle qu’elle figure dans le premier poème. La déesse Nux apparaît comme fille de Chaos, tout comme Érèbe, l’espace souterrain immergé dans une obscurité permanente, distincte de l’obscurité temporaire qui caractérise la nuit. De leur union naissent Éther et Jour, respectivement opposés, sur l’axe spatial et sur l’axe temporel, à ces deux parents obscurs. Une telle progéniture, résultat d’une procréation qui passe par la philotès, se distingue de celle qui se déploie plus tard, après le récit de l’émasculation d’Ouranos. Nuit donne en effet naissance à ses enfants « sans avoir couché avec aucun des dieux ». De l’analyse de cette descendance ressort une image moins monolithique et plus bigarrée de Nuit. Lieu de l’obscurité et des forces du Chaos, espace de fabrication de la vulnérabilité humaine, elle apparaît aussi comme le point d’équilibre entre les forces de division et de discorde dont la synergie permet aux ténèbres de se transformer en jour.

Enfin, Corinne Bonnet & Adeline Grand-Clement ont sondé « L’impossible succession de Zeus », en ayant Alessandro Buccheri pour discutant. Zeus, qualifié de « père des dieux et des hommes », est explicitement désigné comme l’aboutissement du processus théogonique, lui qui est le plus puissant et le plus grand, celui qui règne dans les cieux et qui a bien agencé toutes choses. Le registre sémantique du telos est donc celui qui caractérise le mieux l’action du dieu, qui a mis un terme aux affrontements entre générations et obtenu, avec la sanction de Gaia, de trôner parmi les immortels. La communication a porté sur la manière dont Homère, Hésiode et les Hymnes homériques construisent, dans la narration, des figures de non-successeurs de Zeus, des enfants nés de lui, mais qui ne sont pas destinés à prendre son pouvoir. L’examen des différentes stratégies narratives a permis d’explorer la nécessaire stabilité d’un monde divin pluriel, complexe, traversé de tensions et en constante reconfiguration – malgré quelques tentatives de révolte ou de déstabilisation du pouvoir de Zeus, y compris de la part de son épouse et de sa fille, mais aussi de Prométhée ou de Typhon, sans oublier les Titans. Une attention plus particulière a été portée à quatre figures divines : Héphaïstos, Athéna, Arès et Apollon.

Lors de la 4e et dernière journée, Gabriella Pironti a présenté un dossier iconographique, afin d’explorer la mise en image de modèles familiaux sur les décors de vases, en contrepoint des textes étudiés jusque-là. Ce fut aussi l’occasion de rendre hommage à François Lissarrague. Ensuite, des groupes ont travaillé en atelier pour préparer la publication à venir et réfléchir aux principaux axes et notions résultant des échanges. La discussion finale a permis de déboucher sur un plan pour le volume Les dieux d’Homère IV et sur une solide proposition pour l’ordonnancement des chapitres. La feuille de route a donc été fixée pour chacune et chacun afin d’harmoniser les différentes contributions et former un ensemble cohérent, soigneusement problématisé. Dès l’automne, les textes seront rassemblés et la publication est prévue fin 2023 dans les Suppléments de Kernos.

 

Lien vers la vidéo du séminaire:

 



Citer ce billet
ldiebold (2022, 5 août). Généalogies, filiations, parentés des dieux et des hommes chez Homère et dans le monde grec archaïque. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6u

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search