la « Belle Epoque de la critique »: stratégies d’écriture et positionnement dans le champ littéraire de Barrès à Gide

Séminaire organisé par Stéphanie Bertrand et Pierre Masson du 27 juin au 2 juillet 2022.

Participants 

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick, Canada), Stéphanie Bertrand (Université de Lorraine), François Bompaire (CPGE Metz), Paola Codazzi (Université de Haute-Alsace), Séverine Depoulain, Jesssica Desclaux (UCLouvain/ ERC Handling), Fabien Dubosson (Université de Berne), William Marx (Collège de France), Pierre Masson (Université de Nantes), Gilles Philippe (Université de Lausanne), Chantal Pierre (Université de Nantes), Peter Schnyder (Université de Haute-Alsace), Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine).

Résumé

Photo issue des archives de la famille Heurgon. Il s’agit de la décade de Pontigny du 20 au 30 août 1912, intitulée “poésie du roman”, avec notamment Gide, Ghéon, Schlumberger, Copeau (debouts) et Paul Desjardins, Drouin, Edmund Gosse, Viélé-Griffin (assis).

Le séminaire consacré à la « Belle Epoque de la critique » organisé par Stéphanie Bertrand et Pierre Masson à la fondation des Treilles du 27 juin au 2 juillet 2022 avait pour objectif de réfléchir à la manière dont l’écriture critique a pu constituer, chez les principaux écrivains-critiques de l’époque, une stratégie pour occuper une position, si possible centrale, dans le champ littéraire, entre 1870 et 1914. Le colloque s’est attaché à expliciter la nature des stratégies à l’œuvre, les postures construites par ces écrivains-critiques, et la portée de leurs choix d’écriture critique. Une place importante a été consacrée aux deux figures magistrales de l’époque, Maurice Barrès et André Gide. Si l’écriture de Barrès a précisément commencé avec la critique littéraire, et qu’il y a explicitement déployé différentes stratégies (esthétiques ou stylistiques) pour entrer dans le champ littéraire, la pratique gidienne de la critique, plus tardive, n’en est pas moins stratégique : plusieurs communications ont montré comment le choix des objets et des cibles de sa critique, de même que ses postures, étaient éminemment concertés et destinés à lui permettre d’acquérir une autorité d’écrivain et de critique, dépourvue de toute portée autoritaire. Plusieurs autres trajectoires ont permis de nuancer la porosité entre succès critique et reconnaissance littéraire, à commencer par la discrétion volontaire des critiques d’un Paul Valéry à cette époque, ou les fantaisies critiques d’un poète comme Henri de Régnier. Des figures comme Paul Souday et Jacques Rivière, ou encore le récit de batailles critiques (par exemple autour de la notion de sympathie) sont venus compléter le tableau des liens souvent tendus, mais toujours fructueux, entre pratique de la critique et création littéraire à la Belle époque.

Abstract

The purpose of the seminar dedicated to « The Belle Époque of criticism », organized by Stéphanie Bertrand and Pierre Masson in the Treilles’ foundation from June 27th to July 2nd 2022, was to think about how critical writing could have been a strategy to be in a central position in the literary field between 1870 and 1914. The colloquium aimed to identify strategies used by these writers-critics, postures built, and impact of their writing choices. An important place has been dedicated to the two main figures of the period, Maurice Barrès and André Gide.  Barrès’ writing has precisely begun with literary criticism ; he has deliberately used several strategies (both esthetic and stylistic) to enter the literary field. Gide’s critical writing is later, but not less strategic. Several presentations have showed how his critics’subjects and targets, as well as his postures, were very concerted and destinated to built an authority as writer and as critic, without any authoritarian purpose. Several other careers have qualified porosity between critical success and literary recognition, to begin with voluntary discretion like Paul Valéry’s at his beginnings or Henri de Régnier’s critical fantasies. People like Paul Souday and Jacques Rivière as well as critical battles (for example about the notion of liking) have completed the picture of the link, often tense but always fruitful, between critical writing and literary creation at the Belle Époque.

Compte rendu

Conçu pour se tenir initialement en 2020, le séminaire intitulé « La Belle époque de la critique : stratégies d’écriture et de positionnement dans le champ littéraire, de Barrès à Gide » a pu avoir lieu du 27 juin au 2 juillet 2022 avec une équipe légèrement modifiée, qui a cependant conservé son caractère international avec des représentants de la Suisse, de la Belgique, de l’Italie et du Canada. Si le champ d’étude du séminaire était strictement hexagonal, il a pu ainsi recevoir des éclairages diversifiés et complémentaires.

