Origine de l’homme, du langage et des langues

Colloque organisé par Jean-Marie Hombert du 6 au 11 mars 2002.

Participants

Mahé Ben Hamed (INSERM, Kremlin-Bicêtre), Christophe Coupé (CNRS, Lyon), Pierre Darlu (INSERM, Kremlin-Bicêtre), Jean-Louis Dessalles (CNRS, Paris), Francesco D’Errico (CNRS, Université Bordeaux I, Talence), Catherine Hänni (CNRS, Université Lyon I, Villeurbanne), Jean-Marie Hombert (CNRS, Lyon), Jean-Jacques Hublin (CNRS, Talence), Marc Jeannerod (CNRS Bron), Gérard Lenclud (CNRS, Paris), Dominique Lestel (CNRS, École Normale Supérieure, Paris), Jean-Philippe Magué (CNRS, Lyon), Nathalie Ollivier (Institut des Sciences de l’Homme, Lyon), Alаin Peyraube (CNRS, Paris), Gérard Philippson (CNRS, Lyon), Joëlle Proust (CNRS, Paris), Lluis Quintana-Muci (INSERM, Paris), Dan Sperber (CNRS, Paris), Jacques Vauclair (Université de Provence, Aix-en-Provence), Philippe Vernier (CNRS, Gif-sur-Yvette), Bernard Victorri (CNRS, École Normale Supérieure d’Ulm, Montrouge).

 

Résumé

 

La France a longtemps joué un rôle mineur dans le domaine des recherches portant sur les origines de l’homme, du langage et des langues. Il s’agit pourtant d’un secteur d’études en plein développement à l’étran­ger, notamment aux États-Unis, où des recherches conduites conjointe­ment par des généticiens et des linguistes ont montré qu’il existe des cor­rélations significatives entre les classifications linguistique et biologique dans de nombreuses régions du monde. En d’autres termes, il est apparu que les recherches en génétique des populations tendaient à corroborer une phylogéniе des langues.

Les recherches dans ce domaine sont nécessairement pluridisciplinai­res. Elles doivent à l’évidence, malgré les difficultés inhérentes à l’entre­prise, associer spécialistes de la génétique et de la paléogénétique, de la neurobiologie, de l’anthropologie biologique (paléoanthropologie, paléodémographie), de l’archéologie préhistorique, de la linguistique, mais aussi de l’éthologie et de la communication animale, de la modéli­sation des systèmes complexes et de la robotique, et, tout autant, de la philosophie des sciences cognitives, de l’esprit et du langage (pragma­tique). Il est, en effet, indispensable d’associer exploitation de données expérimentales, traitement de simulations et enquêtes conceptuelles.

C’est en vue de contribuer à cette synthèse interdisciplinaire élargie que le CNRS a créé en 2000 le programme « Origine de l’homme, du langage et des langues » (OHLL), placé sous la direction de Jean-Marie Hombert, repris à l’échelle européenne, sous la forme d’un Eurocore, par la Fondation européenne de la science sous le titre « Origin of Man, Language and Languages ».

Compte rendu

Le colloque généreusement accueilli par la Fondation des Treilles visait un triple objectif :

  • faire le point sur un certain nombre d’actions de recherche entreprises dans le domaine couvert par ces deux programmes du CNRS et de la Fondation européenne de la science ;
  • organiser une véritable confrontation scientifique entre points de vue spécialisés, portant sur quelques-unes des thématiques autour desquelles s’articulent les recherches sur l’origine de l’homme, du langage et des lan­gues, en conviant un certain nombre de scientifiques — ne participant pas à ces programmes — à proposer leurs réflexions dans des ateliers de dis­cussion ;

— préparer un état des lieux provisoire permettant d’élaborer une première publication collective sur ce sujet.

ll est évidemment impossible de restituer dans le détail le contenu des dix-sept communications présentées dans le cadre de six ateliers ainsi que des discussions ayant suivi chacun des exposés et de la table ronde finale. On se contentera de rappeler quelques-uns des points forts autour des­quels s’est concentré le débat.

Communication animale, communication humaine

L’exposé de Jacques Vauclair, La communication des primates non humains et les origines du langage, a montré que l’étude de la communica­tion spontanée des primates non humains et celle de l’apprentissage des rudiments du langage par des singes anthropoïdes jette un éclairage per­tinent sur la question de l’origine du langage. Cet exposé était construit autour de trois éléments principaux :

  • la présence de traits annonciateurs de l’organisation de la communica­tion humaine chez les anthropoïdes (asymétrie hémisphérique, manifes­tations de comportements latéralisés, etc.) ;
  • l’existence d’indéniables capacités du singe à utiliser un substitut (sym­boles graphiques ou gestes) ;

la imitation des systèmes communicatifs des primates non humains en regard de l’organisation structurale du langage (la nature du signe) et de l’usage fonctionnel des signaux de communication (contexte instrumen­talisé vs modalité déclarative).

