Raymond Borde. Une autre histoire du cinéma

Séjour d’étude de Christophe Gauthier (Ecole Nationale des Chartes, PSL) et Natacha Laurent (Université de Toulouse Jean Jaurès), du 4 au 16 avril 2022.

Résumé 

Raymond Borde au travail, au milieu des sacs et des boîtes de films en 1970.

Raymond Borde (1920-2004) fut successivement critique cinématographique aux Temps modernes, à Positif, plus tardivement et plus épisodiquement à Midi-Minuit Fantastique, animateur de ciné-clubs, militant politique. Auteur de plus de 200 articles et d’une quinzaine d’ouvrages, il fonda la Cinémathèque de Toulouse en 1964. Il n’existait pourtant jusqu’à ce jour aucune étude qui lui soit consacrée.

Notre séjour à la Fondation des Treilles (4-15 avril 2022) s’est organisé en deux temps qui furent d’une durée inégale. Le premier fut consacré à la mise à plat, au partage des très nombreux documents et archives collectés, et à une recomposition du plan qui a permis d’aboutir à une structure définitive de l’ouvrage en huit chapitres. Le second temps du séjour a été consacré, en priorité, aux chapitres dont l’écriture fut un exercice partagé, ce qui fut rendu possible par cette résidence commune aux Treilles. Nous aurons ainsi rédigé au total quatre chapitres et demi sur les huit prévus.

Cette mise en commun des archives et de l’écriture a révélé trois aspects structurants de l’itinéraire de Raymond Borde : la place centrale occupée par l’opposition à Langlois ; l’application qu’il mit à se doter d’un réseau national ; l’activité qu’il déploya au sein de la Fédération internationale des archives du film (FIAF) à partir de 1965, date à laquelle la Cinémathèque de Toulouse en devint membre.

 

Abstract

Raymond Borde (1920-2004) was successively a film critic for Les Temps modernes, Positif, later and more episodically for Midi-Minuit Fantastique, a film club leader, and a political activist. Author of more than 200 articles and about fifteen books, he founded the Cinémathèque de Toulouse in 1964. However, until now, there has been no study about him.

Our stay at the Fondation des Treilles (April 4-15, 2022) was organized in two phases of unequal duration. During the first phase, we shared the numerous documents and archives collected, and we reorganized the plan which led to a final structure of the work in eight chapters. During the second phase of the stay, we focused on the chapters which had to be written together. Thanks to this common residence at Les Treilles, we thus wrote a total of four and a half chapters out of the eight planned.

This sharing of archives and writing revealed three structuring aspects of Raymond Borde’s itinerary: the fundamental importance of his opposition to Langlois; the commitment he put into building a national network; his contribution to the International Federation of Film Archives (FIAF) from 1965, the date on which the Cinémathèque de Toulouse became a member.

 

Compte rendu 

Raymond Borde (1920-2004) fut successivement critique cinématographique aux Temps modernes, à Positif, plus tardivement et plus épisodiquement à Midi-Minuit Fantastique, animateur de ciné-clubs, militant politique. Auteur de plus de 200 articles et d’une quinzaine d’ouvrages, il fonda la Cinémathèque de Toulouse en 1964. Il n’existait pourtant jusqu’à ce jour aucune étude qui lui soit consacrée.

Notre séjour à la Fondation des Treilles (4-15 avril 2022) s’est organisé en deux temps qui furent d’une durée inégale. Le premier fut consacré à la mise à plat et au partage des très nombreux documents et archives que nous avions collectés, souvent chacun de notre côté, au cours des années précédentes. Nous avons pu ainsi procéder à une recomposition du plan qui a permis d’aboutir à une structure définitive de l’ouvrage en huit chapitres, qui suit peu ou prou la chronologie : « les premiers engagements » ; « le combat critique » ; « un surréaliste antimoderne ? » ; « naissance d’une collection » ; « un conflit fondateur » ; « une utopie mondialiste » ; « qu’est-ce qu’une cinémathèque nationale ? » ; « à quoi sert une collection ? ». Ce premier temps s’est conclu par la répartition de l’écriture – certains chapitres devant être écrits intégralement par l’un d’entre nous, d’autres être rédigés véritablement à quatre mains. Le second temps du séjour a été consacré, en priorité, aux chapitres dont l’écriture fut un exercice partagé, ce qui fut rendu possible par cette résidence commune aux Treilles. Nous aurons ainsi rédigé au total quatre chapitres et demi sur les huit prévus, et plus précisément ceux consacrés au surréalisme (chapitre 3), à l’histoire de la Cinémathèque de Toulouse (chapitres 7 et 8) et au conflit fondateur avec Henri Langlois (chapitre 5), secrétaire général de la Cinémathèque française.  