     La période choisie était stratégique : après le règne de figures quasi institutionnelles comme celles de Taine, Renan et Sainte-Beuve, et avant l’occupation du devant de la scène par les avant-gardes, il y a eu chez les écrivains, peut-être dans le sillage de la défaite de 1870 et du redressement moral qui a marqué l’entrée dans le XXe siècle, le sentiment d’une évolution nécessaire. Il s’agissait de retrouver l’autorité des critiques précédents, dont Paul Bourget proclamait en 1883 que le temps était révolu, tout en contestant leurs méthodes, et d’inventer une attitude nouvelle permettant au critique d’épanouir en parallèle une carrière de créateur. L’idée même que le temps de la « grande critique » était passé incitait les esprits à s’interroger, et à produire des polémiques souvent fécondes, l’importance du statut de critique s’affirmant à voir l’ardeur avec laquelle il était revendiqué.

     Maurice Barrès a parfaitement illustré cette problématique, au fil des quatre premières interventions. Séverine Depoulain, Jessica Desclaux, Patrick Bergeron et Fabien Dubosson ont montré tour à tour comment le journalisme critique a pu être le lieu d’invention du moi barrésien. Les deux premières conférencières se sont tout particulièrement attachées à souligner comment, tout en se distinguant des illustres prédécesseurs comme Taine et Renan, Barrès se présente habilement, dans les textes critiques qui marquent le début de sa carrière, à la croisée de la tradition et de l’avant-garde. Ce faisant, il revendique une posture personnelle qui va s’affirmer au fil du temps : ses chroniques du Voltaire lui servent moins à souligner le talent de l’auteur étudié qu’à affirmer son point de vue, et sa personnalité. Sa politisation progressive en direction du nationalisme s’exprime finalement davantage dans ses romans que dans sa critique qui glisse progressivement vers le récit de voyage, ce qui ne l’empêche pas de louer l’enracinement de George Sand pour l’opposer au déracinement romantique. Cette dernière s’inscrit par ailleurs dans la série des écrivaines dont Patrick Bergeron recense la présence dans les Cahiers, où Barrès se révèle en critique original de la littérature féminine, privilégiant « la femme un peu folle, l’inspirée ». En sens inverse, c’est dans les journaux d’écrivains que Fabien Dubosson s’emploie à constater la présence de jugements critiques relatifs à Barrès, qui apparaît ainsi comme un critère de ce que doit être la vocation littéraire authentique.

     C’est dans le prolongement de ces constats que s’inscrit la réflexion de Stéphanie Bertrand. Prenant pour témoins, entre autres, Barrès, Gide, Rivière, elle montre combien le statut du style a pu compter dans leur pratique de la critique, et comment, de la littérarisation de l’écriture critique on a pu passer au style littéraire, soit comme un prolongement pour Barrès, soit comme un besoin de s’en différencier, pour Rivière et Gide.

     C’est, enfin, par rapport à ces contemporains de Barrès que se situe la pratique d’une forme particulière de la critique, l’interview factice dont Barrès (avec Renan), Blum (avec Goethe et Eckermann) et Gide (avec ses Visites de l’interviewer) sont les pratiquants les plus connus. En les examinant, François Bompaire montre comment ces pratiques interrogent le journalisme littéraire et le rôle que le critique s’y attribue, soit pour le mettre en valeur, soit au contraire pour l’escamoter habilement.

Entre les deux monstres sacrés chargés d’encadrer cette période, Barrès et Gide, l’évocation de diverses figures s’imposait, qui témoignèrent tout autant de l’activité et des enjeux de la critique littéraire. C’est ainsi que Gilles Philippe, s’appuyant sur les 133 chroniques publiées par Paul Souday dans Le Temps entre 1912 et 1914, montre que celui-ci a su exercer un règne marqué à la fois par la sévérité et l’attention à la nouveauté, ce qui lui a permis de ne rien laisser passer d’important de la création littéraire. Refusant la critique d’auteur comme la critique universitaire, il fit de la critique une création à part entière.

     En ce sens, Souday se distingue du trio Brunetière, Lemaître et Doumic de La Revue des deux Mondes, dont Chantal Pierre analyse les débats, au sein de la petite guerre opposant, dans les années 1890, critique scientifique et critique impressionniste. Les débats tournent autour de la question du subjectivisme du critique, allant, selon certains, jusqu’au stade de l’identification par « sympathie ». La capacité des œuvres à susciter cette sympathie devient alors un critère d’évaluation de leur réussite, Doumic préférant ainsi Loti à Zola pour son rapport avec ses personnages.

