La Main à la pâte : Graines de sciences 5

Colloque organisé par David Wilgenbus, du 26 octobre au 1 er novembre.

 

Participants

Elisabeth Baillet (Enseignante, 92130 Issy-les-Moulineaux), Stéphane Bertrou (Enseignant, 17137 Esnandes), Patrick Caperan (Enseignant , 09190 Saint-Lizier), Joannie Carole (Enseignante, 97240 François, La Martinique), Maria da Graça Castro (Enseignante, Osasco, Sao-Paulo, Brésil), Emanuelle Chéron (Enseignante, 92160 Antony), René Cousin (Enseignant, 53240 Saint-Jean-sur-Mayenne), Gilles Dowek (Scientifique, INRIA — Rocquencourt, 78153 Le Chesnay), Simone Duclos (Enseignante, 67490 Fredoblien), Isabelle Dufour (Enseignante, 89100 Sens), Pascale Dufrasne (Enseignante, 62400 Béthune), Anne Duréault (Enseignante, 83910 Pourrières), Richard Emmanuel Eastes (Scientifique, ENS Cachan, 94235 Cachan), Agnès Giraut (Enseignante, 75015 Paris), Corinne Gruel (Enseignante, 74700 Dommanсy), Agnès Guillot (Scientifique, Animatlab, 75015 Paris), Etienne Guyon (Scientifique, Société Française de Physique, 75013 Paris), Claire Hibal (Enseignante, 66740 Saint-Genis-des-Fontaines), Valérie Hivernel (Enseignante, 51000 Chalons-en-Champagne), Louis-Maris Houdebine (Scientifique, INRA, 78352 Jouy-en-Josas), Alain Yves Huc (Scientifique, École du Pétrole et des Moteurs, 92852 Rueil-Malmaison), Bruno Jacomy (Scientifique, Conservatoire National des Arts et Métiers, 75003 Paris), Marc Jamous (Organisateur INRP — La Main à la pâte, 92120 Montrouge), Marc Julia (Scientifique, Académie des Sciences, 75005 Paris), Didier Lores (Enseignant, 56480 Silfiaс), Evelyne Marie (Enseignante, 14000 Caen), Claudine Martin (Enseignante, 63390 Châteauneuf), Nathalie Melchiori (Enseignante, 83300 Draguignan), Philippe Мespouihé (Enseignant, 07436 Saint-Leu, La Réunion), Rémi Mosseri (Scientifique, Université Paris VI et VII, 75005 Paris), Christine Motteau (Enseignante, 44370 Varades), Serge Pancaldi (Enseignant, 31870 Beaumont-sur-Lèze), Pascale Pavageau (Enseignante, 29200 Brest), Delphine Picamelot (Scientifique, CNRS, 67087 Strasbourg), Bruno Plault (Enseignant, 27770 Illiers-l’Évèque), Régine Quéva (Enseignante, 22260 Runan), Gislaine Raharinaina (Enseignante, 301 Fianarantsao, Madagascar), Alexandra Riverola (Enseignante, 09290 Le Mas-d’Azil), Béatrice Salviat (Organisatrice INRP — La Main à la pâte, 92120 Montrouge), Sylvie Séguy (Enseignante, 11330 Laroque-de-Fa), Nathalie Sene (Enseignante, 75005 Paris), Juliette Thomas (Editions « Le Pommier », 75005 Paris), Evelyne Touchard (Enseignante, 38240 Meylan), Caroline Verpillot (Enseignante, 59820 Gravelines), David Wilgenbus (Organisateur INRP — La Main à la pâte, 92120 Montrouge).

