Être juif en littérature, en France et dans l’espace francophone

Séminaire organisé par Nelly Wolf et Maxime Decout, du 13 au 18 juin 2022.

 

Participants

Annie Dayan-Rosenman (par visioconférence, Université Paris-Diderot), Maxime Decout (Université d’Aix-Marseille), Yona Hanhart-Marmor (Université hébraïque de Jérusalem, Israël), Clara Lévy (Université Paris 8), Nurit Levy (Université de Lille), Nadia Malinovich (Groupe Société Religions Laïcités GSRL – EPHE – PSL), Gary D.Mole (Université Bar-Ilan, Ramat Gan, Israël), Henri Raczymow (écrivain). Annelies Schulte Nordholt (Université de Leiden, Pays-Bas), Nathalie Ségéral (Université de Sydney, Australie / University of Hawaii at Manoa), Guylain David Sitbon, (par visioconférence, chercheur indépendant), Nelly Wolf (Université de Lille).

Résumé

Photo de Nelly Wolf.

Le séminaire a réuni des spécialistes de la littérature française, des spécialistes de littérature comparée, des sociologues, des historiens et un écrivain. Il y avait deux participantes junior sur un total de treize intervenants.

Alors que la judéité constitue en France un critère pertinent pour définir un champ de recherche en sciences humaines et sociales, elle n’apparaît pas ou apparaît rarement en tant que telle dans le domaine des études littéraires.

Or des œuvres majeures de notre littérature, comme celles de Proust, d’Albert Cohen, Georges Perec, Romain Gary, Hélène Cixous, Patrick Modiano, ne sont pas entièrement compréhensibles si on leur retire tout rapport à la judéité. Ce séminaire s’est donc proposé d’interroger le rôle fondateur de l’identité juive dans la création littéraire sans pourtant réduire les œuvres à cette seule influence qui, pour être souvent déterminante, n’en est pas pour autant unique. Il s’est donné pour objet d’étudier comment la judéité des auteurs (judéité qui inclut le refus d’être juif) délimite, dans la littérature française et francophone, une histoire et une sociologie, des thématiques spécifiques ainsi qu’une façon de s’approprier les genres et les formes littéraires. En dernière instance, il s’est agi de percevoir, nommer, identifier, reconnaître, construire un objet intitulé « littérature juive de langue française ». On espère ainsi avoir montré comment la judéité permet d’envisager une autre histoire de la littérature française, souvent oubliée et négligée, une sorte de contre-histoire de notre littérature qui, par contrecoup, éclaire de manière neuve l’histoire contemporaine.

Abstract

The seminar brought together specialists in French literature, in comparative literature, sociologists, historians and a writer. There were two junior participants out of a total of thirteen speakers. While Jewishness is a relevant criterion in France for defining a field of research in the humanities and social sciences, it does not or rarely appears as such in the field of literary studies. However, major works of our literature, such as those of Proust, Albert Cohen, Georges Perec, Romain Gary, Hélène Cixous, Patrick Modiano, are not entirely understandable if we remove any connection to Jewishness from them. This seminar therefore proposed to question the founding role of Jewish identity in literary creation without however reducing the works to this sole influence which, although often decisive, is not for all that unique. Its purpose is to study how the Jewishness of the authors (Jewishness which includes the refusal to be Jewish) delimits, in French and French-speaking literature, a history and a sociology, specific themes as well as a way of appropriate literary genres and forms. Ultimately, it was a question of perceiving, naming, identifying, recognizing, constructing an object entitled “Jewish literature in the French language”. We thus hope to have shown how Jewishness makes it possible to envisage another history of French literature, often forgotten and neglected, a sort of counter-history of our literature which, in turn, sheds new light on contemporary history.

 

Compte rendu

L’interrogation s’est concentrée sur la façon dont la dimension juive vient féconder ou inquiéter (Emmanuel Levinas) un texte littéraire et l’inscrire dans l’espace national. A cet égard, l’itinéraire d’Henri Raczymow a servi à la fois d’introduction et de fil conducteur à la réflexion. Son œuvre en effet a été infléchie par la question de la judéité qui a déterminé dans son écriture un travail sur « la mémoire trouée » ainsi qu’une esthétique du blanc. En contrepoint de cette expérience d’écrivain, la critique universitaire (Annelies Schulte Nordholt)  montre, à propos de Bloom & Bloch, (dont l’intrigue consiste à  à reprendre deux célèbres personnages juifs de la littérature), comment l’intertextualité à l’œuvre dans ce roman ne peut s’interpréter sans prendre en compte le rapport qui se noue avec la judéité.

Sur un plan historique, deux moments clés de l’expression juive dans la littérature française ont été explorés et approfondis. Après la Première Guerre mondiale, d’abord, la « Renaissance juive » ouvre une parenthèse optimiste et féconde pour le judaïsme français dont Nadia Malinovich a souligné les enjeux spécifiques et les formes plurielles, aussi bien dans des revues dédiées à ces questions que dans des œuvres littéraires. Albert Cohen qui  prend la direction de La Revue juive en 1922 avant de publier Solal en 1930 est emblématique de cette renaissance. Après la Shoah, ensuite, selon Anny Dayan Rosenman, les écrivains juifs explorent, au-delà de la commune référence au génocide, une série de thèmes et de formes discursives spécifiques tels que la cache, l’écriture cryptée, l’identité marrane, la désaffiliation et la réaffiliation identitaire. 