La contribution de Dominique Lestel, Comportement animal, commu­nication animale et langage, a présenté une réflexion d’ensemble sur la contribution de l’éthologie au débat sur l’émergence du langage. Le point central de son exposé a été le suivant : si certaines tâches coopératives complexes, habituellement considérées comme requérant l’usage d’une communication symbolique sophistiquée, sont effectuées par des ani­maux dépourvus de langage, ceux-ci, en revanche, ne présentent pas trois caractéristiques comportementales sans doute concomitantes à l’émer­gence du langage. Ces caractéristiques comportementales sont :

  • l’existence de procédures de détournement de l’intelligence d’autrui au profit d’ego ;
  • l’existence de délégations de l’action d’individu à individu;
  • l’existence des procédures de chaîne.

Selon Dominique Lestel, il faudrait cesser de penser l’émergence du langage comme si elle avait été déclenchée par une cause unique, fonc­tionnelle ou cognitive.

L’exposé de Marc Jeannerod, Les neurones miroirs, un lien entre action et langage, a mis en évidence le rôle joué par la découverte des neurones miroirs dans le développement des recherches sur les mécanismes de la cognition sociale chez l’être humain. Une hypothèse séduisante est celle consistant à voir ces neurones comme un système de communication fondé sur la reconnaissance gestuelle, pour les mouvements des doigts et des lèvres, susceptible d’avoir évolué vers un système de reconnaissance du langage parlé. Plus généralement, la reconnaissance d’une action dépendrait de la capacité de l’être percevant à concevoir et exécuter cette même action.

Paléoanthropologie, archéologie

Le point fort de l’exposé de Jean-Jacques Hublin, consacré à la pro­duction et à la perception du langage chez les Néandertaliens, a porté sur l’articulation entre développement ontogénique et développement du langage. Jean-Jacques Humain a mis en évidence les implications du modèle de croissance très original de l’homme par rapport aux mammi­fères en général et aux primates en particulier. L’homme est dit, en effet, « secondairement altricial », et la conséquence de cette altricialité secon­daire réside dans le fait, unique, que l’essentiel de la croissance cérébrale se produit après la naissance, alors que le nouveau-né ou le jeune enfant perçoivent le monde extérieur et interagissent avec les membres de leur environnement social. Il serait crucial de déterminer à quel moment de l’évolution des hominidés ce dispositif particulier s’est mis en place puisque cette datation permettrait de définir une fenêtre temporelle cor­respondant à l’instauration des conditions nécessaires pour l’apprentis­sage d’un fait aussi complexe que le langage moderne.

L’exposé de Francesco d’Errico, Un modèle multispécifique pour l’émer­gence de la modernité culturelle, a eu pour objectif principal de proposer à la discussion l’hypothèse selon laquelle les données archéologiques sug­gèrent une origine multispécifique des traits cognitifs et culturels de l’homme moderne. Si l’on admet cette hypothèse, il faudrait évidemment en déduire que les Néandertaliens partagent avec nos ancêtres bon nom­bre de caractéristiques comportementales, y compris une pensée symbo­lique et le langage.

La contribution de Christophe Coupé et Jean-Marie Hombert, Émer­gence du langage: que nous apprennent les traversées maritimes?, visait à mettre en évidence, à l’aide d’un grand nombre de simulations effectuées sur des données expérimentales, l’idée que les traversées maritimes, notamment celle qui a permis la conquête de l’Australie, ont été inten­tionnelles et non accidentelles et que ce caractère intentionnel est l’indice de la possession d’un langage. Celui-ci est nécessaire dès lors qu’il y a pla­nification d’une action collective, laquelle présuppose le partage de moti­vations.

Génétique

L’exposé de Philippe Vernier, L’évolution du cerveau chez les vertébrés et l’émergence du langage chez les hominidés, s’est concentré sur les mécanis­mes génétiques et épigénétiques formateurs du cortex au cours de l’em­bryogenèse et spécifiant l’organisation fonctionnelle des aires corticales. Ils suffisent à déterminer l’ensemble des conditions anatomiques et fonc­tionnelles nécessaires à l’émergence du langage chez les ancêtres de l’homme moderne.

La contribution de Catherine Honni visait à mettre en garde contre les mésusages des techniques d’analyse de l’ADN ancien. Catherine Honni a mis l’accent, exemples d’erreurs manifestes d’interprétation à l’appui, sur les impératifs de méthode en palingénésique.

L’exposé de Luis Quintana-Murci, Contribution de l’ADN mitochon­drial et du chromosome Taux études sur l’origine et les dispersions de l’homme et des langues, a présenté les avantages des analyses se concentrant sur l’ADN mitochondrial et le chromosome Y: elles rendent l’interprétation de l’histoire génétique de l’homme moins complexe que celle déduite de l’analyse de gènes présents sur les autosomes.

Linguistique

L’exposé de Gérard Philippson a porté sur la méthode comparative à partir de données propres à l’aire linguistique bantoue, en se concentrant successivement sur l’objectif de mise en évidence de la parenté entre lan­gues par les correspondances régulières et sur celui de la reconstruction des langues-ancêtres avec ses difficultés propres.