 

Compte rendu

La Fondation des Treilles a accueilli en 2002, et pour la cinquième année consécutive, une université d’automne organisée par La Main à la pâte et intitulée Graines de sciences. Ces rencontres annuelles ont pour objectif de réunir des représentants de la communauté scientifique, des enseignants de l’école primaire, ainsi que des formateurs d’enseignants (conseillers pédagogiques et maîtres formateurs), tous convaincus de la nécessité de rénover l’enseignement des sciences à l’école. Ces commu­nautés, bien que respectueuses l’une de l’autre, s’ignorent le plus souvent. Le cadre exceptionnel de ces rencontres et l’accueil merveilleux offert par la Fondation des Treilles permettent à chacun de mieux comprendre son propre rôle dans l’aventure de La Main à la pâte.

A la découverte de la science d’aujourd’hui

Les trente et un enseignants sélectionnés pour la rencontre venaient de plus de vingt départements français ainsi que, pour deux d’entre eux, du Brésil et de Madagascar. Issus de filières non scientifiques, travaillant en milieu rural ou urbain, favorisé ou non, ils constituaient un échantillon représentatif de la population enseignante d’aujourd’hui. Quelle que soit leur diversité, un principe les rassemblait : rendre l’enfant acteur de son apprentissage.

Les dix scientifiques de la session, quant à eux, étaient issus de spécia­lités très différentes, allant de la biologie aux mathématiques, sans oublier la physique. Chacun a animé trois ateliers sur le même thème (proche de son sujet de recherche), devant trois groupes de dix enseignants. Ces chercheurs ont « joué le jeu » de La Main à la pâte en incitant leur public à participer, à faire part de ses conceptions de la science, de ses idées, à imaginer ensemble des expériences simples pouvant illustrer tel ou tel propos, etc. Allant au-delà d’un cours magistral ou d’une conférence, chaque atelier a placé les enseignants dans une situation de découverte afin que tous puissent avoir l’occasion de « vivre » et de « pratiquer » la science.

Se confronter à des problématiques actuelles et s’apercevoir que la science d’aujourd’hui, ses enjeux, ses méthodes et ses résultats sont intel­ligibles, y compris par des non-spécialistes, fut une surprise pour beau­coup d’enseignants. Le choix des thèmes abordés ouvrait volontairement les discussions sur des questions de société (les OGM, l’utilisation du vivant en robotique, les technologies numériques dans nos instruments les plus anodins). Ainsi ont fleuri de nombreux débats passionnés, se pro­longeant pendant et bien souvent après, les repas. L’acculturation scienti­fique est alors apparue comme la meilleure alternative aux positions par­tisanes, fanatiques ou extrémistes. La science permet à chacun de se forger une opinion raisonnée et d’adopter une attitude citoyenne.

Huit thèmes ont été développés au cours de cette session :

  • Les robots (Agnès Guillot, psychophysiologiste à l’université Paris VI) — Le pétrole (Alain Yves Hue, géochimiste à l’Institut français du pétrole)
  • La mesure (Bruno Jacomy, ingénieur au Conservatoire national des arts et métiers)
  • Les migrations animales (Delphine Picamelot, biologiste à l’université Louis-Pasteur de Strasbourg)
  • La logique (Gilles Dowek, mathématicien à l’Institut national de recher­che en informatique et automatique)
  • Les états granulaires (Etienne Guyon, physicien à l’École supérieure de physique et chimie industrielles)
  • Les OGM (Louis-Marie Houdebine, biologiste à Institut national de la recherche agronomique)
  • Les symétries dans la nature (Rémi Mosserii, physicien à l’université Paris‑VI)

Pourquoi certains animaux migrent-ils ? Comment font-ils pour s’orienter et résister à de si longs trajets ? Avec Delphine Picamelot, nous sommes partis sur les traces de ces animaux migrateurs. Les récentes techniques de marquage et de suivi par satellite, associées aux méthodes traditionnelles d’obser­vation, permettent aux scientifiques de mieux connaître les déplace­ments de ces individus pour, dans certains cas, œuvrer à la conservation d’espèces menacées.