Cette mise en commun des archives et de l’écriture a révélé trois aspects structurants de l’itinéraire de Raymond Borde. Le premier est la place centrale occupée par l’opposition à Langlois. Après les premiers contacts noués en 1958, les deux hommes entament une collaboration autour de la section toulousaine des amis de la Cinémathèque française. Mais rapidement leur relation se détériore et conduit à la rupture de 1965, qui fut provoquée par l’adhésion de la Cinémathèque de Toulouse à la Fédération internationale des archives du film (FIAF). La prise de position de Borde, ouvertement anti-Langlois, lors de la démission forcée du secrétaire général de la Cinémathèque française en 1968, aggrave le conflit. Langlois représente désormais tout ce que Borde déteste : un certain parisianisme ; une indifférence aux questions matérielles et intellectuelles de conservation des films ; une conception exclusivement artistique du cinéma, qui évacue sa capacité à documenter les sociétés. C’est contre la centralité de Langlois, figure emblématique d’un certain cinéma français et incarnation de la domination parisienne, qu’il construit son parcours, son action, et sa conception d’une cinémathèque.

Le deuxième point saillant tient à l’application que mit Borde à se doter d’un réseau national. Celui-ci se constitua à partir des principales revues dans lesquelles il écrivait, mais également des animateurs de ciné-clubs ou des directeurs d’offices du cinéma éducateur avec lesquels il était en contact régulier. De Lyon (Bernard Chardère) à Perpignan (Marcel Oms) en passant par Poitiers (Camille Moinard) et Paris (Claude Beylie), Borde s’attacha à croiser les lieux où s’exprimait la critique cinématographique, ceux où l’on projetait des films et ceux auprès desquels on pouvait collecter copies et matériel. Cette capacité à fonctionner en réseau au niveau national lui permit d’aller au-delà d’une vision étriquée de la conservation du patrimoine cinématographique et de développer le projet d’une cinémathèque nationale. Dans son esprit, la mise en réseau du Service des archives du film du CNC, de la Cinémathèque française, de la Cinémathèque de Toulouse et de la Cinémathèque universitaire, devait permettre la constitution progressive d’un ensemble exhaustif du cinéma national et assurer enfin une conservation des films « systématique et scientifique ».

Le troisième point structurant est l’activité que Borde déploya au sein de la Fédération internationale des archives du film (FIAF) à partir de 1965, date à laquelle la Cinémathèque de Toulouse en devint membre. Il trouva au sein de ce réseau international, et grâce notamment à la Cinémathèque royale de Belgique et au Gosfilmofond (Moscou), un professionnalisme, une solidarité et une éthique qui contribuèrent au développement et au rayonnement de la collection toulousaine. Membre du comité directeur sans interruption de 1965 à 1991, il participa activement aux activités de la Fédération et déploya une réflexion de fond sur le patrimoine cinématographique et son histoire. Celle-ci trouve son aboutissement dans son livre majeur, Les Cinémathèques, paru en 1983 et qui fit de lui une personnalité respectée par la communauté internationale des archivistes de cinéma.

L’histoire de la critique, du patrimoine, et par extension du cinéma, dont Borde est partie prenante, n’est pas celle qu’on a l’habitude de lire. Loin du récit héroïque de la fondation de la Cinémathèque française par Henri Langlois en 1936, loin des feux de la Nouvelle Vague triomphante, loin de la rue de Valois qui met en place après 1959 une politique culturelle nationale, Borde contribue à une autre histoire du cinéma. Celle-ci vise à une permanente réécriture qui renverse les perspectives établies en se fondant sur la constitution de collections, sans lesquelles aucune mémoire, et par conséquent aucune histoire, n’est possible. La Cinémathèque de Toulouse créa les conditions de cette réécriture.

Christophe Gauthier, Natacha Laurent, Raymond Borde. Une autre histoire du cinéma, éditions Privat, Toulouse, à paraître le 29 septembre 2022.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ldiebold (20 juillet 2022). Raymond Borde. Une autre histoire du cinéma. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 24 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6q


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search