Figures des sciences contemporaines – 3

Colloque organisé par Michel Serres du 20 au 25 juin 1994

Participants

Michel Authier (Collège Pierre-Mendès-France), Sophie Bancquart (Editions Flammarion), Bernadette Bensaude-Vincent (Université Paris-X-Nanterre), Jean-Marc Drouin (Cité des Sciences et de l’Industrie, La Villette), Nayla Farouki (Editions Flammarion), Jean-Paul Gaudillière (INSERM, Paris), François Jacq (Centre de sociologie de l’innovation, Ecole des Mines, Paris), Pierre Lévy (Université Paris-X-Nanterre), Sophie Poirot-Delpech (Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne), Michel Serres, organisateur (Université Paris-I-Sorbonne), Isabelle Stengers (Université Libre de Bruxelles [ULB], Belgique)

Compte-rendu

Le programme de cette troisième réunion était de mettre au point le sommaire définitif de l’ouvrage, de choisir les collaborateurs et de rédiger quelques textes modèles. Aucun parti n’avait été, jusque-là, retenu de façon consensuelle.

Nous avions cependant déterminé un objectif commun : comprendre pourquoi cette science parfois repoussante nous fascine malgré tout ? Il s’agissait donc de faire un livre qui échappe au double attracteur des écoles à penser ou de la pseudo objectivité de l’information sur la science.

Le premier livre, les Eléments d’histoire des sciences, fut celui des héros. Tous les articles, ou presque, y portent le nom d’un homme : Galilée, Pasteur, Joliot, Lavoisier se succèdent, laissant parfois la place à un cercle ou à un gnomon.

Mais si tout le monde se souvient de ceux qui hier ont inventé, découvert des objets oubliés, qui connaît les noms des hommes qui ont fait et font la science d’aujourd’hui ? En revanche, les objets de la science contemporaine envahissent la vie quotidienne. Bien sûr en pratique, mais aussi dans notre culture, nos conversations, nos peurs, nos rêves… nos croyances surtout ! “Croyez-vous au big-bang, au chaos, au génie génétique… ?” s’entend-on demander, comme s’il était question de croire et non de savoir. Qu’est-ce qui fait que la science polarise nos regards et implique nos opinions dans des objets pourtant terriblement obscurs ? C’est cela que ce livre se proposait de faire comprendre.

A la fin de la session, un essai de plan fut donc élaboré par les personnes présentes :

1 – Gaïa
Terre machine ou terre-organe, les rapports tumultueux de la thermodynamique, de la météorologie et de l’écologie…

2 – La sécurité aérienne
Les assistants sécuritaires endormiront-ils les anges-gardiens ?

3 – Le génome humain
Ou les stratégies analytiques face à la complexité du vivant.

4 – La percolation
Ou comment advient une origine ? (et pourquoi pas celle des présidences, et pourquoi pas celle des dominations de style en mathématiques ?).

5 – Le grand instrument
Tellement grand qu’on ne peut être que dedans !

6 – Le cyberspace
Le virtuel fuse de partout ! Peut-on le prendre pour du réel à venir ?

7 – Les nouveaux matériaux
Les affinités polyatomiques ou comment en finir avec les fusions amoureuses des métaux.

8 – Le chromosome de la levure
Comment une personne peut se prendre pour un réseau ? Les nouveaux masques des acteurs de la science.

9 – Le placebo
L’élément neutre des médicaments peut-il être leur porte-parole ?

10 – L’imagerie médicale
Magie de l’image ou comment le virtuel peut guérir.

11 – La calculette
N’importe quoi est-il une porte d’entrée dans la science ?

Communiqué, ensuite, aux membres de l’équipe qui étaient absents, le plan élaboré n’a pas réussi à faire l’unanimité et le groupe s’est séparé sur le constat d’une impossibilité (provisoire ?) de construire un projet commun.