La lumière

Colloque organisé par Sophie Bancquart du 2 au 16 octobre 1994

Participants

Jean-Pierre Arbon (Editions Flammarion), Sophie Bancquart (Editions Flammarion), Nayla Farouki (Editions Flammarion), Jean-Gabriel Ganascia (Université Paris VII Jussieu), Etienne Klein (Commissariat à l’Energie Atomique [CEA], Centre d’études de Saclay, Gif-sur-Yvette), Marc Lachièze-Rey (CEA, Centre d’études de Saclay, Gif-sur-Yvette), Jean-Pierre Luminet (Obervatoire de Paris, Meudon)

Compte-rendu

Pour être en mesure de prendre position dans un marché naissant et d’affirmer notre identité culturelle face à une concurrence essentiellement importée des Etats-Unis, quelques éditeurs ont décidé de réfléchir à ce que pourrait être une production de CD-Rom conçue en France.

Fidèles à la tradition de Flammarion, incarnée aujourd’hui par la collection Dominos au sein du département Savoir grand public, nous avons choisi de commencer par un projet de vulgarisation scientifique.

Nous avons donc réuni quelques spécialistes d’une même discipline — la physique —, ouverts aux nouvelles technologies, auteurs de Dominos et donc intéressés par la transmission de leurs savoirs : Etienne Klein, Marc Lachièze-Rey et Jean-Pierre Luminet, Nayla Farouki, codirectrice de la collection Dominos, Jean-Pierre Arbon, directeur général de Flammarion qui s’occupe personnellement du développement multimédia, et Jean Gabriel Ganascia, spécialiste d’intelligence artificielle et auteur de Dominos.

L’objectif que nous nous étions fixé était de trouver un sujet qui permette une approche séduisante de la physique et d’élaborer le principe d’un scénario qui puisse utiliser au mieux les ressources de l’interactivité.

Avant de commencer, nous avons mis en commun nos connaissances des techniques et des types de discours que ces nouveaux supports impliquent. Pour ce faire, nous avons visionné ensemble une dizaine de programmes. Le graphisme et le degré d’interactivité nous ont paru les principaux facteurs de réussite.

Nous nous sommes mis ensuite d’accord sur la pédagogie que nous souhaitions mettre en pratique. Essentiellement liée à la manipulation, expérience ou simulation, et à l’exploration de mondes pleins de surprises, celle-ci doit amener le “lecteur” à découvrir tout seul les principes qui fondent ces expériences, quitte à vérifier ensuite leur formulation textuelle ou mathématique dans la base de données, ou à demander l’aide d’un spécialiste, pourquoi pas Albert Einstein lui-même.

Le plus difficile était de trouver la façon d’aborder cet immense champ de connaissances qu’est la physique. L’idée que nous avons tous retenue est de mettre en scène cet objet naturel dont les mystères ne sont pas encore tous élucidés : la lumière. D’une grande richesse, elle ouvre un monde de science et de culture et permet de lancer des ponts vers la réflexion philosophique, l’esthétique et la métaphysique.

Pour expliquer la lumière, sa nature et ses lois à un grand public amateur de supports électroniques et de savoir, il faut la mettre en scène. Nous avons imaginé d’inscrire cette découverte dans un lieu qui la symbolise : Versailles ! Quoi de plus séduisant en effet que de découvrir la lumière en se promenant dans la ville et le château, qui restent pour nous associés au siècle des Lumières, au règne du Roi-Soleil, comme à celui d’un despote éclairé…

Les univers symboliques ou analogiques que l’on peut y construire sont innombrables. Ainsi, une correspondance peut être établie entre chacun des domaines de la physique de la lumière et un lieu précis :

– l’optique dans le château, avec sa galerie des glaces, ses nombreuses fenêtres et leurs volets, ses chambres claires ou obscures, etc. ;

– les ondes dans le parc où peuvent être mises en scène les ondes lumineuses, aussi bien que les ondes sonores, les fluides (jeux d’eau, sons et lumières, etc.) ;

– les corpuscules dans la cour du château, avec ses innombrables pavés ;

– la relativité à la gare de Versailles chantier, ou Rive gauche ;

– la mécanique quantique dans un donjon mystérieux…

Les passages difficiles, les lieux obscurs et les impasses peuvent y être représentés avec la plus grande aisance. Prenons un exemple : l’explication de la nature de la lumière. Celle-ci semble être composée d’ondes ou de particules, selon l’expérience mise en œuvre. Cette contradiction pourrait être représentée par un funambule sur son fil. Il veut rejoindre le monde des particules (les pavés de la cour) depuis le royaume des ondes (le parc). Pour cela, il doit passer au-dessus du château, sur une passerelle vertigineuse et oscillante. De chaque côté, il perçoit des discours apparemment contradictoires qui le déstabilisent. Parviendra-t-il à l’autre bout sans tomber ?

Nous avons ensuite imaginé ce que pourraient être les circulations dans le CD-Rom. Le “lecteur” est progressivement amené à découvrir le monde de la lumière. Plusieurs niveaux de difficultés lui sont proposés, avec des temps d’accès différents. Une progression est possible. Le “lecteur” doit être guidé sans pour autant se sentir dirigé. Il ne sait pas où il va, n’a pas de vision globale du champ, mais le découvre peu à peu au fil de ses envies. Ainsi, il effectue lui-même des découvertes, il peut chercher un savoir particulier dans une base de données toujours accessible ou appeler un grand savant à l’aide. A lui de déterminer son propre degré d’initiative, dans le cadre de la circulation logique qui lui est proposée. Par exemple, passer ou non par l’expérience A pour aborder la formule B.

Dès qu’une séquence est terminée, le CD en propose une autre. Les parcours sont parsemés de possibilités d’“ouvertures” et d’exploration. Des passages secrets peuvent apparaître. Des “signes” indiquent qu’il existe des livres à ouvrir, des objets à manipuler, des lieux à explorer.

Comme dans un espace réel, le parcours est fléché, mais la liberté de chacun est respectée. Le “lecteur” privilégiera l’efficacité qui permet d’accéder directement à la connaissance (de type base de données) ou s’offrira le luxe d’un vagabondage dans un lieu admirable qui peut lui réserver bien des surprises : humour, art, philosophie, mystère, etc. La lumière n’est-elle pas le fil conducteur qui relie la création du monde aux expressions artistiques les plus individuelles ?