L’invention de la presse musicale en France

Séjour d’étude d’Anne Piéjus (CNRS, Paris) du 21 mars au 9 avril 2022.

 

Résumé

Le séjour aux Treilles a permis d’avancer un ouvrage sur l’émergence de la presse musicale à la fin du XVIIe siècle. La démarche vise à montrer comment, en pleine époque d’institutionnalisation de la critique littéraire et des spectacles, le discours sur la musique et la publication de musique notée furent intimement associés dans un projet éditorial et culturel unique, celui du Mercure galant (1672-1710), périodique à la fois participatif et multimédiatique, éditeur de musique et d’estampes, qui constitue un témoignage unique de l’activité artistique amateure.

Abstract

The stay at Les Treilles has enabled to advance a work on the emergence of the musical press at the end of the 17th century. The aim is to show how, at the time when literary and entertainment criticism were institutionalized, the discourse on music and the publication of notated music were intimately associated in a unique editorial and cultural project, that of the Mercure galant (1672-1710), a periodical that was both participatory and multimedia, a publisher of music and prints, and a unique record of amateur artistic activity.

 

Compte rendu

On associe volontiers la naissance de la presse musicale à l’effervescence journalistique du XIXe siècle et à l’époque où éditeurs et facteurs d’instruments avaient tissé un puissant réseau d’influences sur les journaux de musique comme sur la presse culturelle. C’est oublier que le discours critique sur la musique est apparu dans le sillage de celui sur la littérature et les spectacles, en plein XVIIe siècle. Or, à cette époque, la critique musicale encore balbutiante s’est trouvée associée à la publication de musique, laquelle n’avait pas encore pris l’indépendance qui la caractérise au XVIIe siècle, marqué par la vogue des journaux de musique destinés à alimenter la pratique des instrumentistes amateurs. Cette double ‘invention’, dont l’étude pourra alimenter une archéologie de la presse musicale, est le fait d’un projet éditorial et culturel unique : le Mercure galant, périodique littéraire et mondain de l’époque de Louis XIV, fondé par l’homme de lettres et dramaturge Jean Donneau de Visé en 1672, soit à la période charnière de la mort de Molière et de l’émergence de la tragédie en musique, et dont la publication court, moyennant transformations, sur plus d’un siècle.

Les multiples relations qu’entretient ce périodique avec la musique et le fait musical font l’objet d’un programme collectif de recherche qui propose des éditions numériques enrichies de textes, l’intégralité des estampes et des airs ainsi que la transcription moderne de ces derniers.

En marge de ce programme, le séjour à la fondation des Treilles a été l’occasion de mener une étude de détail, qui pourra prendre place dans une réflexion plus large sur l’émergence de la presse musicale.

Cette enquête se fonde sur deux caractéristiques de cet objet éditorial : son fonctionnement participatif, puisque le Mercure galant, quoique fermement tenu en mains par un affidé du pouvoir, était écrit en grande partie par ses lecteurs ; et sa dimension multimédiatique : rapidement doté d’ « embellissements » sous forme de gravures imprimées à part et délicatement pliées dans les volumes, le Mercure galant a publié plus de 700 partitions musicales et près de 500 estampes.

Comment se fournir en dessins, en airs nouveaux, dont la mode faisait rage et alors que Ballard, l’imprimeur du roi pour la musique, détenait le monopole de la typographie musicale ? Comment s’imposer sur un marché saturé de recueils poétiques, de livres illustrés, d’estampes en feuilles, de programmes iconographiques à la gloire du roi, de collections entières de livres d’airs ? En reprenant des formules éditoriales qui avaient fait leurs preuves, le fondateur du Mercure galant a mis au point un système éditorial complexe, qui en appelle aux contributions des lecteurs et ménage une complémentarité entre ces objets artistiques figurés (estampes et airs) et le texte journalistique dans lequel ils se trouvent enchâssés. Comme les textes composant le journal, les planches proviennent ainsi pour une large part des lecteurs et constituent de fait un rare témoignage des pratiques du loisir artistique.

Cette multimédialité (texte, image, musique) conçue comme une plus-value de l’ouvrage et qui demeure sans équivalent dans l’histoire du livre contemporain a servi les intérêts des lecteurs autant que ceux du journal. Utilisée à des fins illustratives ou publicitaires, la planche gravée a permis de publier une riche information sur le monde artistique. Elle illustre des débats musicaux, sert de monnaie d’échange pour se faire connaître, annoncer des concerts, des nouveautés de librairie ou des leçons de musique, tout comme elle se fait le support de la publicité pour les modes.

Les contraintes artistiques et matérielles pesant sur la « fabrique » des planches mettent en évidence les stratégies discursives journalistiques mieux que ne le font les textes, dont la composition éditoriale était plus aisée. Le journal, s’il subit les aléas et les délais de fabrication des planches d’images et de musique, exploite avec brio tout le potentiel de la diachronie. Les rédacteurs sélectionnent, hiérarchisent les événements sur lesquels ils invitent leurs lecteurs à écrire, composer ou dessiner, leur imposent une nouvelle temporalité, proprement éditoriale, et créent les conditions d’une appropriation des événements par les lecteurs. Plans militaires, feux d’artifice à la gloire du roi, médailles, airs de circonstance et extraits de divertissements musicaux, tous enchâssés dans un texte qui les annonce, les commente et les rappelle à la mémoire, alimentent une histoire alternant présentisme et régime héroïque. En cela, l’image et la musique, ces miniatures artistiques produites par le public, participent d’une écriture de l’histoire – une écriture polyphonique à laquelle tout un chacun était appelé à participer.

 



Citer ce billet
ldiebold (2022, 27 juillet). L’invention de la presse musicale en France. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6s

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search