Depuis l’Antiquité, les hommes tentent d’imiter la nature. Avec Agnès Guillot, nous avons découvert comment les technologies actuelles s’inspi­rent du vivant pour fabriquer des robots toujours plus adaptés et perfor­mants, capables d’apprendre et d’évoluer par eux-mêmes.

Du gaz naturel alimentant nos cuisinières aux matières plastiques omniprésentes, en passant par l’essence indispensable à nos voitures, le pétrole est devenu un véritable plier de nos sociétés industrialisées. Après nous avoir familiarisés avec les phénomènes géologiques à l’origine de la formation du pétrole, Alain Yves Huc a évoqué les défis que l’industrie pétrolière devrait relever dans les prochaines années.

Pour nous expliquer le fonctionnement d’une calculatrice, Gilles Dowek nous a entraînés dans un étrange et fascinant voyage au cœur de son architecture, parmi ses composants élémentaires, les portes logiques.

Quels sont leurs rôles ? Comment, en les assemblant, pouvons-nous construire des fonctions complexes ? Tels sont les « défis » qu’ont eu à relever les enseignants de la session.

Qu’il s’agisse d’évaluer le temps qui passe ou la longueur d’une feuille de papier, la mesure est un acte pratiqué quotidiennement par chacun d’entre nous. Nous nous aidons d’instruments pour comparer ces gran­deurs avec des étalons (seconde, mètre, etc.), mais que savons-nous de la précision de ces instruments ? Précision rime-t-elle avec exactitude ? À tra­vers quelques épisodes marquants de l’histoire de la mesure, Bruno Jacomy a posé un regard éclairant sur ces questions.

Rémi Mosseri nous a entraînés dans un voyage au cœur de ces pro­priétés étonnantes que sont les symétries. La nature est-elle symétrique ? Quel est le point commun entre une transition de phase, le nombre d’or, la forme des pommes de pin et les quasi-cristaux ? Le temps est-il réver­sible ? Les molécules du vivant sont-elles spécifiques ? Phénomènes et objets de la nature peuvent être appréhendés sous un regard neuf: celui des symétries.

Observons un sablier. L’ensemble formé par les grains de sable est-il solide ? Liquide ? Gazeux? Évoquant tour à tour les rouleaux compres­seurs, les châteaux de sable, les dunes et les avalanches, s’appuyant sur des expériences simples et spectaculaires, Etienne Guyon nous a fait découvrir l’étrange physique des milieux granulaires.

Que sont exactement les OGM ? Ouvriraient-ils la voie à de nouveaux types de thérapies ? Ne présentent-ils aucun risque, pour l’homme comme pour l’environnement? Où en est la recherche actuelle? Quel est le rôle de la société civile? Allant au-delà des positions partisanes, Louis-Marie Houdebine nous a aidés à faire le point sur ce sujet brûlant.

Une aventure qui se poursuit après la session

Les rencontres Graines de sciences n’en restent pas là. À l’issue de chaque session, les scientifiques, désormais sensibilisés aux probléma­tiques de l’enseignement, rédigent un ouvrage traitant des thèmes abor­dés en y incluant des expériences faciles à mettre en œuvre, en famille ou en classe. Année après année, la collection Graines de sciences (éditions Le Pommier) explore les différentes facettes de la science d’aujourd’hui.

Ces ouvrages connaissent un succès grandissant auprès du public enseignant (et formateur d’enseignants), aussi bien du primaire que du secondaire. Leur principal objectif, tout comme la session elle-même, est de montrer à tous (enseignants, éducateurs, parents…) que la science est un plaisir et que ce plaisir n’est pas réservé à une petite communauté de spécialistes. Chacun peut, à son niveau, s’approprier ces « graines de sciences ».

L’écriture de ces ouvrages, et ce n’est pas la moindre originalité de l’a­venture, est réalisée avec l’aide des enseignants ayant participé à l’univer­sité d’automne Graines de sciences. En relisant attentivement les diffé­rents chapitres, ils veillent à leur accessibilité au grand public.