La contribution d’Alain Peyraube, La classification des langues en familles et macro familles avec une attention particulière portée aux langues d’Asie orientale et d’Asie du Sud-Est, a présenté une sorte d’état des lieux dans le domaine des recherches sur les macro-familles. Alain Peyraube s’est penché à la fois sur les hypothèses proposées et sur les méthodes adoptées. Il a souligné, en conclusion, les difficultés rencontrées qui tien­nent, en particulier, à une question de profondeur historique. D’où, selon lui, l’intérêt d’une association entre généticiens des populations et lin­guistes reconstructeurs.

L’exposé de Jean-Marie Hombert, Anciennes questions, nouvelles répon­ses, visait à faire le point sur un certain nombre d’hypothèses avancées en matière de conditions nécessaires pour l’émergence du langage moderne. Après avoir rappelé les différentes fenêtres temporelles successivement proposées pour l’apparition du langage, sa contribution a porté sur les points suivants :

  • le rôle assigné à la descente du larynx qui a été, selon lui, surévalué : rien ne prouverait que cette descente ait été une condition nécessaire et a for­tiori suffisante ;
  • l’utilisation de la dimension du canal hypoglosse comme marqueur du degré de contrôle des mouvements de la langue;
  • la question de l’apparition du contrôle de la fréquence fondamentale et de la maîtrise du débit d’air ;
  • l’examen de la théorie dite Frame and Content et des hypothèses for­mulées dans ce cadre et portant sur l’origine de l’organisation syllabique.

Jean-Marie Hombert a ensuite posé le problème des traces suscepti­bles de servir d’indices temporels d’existence du langage : les sépultures d’abord, les traversées maritimes ensuite. Il a enfin examiné l’alternative entre l’hypothèse de la synchronisation entre apparitions de l’espèce et du langage articulé (monogenèse) et celle de la non-synchronisation (poly­genèse) et montré qu’il y avait autant d’arguments statistiques en faveur de la seconde qu’à l’appui de la première.

L’exposé de Pierre Darlu et de Mahé Ben Hamed a récapitulé les prin­cipales approches mises en œuvre pour traiter de la congruence entre l’é­volution biologique des populations humaines et leurs évolutions lin­guistiques et culturelles. Il a ouvert le débat tant sur les notions de congruence et de co-évolution que sur les problèmes de méthode induits par les spécificités évolutives populationnelles et linguistiques.

Philosophie cognitive et langage

L’exposé de Dan Sperber, Un paradoxe dans la théorie de l’évolution du langage, a montré qu’il fallait substituer au modèle de la communication linguistique envisagée comme un processus de codage/décodage un modèle inférentiel de la communication linguistique tel que proposé par la pragmatique. C’est la condition, selon Dan Sperber, de l’élucidation du problème posé par l’évolution du langage en tant qu’adaptation cogni­tive.

La contribution de Joëlle Proust, Y a-t-il plusieurs étapes dans la men­talisation ?, a insisté sur l’hypothèse selon laquelle il existerait, dans la capacité mentalisatrice, deux niveaux, dont les relations seraient réglées par un processus de redescription déjà pris en compte pour comprendre le rôle cognitif du langage en tant que moyen de transfert d’un module à l’autre : de l’analyse des intentions d’agir en tant que dispositions à l’ac­tion (bas niveau) à l’inscription de ces incitations dans un système psychologique d’états mentaux (haut niveau).

Modélisation

L’exposé de Bernard Victorri, Modélisation de l’émergence des universaux implicationnels, a montré que l’émergence des universaux implicationnels est compatible avec l’hypothèse d’une faculté d’acquisition du langage reposant sur des mécanismes cognitifs généraux et non sur le fonctionne­ment d’un module spécifique dont les propriétés seraient radicalement différentes de celles du reste du dispositif humain de cognition.

La contribution de Jean-Louis Dessalles, Modélisation de l’émergence phylogénétique du langage, s’est efforcée de rendre compréhensible, dans un cadre darwinien, l’émergence du langage, dont les effets sont « altruis­tes » à la différence des systèmes de communication animaux. Le modèle dit du « signal honnête », fondé sur un scénario politique de la nécessité de l’alliance, permet de rendre compte, selon Jean-Louis Dessales, du fait que la sélection naturelle puisse avoir favorisé l’altruisme communica­tionnel.

On nous permettra, en guise de conclusion à ce bref résumé du col­loque tenu aux Treilles, de souligner que l’altruisme de chacun des contributeurs, à savoir le souci de présenter des informations aussi concises et pertinentes que possibles, a entraîné la satisfaction de sentiments égoïstes chez tous: chacun a trouvé dans les interventions d’autrui de quoi enri­chir ses propres problématiques. L’interdisciplinarité n’est rien d’autre qu’un processus de coopération dans lequel l’on est remboursé du don effectué, intérêts compris.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search