C’est faux, mais ça aide à comprendre

Séjour d’étude de Annabelle Kremer-Lecointre et de Guillaume Lecointre, du 11 au 29 juillet 2022.

 

Participants

Annabelle Kremer-Lecointre (enseignante agrégée de Sciences de la Vie et de la Terre, et ingénieure formation, formatrice et auteure), Guillaume Lecointre (enseignant-chercheur en biologie (zoologie, systématique), professeur du Muséum national d’Histoire naturelle, et auteur).

 

Résumé

Les biologistes perpétuent des métaphores incompatibles avec le cadre théorique de la biologie d’aujourd’hui, et même des conceptions erronées sur le plan scientifique. Pourquoi le font-ils ? C’est qu’entre eux, ils savent quoi en penser : ce sont des « raccourcis de langage », et même parfois des outils de travail. Mais lorsqu’ils s’adressent à un large public, ils conservent ces vocables ou notions sans plus de précautions. Ce qui n’est pas étranger aux incompréhensions que l’on rencontre ensuite au sujet du vivant ou des notions essentielles à la biologie. Nous nous proposons d’explorer sous l’angle épistémologique et factuel la pertinence scientifique de 38 métaphores et conceptions erronées, réparties en 9 thèmes qui sont autant d’obstacles culturels à la compréhension scientifique des êtres vivants : analogie, intentionnalité, anthropomorphisme, anthropocentrisme, finalisme, gradisme, idéalisme, essentialisme, réductionnisme. Nous proposons également des expressions de remplacement lorsque cela est possible. Le livre qui sera publié chez Belin-Éducation est donc composé d’une introduction et de 38 fiches réparties en 9 sections. Il s’adresse aux scientifiques et aux enseignants soucieux de rigueur ainsi qu’au public désireux de comprendre le vivant. Le séjour d’étude a permis de le réaliser aux deux tiers.

 

Abstract

Biologists perpetuate metaphors incompatible with modern biology’s theoretical framework, and some misconceptions. Why? When they talk to each other, they implicitly know what the word is about (most of the times): it’s a shortcut or a tool. But when they talk to a wider audience, they keep using these words and notions all along to the general public without any caution. This has something to do with the misconceptions about life that circulate afterwards across the public. From factual and epistemological perspectives we propose to explore the scientific pertinence of 38 metaphors and misconceptions, distributed across 9 items which are cultural obstacles to the scientific understanding of life: analogy, intentionality, anthropomorphism, anthropocentrism, finalism, gradism, idealism, essentialism, reductionism. We propose expressions that can replace the metaphor or misconception whenever possible. The book will be published in Belin-Education and will contain an introduction, 38 “files” distributed across 9 sections. The target public is scientists and teachers who care about rigor and to the larger public who wish to understand life as well. Our stay allowed us to write two thirds of the book.

Compte rendu

Fritz Kahn est un médecin allemand qui a inondé le milieu du XXème siècle de métaphores graphiques du corps humain. Et pour cause : il considère ce dernier comme « La machine la plus efficace du monde ». Par exemple, dans Das Leben des Menschen, toutes les fonctions des organes du corps humain sont représentées par des analogues mécaniques. À l’un de ses amis qui objectait sur la validité de ses dessins, il répondit « Bon, c’est peut-être faux, mais c’est compréhensible ». Nous nous sommes inspirés de cette réponse pour le titre de ce séjour d’étude, et même pour le titre du livre en cours, parce que nous la trouvons inspirante pour analyser toutes sortes de métaphores utilisées aujourd’hui en biologie.

Les biologistes perpétuent des métaphores inadéquates au cadre théorique de la biologie d’aujourd’hui, et même des conceptions erronées. Pourquoi le font-ils ? C’est qu’entre eux, ils savent quoi en penser, le plus souvent. Ce sont des « raccourcis de langage », voire des outils de travail. Mais lorsqu’ils s’adressent à un large public, ils conservent ces vocables ou notions.  Nous nous proposons explorer sous l’angle épistémologique et factuel la pertinence scientifique d’un grand nombre de métaphores et conceptions erronées en biologie. Nous proposons également des expressions de remplacement. Les scientifiques gagneront à réfléchir sur les pièges langagiers par lesquels ils peuvent eux-mêmes produire des erreurs conceptuelles, les enseignants seront aidés à parler de phénomènes biologiques le plus fidèlement aux données et développements théoriques les plus récents. Le grand public peut découvrir qu’on peut parler des êtres vivants pour eux-mêmes, et non systématiquement par le truchement d’un filtre égocentré ou d’une image amusante mais vide d’explication.