Ce travail commun n’aurait pas été possible, ni même envisageable, avant la session. Grâce à cette merveilleuse expérience vécue en commun, les enseignants ont démythifié l’image qu’ils avaient des chercheurs. Ceux-ci se sont révélés à leurs yеux être des personnes accessibles, pas­sionnées, dont les centres d’intérêts ne se limitent pas à leurs spécialités, désireux de partager avec le plus grand nombre. Et surtout, les ensei­gnants ont été frappés par la grande humilité des scientifiques. Se pour­rait-il que la science apprenne à dire « je ne sais pas »? L’erreur et le tâton­nement font partie du quotidien des chercheurs. Dès lors, chaque enseignant, qu’il soit de formation scientifique ou non, peut aborder sans crainte les sciences avec ses élèves.

Au-delà des disciplines, des lois et des formalismes, la science s’est révélée être avant tout un questionnement et une aventure humaine. Pour tous, ce questionnement, le tâtonnement expérimental et la nécessité de communication se sont révélés cruciaux. Autant d’ingrédients que l’on peut insérer dans une pédagogie des sciences à l’école primaire, parfaite­ment en accord avec les principes de La Main à la pâte. Ainsi, cette ren­contre a profondément modifié, chez ces enseignants, non seulement leur vision de la science et des scientifiques, mais également leur vision de l’enseignement.

Du point de vue des scientifiques, les enseignants sont apparus également passionnés, dynamiques, faisant face à de nombreuses difficultés et désireux de trouver des partenaires dans la communauté scientifique. Graines de sciences 5 a permis, par exemple, l’émergence d’un projet pédagogique et scientifique nouveau, autour des migrations animales. Suivre, avec des classes de l’école primaire, le parcours migratoire des cigognes, communiquer les résultats aux autres classes et même aux organismes de recherche concernés, sensibiliser le grand public à la nécessaire protection de cette espèce, tels sont les ingrédients de ce projet original, véritable partenariat entre enseignants, formateurs et scientifiques.

L’INRA et le CNAM se sont aussi ouverts aux écoles, particulièrement depuis cette session, et grâce aux contacts qui s’y sont établis : visites de classes, débats, exposés… L’implication des scientifiques de la session a donc eu un impact direct sur les élèves, non seulement des enseignants de la session, mais de bien d’autres par la suite, car une véritable dyna­mique a été lancée.

De même, la plupart des chercheurs de Graines de sciences 5 ont aujour­d’hui rejoint le réseau des consultants scientifiques de La Main la pâte. Via le site Internet http://wwwinrp.fr/lamap, ils aident, quotidienne­ment, les enseignants et les formateurs en répondant personnellement et simplement à toutes les questions scientifiques que ceux-ci se posent dans le cadre de leur activité d’enseignement. Ce réseau est unique au monde, et envié dans bien des pays car il aide, rassure, accompagne les ensei­gnants (pour l’instant francophones, mais bientôt ce réseau sera étendu à d’autres langues) désireux de faire partager les plaisirs de la science.

Enfin, pour souligner l’importance de ces rencontres riches et infor­melles, notons que la session Graines de sciences 5 a permis à des ensei­gnants d’horizons variés de se libérer de l’isolement de leur classe en créant des projets pédagogiques communs. Le plus fructueux d’entre eux a même débouché en 2004 sur la publication d’un livre, largement dif­fusé, dans lequel les sciences sont présentées comme une entrée privilé­giée pour l’apprentissage du langage (Voуagе autour des livres, aux éditions Delagrave). Les rencontres annuelles des Treilles sont ainsi, pour la com­munauté enseignante tout entière, une formidable pépinière d’idées, de dynamisme, de projets, en un mot : d’innovation.

 



Citer ce billet
ldiebold (2002, 5 août). La Main à la pâte : Graines de sciences 5. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quvw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search