Dans une perspective sociologique, la judéité littéraire est également un enjeu. Par son ostentation ou son euphémisation, elle détermine souvent un mode d’entrée et de maintien dans le champ littéraire. Le cas Modiano, développé par Clara Lévy, illustre depuis La Place de l’étoile jusqu’à la réception du prix Nobel, un rapport oblique et intermittent à la judéité. Qu’elle se manifeste par l’attribution du Nobel ou d’autres distinctions officielles, la reconnaissance des œuvres et leur réception critique par les médias sont des éléments essentiels pour l’identification et la validation du lien entre littérature et judéité. Si, entre 1955 et 1962, pas moins de trois « prix Goncourt juifs » ont été décernés (Ikor, Schwarz-Bart, Langfus), les motivations et les effets publics de ces récompenses ont été divers. Ainsi le prix décerné aux Eaux Mêlées, de Ikor, a de fait accrédité une représentation de la judéité héritée de l’avant-guerre (Nelly Wolf).

 Les œuvres des écrivaines juives de langue française se trouvent quant à elles à un carrefour méthodologique puisqu’elles témoignent de l’inscription dans la littérature d’une double problématique identitaire, à la fois juive et féminine.

En étudiant les récits contemporains d’enquête sur les disparus de la Shoah publiés récemment par des femmes, comme Léa Veinstein, Colombe Schnek ou Anne Berest, Yona Hanhart-Marmor a ainsi pu montrer que ces écrits véhiculent une vision de la femme relativement datée, située en retrait des grandes avancées de la pensée féministe dans la seconde moitié du XXe siècle. Nathalie Segeral s’est pour sa part intéressée à l’œuvre de Cécile Wasjbrot pour analyser comment ce sont principalement les questions du métissage des origines et des langues, ainsi que de la Shoah, qui importent dans ses textes où la judéité n’apparaît pas sous d’autres formes. Catherine Nesci s’est intéressée de son côté à l’œuvre de Régine Robin, en faisant dialoguer ses essais sur la littérature et ses œuvres littéraires, pour repérer les lignes qui la traversent et qui déclinent une pensée de la judéité, conçue le plus souvent comme « deuil de l’origine » et perte d’une langue originelle.

Il s’agissait ensuite de cerner comment la question identitaire a pu jouer un rôle dans la conception des genres tout comme dans les choix esthétiques et théoriques de certains écrivains. S’il n’existe pas de genre littéraire spécifique qui puisse être rattaché à la question de l’identité juive, les écrivains d’origine juive, en raison de leur position de nouveaux venus ou de marginaux dans la littérature, ont souvent participé à la modification d’un ensemble d’attendus génériques et contribué à l’évolution littéraire.

Une analyse d’ensemble menée par Maxime Decout a d’abord montré comment les liens entre judéité et poésie sont demeurés tout au long du XXe siècle des liens complexes qui vont de l’absence ou du silence (chez Gherasim Luca et Jabès par exemple) à la pensée d’une « poésie juive » chez Cohen, Spire, Henri Frank et, bien plus tard, Claude Vigée. Gary D. Mole a ensuite proposé une réflexion sur la poésie de la Shoah en France, à partir de trois écrivains francophones d’origine polonaise, relativement peu connus du grand public : Scheinert, Durocher, Dobzynski. Sont ainsi apparues la puissance évocatrice de leur écriture ainsi qu’une volonté de mettre en jeu des mémoires plurielles, voire multidirectionnelles, pour reprendre un terme de Michael Rothberg. Nurit Levy a prolongé ces réflexions génériques autour du cas particulier de l’autofiction qu’elle a examiné aussi bien chez Doubrovsky que chez Raymond Federman. Elle a ainsi montré comment ces deux écrivains, frappés par des traumatismes au cours de la Seconde Guerre mondiale, y ont répondu par une écriture autofictionnelle contrainte d’inventer des formes propres et originales, en rupture avec un certain canon, pour dire leur expérience.

Enfin, la francophonie, déjà présente à travers l’étude des œuvres de Régine Robin, a été approchée de manière originale par Guylain David Sitbon, qui a dressé un tableau problématisé de la littérature d’expression française en Israël, soulignant les grands courants de cette littérature, mais aussi les difficultés rencontrées par ces écrivains dont les débouchés éditoriaux et le public sont par définition restreints.

Ce séminaire a ainsi permis de montrer que les relations entre littérature et judéité offrent un terrain d’étude important, fécond, et insuffisamment exploré. L’absence de départements d’études juives dans les universités françaises a crée un retard à cet endroit. La suite donnée à ce séminaire (un livre collectif, d’autres rencontres sur le même thème) pourrait pallier en partie ce manque.

 



Citer ce billet
ldiebold (2022, 6 juillet). Être juif en littérature, en France et dans l’espace francophone. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6o

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search