    Bien plus discrète et plus modeste, en apparence du moins, est la pratique critique d’un Paul Valéry durant la Belle époque, constituée d’une quinzaine d’articles seulement. William Marx souligne d’abord le refus de Valéry de jouer au critique institutionnel en utilisant des pseudonymes variés, et en considérant chaque article comme un cas particulier, à partir duquel il s’interdit toute généralisation. Revenant plus tard, et particulièrement en 1940 dans son cours au Collège de France, sur la question de l’absolu littéraire, il va renouer avec les enjeux esthétiques de sa jeunesse, après avoir su prendre par rapport à eux un recul critique salutaire.

     Avec Henri de Régnier, c’est un cas bien différent de celui de Valéry tout autant que de celui de Souday que présente Franck Javourez, mais très représentatif d’un autre aspect de la critique de la Belle Époque : une critique de notable des lettres, évitant les conflits et les démolissages ; pratiquant une critique moraliste, Régnier dessine des « figures et caractères » dans lesquels ses propres souvenirs se glissent de plus en plus au fil des quelque 1200 articles qu’il produit tout au long de sa carrière littéraire.

     Par rapport à Régnier, Jacques Rivière est un autre critique de sympathie, mais d’une sympathie qui ne repose pas sur une simple connivence esthétique, voire mondaine, mais sur une volonté de comprendre, à la fois l’âme de l’auteur et le secret de son art, tel qu’il s’inscrit dans l’évolution globale de la littérature. Paola Codazzi retrace ainsi cet itinéraire spirituel d’un créateur inquiet qui interrogeait les œuvres d’autrui en songeant à la sienne. Détaché de Barrès, soumis à l’influence de Gide puis fasciné par Proust, il pratique une critique prospective dont La NRF est la tribune privilégiée.

     C’est à Gide, donc, qu’aboutit ce long parcours, Gide à qui Pierre Masson, Jean-Michel Wittmann et Peter Schnyder consacrent leurs présentations. Tour à tour, ils vont mettre en valeur divers aspects de la critique gidienne : son caractère offensif et prospectif, mais aussi son refus d’une attitude prescriptrice, et finalement la permanence d’une curiosité jamais lassée à l’égard de la nouveauté.

     Pierre Masson décrit ainsi comment se déploie, à l’époque de la création de La NRF, une activité critique organisée comme une campagne militaire. Dans ses chroniques de La NRF, Gide commence par annoncer la fin du symbolisme et du Parnasse, et moquer ceux qui s’en réclameraient encore. À l’opposé, il montre son intérêt pour de jeunes auteurs innovants tels que Romains et Giraudoux. Et simultanément, il s’attaque à tous les représentants de la critique en place, renvoyant Brunetière et Faguet à leurs incompréhensions à l’égard de Baudelaire, critiquant le manque de sérieux des analyses de Lemaître, le manque de profondeur de France et les visées utilitaristes de Blum. Mais ses traits les plus violents vont à Gourmont, repoussoir privilégié en raison de son matérialisme agressif. Gide aboutit ainsi à une posture de critique sans principes apparents, sinon celui d’entendre ce que les auteurs parfois suggèrent – manière de préparer ses lecteurs à écouter ce que lui-même compte leur glisser à l’oreille.

     C’est précisément l’ambiguïté de l’autorité recherchée par Gide comme critique que Jean-Michel Wittmann s’attache à expliciter, en soulignant comment elle se construit contre le modèle d’une certaine « autorité autoritaire » incarnée par exemple par Barrès ou Brunetière. Refusant le dogmatisme autant que l’inscription dans un système, Gide aspire à l’autorité d’artiste ; se voulant inactuel, il échappe aux querelles idéologiques qui sous-tendent parfois les polémiques littéraires, pour revendiquer un idéal d’honnête homme dévoué au seul culte de l’Art.

     C’est ce parcours que Peter Schnyder retrace alors dans son intégralité, qui le mène de la chronique critique aux Lettres à Angèle, au Journal sans dates, puis aux fausses interviews, dans une démarche au ton de plus en plus personnel, tel qu’il s’affirme ensuite dans les essais sur Dostoïevski, Montaigne, Stendhal. On peut même voir un effet de cette curiosité non orientée dans la capacité de Gide de se faire découvreur d’auteurs aussi divers que Michaux et Simenon.

     Bien d’autres noms, bien d’autres polémiques et courants auraient pu encore être évoqués. Mais en permettant de comprendre que la disparition des maîtres (Brunetière, Faguet…) n’était pas un recul, mais bien la condition nécessaire pour que s’organisent des débats plus nombreux, menés par les auteurs eux-mêmes, et pour que la fonction critique finisse par se confondre avec la fonction créatrice qui s’en trouvait fécondée, ces journées à la fondation des Treilles ont bien confirmé leur appellation : la Belle Époque de la critique.

    


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search