Nous ne traitons pas des métaphores qui se sont avérées fécondes en science, et qui n’obscurcissent pas la compréhension de ce qu’elles tentent de refléter (par exemple « cellule », « arbre » phylogénétique, « sélection » naturelle, « mémoire » immunitaire). Nous n’analysons que celles qui posent des problèmes de compréhension chez les biologistes eux-mêmes et chez les enseignants (« programme » génétique, « information génétique », « force évolutive »), ou qui se perpétuent malgré leur caractère déformant (« hominisation », « fossile vivant »). En somme, nous nous intéressons au cas où il faudrait conclure : « C’est faux, et ça n’aide pas à comprendre », pour prendre le contrepoint de la réponse de Fritz Kahn à son ami.

Dans certaines circonstances, la métaphore scientifique emprunte à la vie courante une image supposément évocatrice (la « clé et la serrure » pour parler de la spécificité entre l’hormone et son récepteur). Dans d’autres, la métaphore véhiculée par des biologistes professionnels a emprunté un concept, un modèle, une idée  à d’autres disciplines scientifiques : le “programme génétique” vient de l’informatique et de la cybernétique ; la “stratégie adaptative” a été empruntée de la théorie des Jeux en économie ; la “force évolutive” est empruntée à la physique newtonienne… Dans un dernier schéma dont nous ne traitons pas, des acteurs de la société empruntent à la biologie une image qui révèle ou qui perpétue une représentation de l’objet biologique déjà erronément comprise dès le départ (“c’est dans l’ADN de l’entreprise” ; “l’écosystème professionnel universitaire” ; “le darwinisme dans l’emploi de la recherche”).

La biologie a ceci de particulier qu’elle doit s’énoncer à l’aide d’une grammaire qui fonctionne à l’envers de sa théorie. Par exemple, le principe de sélection naturelle explique comment on obtient un fonctionnement sans concepteur, cependant nous en parlons comme si la fonction résultait d’un acteur, sujet du verbe, capable de l’anticiper. Toutes les métaphores ordonnatrices ou empruntes d’un idéalisme platonicien, ou encore finalistes doivent être revues ou éliminées. Ceci nous a amenés à catégoriser les motifs culturels majeurs de chaque métaphore, c’est-à-dire l’idée qui fait écueil à la compréhension de la biologie tant au niveau des entités qu’elle étudie que dans sa théorie générale. Une métaphore peut s’enraciner dans un ou plusieurs des écueils suivants : analogie, intentionnalité, anthropomorphisme, anthropocentrisme, finalisme, gradisme, idéalisme, essentialisme, réductionnisme. Cette liste est celle que nous traitons, mais elle n’est pas exhaustive. Chaque fiche du livre est une métaphore ou une conception erronée déclinée en trois rubriques : (1) ce que la métaphore dit et d’où elle vient ; (2) pourquoi elle est fausse aujourd’hui ; (3) une proposition d’expression de remplacement, lorsque cela est possible.

Il est important de proposer des formulations de remplacement. Les scientifiques sont peu mobilisés pour corriger leur langage, surtout quand ils se parlent entre eux. Lorsqu’ils s’adressent au public, peu acceptent de réfléchir à remplacer leurs mots lorsqu’ils parlent “d’espèce architecte”, de “stratégie adaptative”, de “programme génétique”. Pensons à l’école : les élèves, de leur côté, comprennent un concept par l’emploi qu’en font les media et leurs enseignants. Les conceptions erronées peuvent s’y perpétuer. On comprendra que ce projet a donc une vocation autant épistémologique (parler de la biologie sans la trahir) qu’éducative (comment bien enseigner la biologie). Ce livre souhaite aider les enseignants de biologie à trouver leur chemin dans la nouvelle biologie de ce siècle, les chercheurs à mieux parler de leur propre discipline, et le grand public à mieux comprendre la biologie. Ce dernier enjeu n’est pas vain : les défis sanitaires (pandémies, zoonoses, alimentation et santé en général) et environnementaux (érosion de la biodiversité) auxquels l’humanité fait face ne seront pas relevés sans une bonne compréhension du vivant et de ses dynamiques.

Le livre qui sera publié chez Belin-Éducation est composé d’une introduction, de 38 fiches réparties en 9 sections. Le séjour d’étude a permis de le réaliser aux deux tiers.

 



Citer ce billet
ldiebold (2022, 1 août). C’est faux, mais ça aide à comprendre. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6t

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search