Rencontres autour de l’ordre et des combinaisons au XIXe siècle

Séjour d’étude organisé par Jenny Boucard (Centre François Viète d’Histoire des Sciences et des Techniques, Nantes, France) et Christophe Eckes (Université de Lorraine, Archives Henri-Poincaré, Nancy, France) du 25 février au 2 mars 2019
Participants : Catherine Goldstein (CNRS, Institut de mathématiques de Jussieu-Paris Rive Gauche, France), Jules-Henri Greber (Université de Lorraine, Archives Henri-Poincaré, Nancy, France), Laurent Loison (IHPST – UMR 8590, Paris-1 Panthéon-Sorbonne, CNRS,Paris, France), Pierre Teissier (Université de Nantes, France), Stéphane Tirard (Centre François Viète d’Histoire des Sciences et des Techniques, Nantes, France)

Résumé

Associée aux concepts d’arrangement ou de combinaison, la notion d’ordre peut être entendue au cours du XIXe siècle comme une manière de disposer des objets dans l’espace et elle est alors mobilisée dans des branches aussi variées que les sciences mathématiques, la cristallographie, la chimie, les sciences du vivant, la philosophie et les études ornementales. Ainsi définie, la notion d’ordre peut alors constituer un point de rencontre entre ces différents domaines. L’objectif de notre séjour d’étude à la Fondation des Treilles était de rassembler une dizaine d’historiens et philosophes des sciences et de l’art qui travaillent depuis 2014 sur cette thématique de l’ordre, afin de finaliser un projet d’ouvrage collectif sur les rencontres autour de l’ordre et des combinaisons au XIXe siècle, dont la publication est prévue pour 2020.

Sur les douze participants prévus initialement, deux sont des chercheurs juniors et les deux organisateurs ont soutenu leur thèse en 2011. Chaque journée était organisée en trois temps : des échanges collectifs autour d’un thème prédéfini – interactions et transferts entre savants et savoirs ; réflexions sur les sciences du vivant et du cristal au XIXe siècle ; liens entre les corpus des différents articles de l’ouvrage ; statuts, usages et circulations des illustrations et diagrammes  utilisés en lien avec les notions d’ordre –, des réunions entre contributeurs d’un même chapitre, des temps individuels de recherche et de rédaction.

Compte rendu

© Christophe Eckes

Associée aux concepts d’arrangement ou de combinaison, la notion d’ordre peut être entendue au cours du XIXe siècle comme une manière de disposer des objets dans l’espace et elle est alors mobilisée dans des branches aussi variées que les sciences mathématiques, la cristallographie, la chimie, les sciences du vivant, la philosophie et les études ornementales. Ainsi définie, la notion d’ordre peut alors constituer un point de rencontre entre ces différents domaines.

L’objectif de notre séjour d’étude à la Fondation des Treilles était de rassembler une dizaine d’historiens et philosophes des sciences et de l’art qui travaillent depuis 2014 sur cette thématique de l’ordre, afin de finaliser un projet d’ouvrage collectif sur les rencontres autour de l’ordre et des combinaisons au XIXe siècle, dont la publication est prévue pour 2020. L’ouvrage est composé d’une dizaine d’études de cas centrées sur les sciences et les arts en France durant la période 1770-1920. Chacune de ces études est portée par deux ou trois chercheurs de spécialités différentes. Ces études sont l’occasion de mettre en valeur des pratiques savantes qui étaient tantôt marginalisées, tantôt envisagées de manière cloisonnée dans la littérature secondaire en histoire des sciences.  Les contributeurs ont ainsi fait apparaître des concepts, des méthodes ou encore des valeurs épistémiques qui circulent entre différentes branches des savoirs et peuvent être localisés dans diverses institutions savantes et artistiques, telles que le Museum d’histoire naturelle, l’Ecole polytechnique ou encore l’Ecole de dessin et de mathématiques – l’actuelle Ecole des arts décoratifs. La période retenue est en outre particulièrement intéressante pour étudier les reconfigurations ou la progressive disparition d’approches développées autour de l’ordre comme disposition, mais aussi pour interroger certains récits historiques qui s’imposeront a posteriori.

De par la nature de l’ouvrage, des temps importants d’échanges collectifs étaient donc nécessaires, pour travailler le contenu et l’organisation de chaque chapitre, mais aussi pour discuter de la cohérence globale du livre. Ce séjour d’étude nous a ainsi permis de poursuivre la rédaction des différents chapitres et d’échanger collectivement sur des thèmes transversaux. Chaque journée était organisée en trois temps : des échanges collectifs autour d’un thème prédéfini – interactions et transferts entre savants et savoirs ; réflexions sur les sciences du vivant et le cristal au XIXe siècle ; liens entre les corpus des différents articles de l’ouvrage ; statuts, usages et circulations des représentations iconographiques et symboliques en lien avec la notion d’ordre –, des réunions entre contributeurs d’un même chapitre, des temps individuels de recherche et de rédaction.

Les discussions sur les liens entre les différents corpus étudiés et sur la thématique des sciences du vivant et du cristal ont permis de souligner les références communes qui se dégagent de nos corpus respectifs. Nous avons ainsi confronté et enrichi nos manières d’exploiter ces références communes. Par exemple, les travaux du minéralogiste Gabriel Delafosse sont abordés dans trois chapitres. Ses réflexions sur le concept d’individu dans les sciences naturelles ou sur une possible extension des principes classificatoires de la cristallographie aux sciences du vivant sont tout d’abord mobilisées dans le chapitre consacré à l’histoire de la théorie cellulaire étudiée à travers le prisme de l’ordre minéralogique et de l’organisation biologique. Delafosse propose par ailleurs de construire la science du cristal en s’appuyant sur la notion de maille cristalline. Il détermine alors divers systèmes cristallins et il met en avant les propriétés de symétrie attachées à certains polyèdres. Delafosse participe ainsi aux recherches du premier XIXe siècle sur le cristal et ses travaux s’intègrent dans le chapitre dévolu aux ontologies des éléments cristallins. Enfin, les réflexions de Delafosse sur la notion de symétrie – entendue comme disposition de parties – dans les règnes minéral et végétal font écho aux travaux d’Auguste et de Louis Bravais en botanique, puis d’Auguste Bravais en cristallographie, lesquels font l’objet d’un troisième chapitre. Ces échanges nous ont également permis de poursuivre notre travail sur les diverses acceptions prêtées par nos acteurs à la notion d’ordre. Nous avons notamment été attentifs aux évolutions que subit la notion d’ordre parmi les géomètres et les philosophes au cours du dernier tiers du XIXe siècle. L’ordre peut alors renvoyer à une disposition spatiale, en opposition voulue avec l’idée de grandeur ; il peut également s’apparenter à une relation définie logiquement. Enfin, et de manière plus générale, ces discussions ont contribué à structurer l’introduction générale de l’ouvrage.

Les deux autres réunions collectives nous ont permis de dégager des grilles d’analyse communes pour les différents chapitres. Une discussion a ainsi été consacrée aux interactions entre savants et aux transferts de savoirs pour chacune de nos études de cas. Nous avons tout d’abord fait le point sur les branches des savoirs retenues dans nos contributions, en prêtant attention aux domaines exclus de nos recherches : faut-il y voir un biais dans la constitution de nos corpus respectifs, ou ces domaines sont-ils mis de côté à dessein, parce qu’ils n’intègrent pas de questionnements autour de la notion d’ordre comme disposition entre des objets ? Nous avons par exemple évoqué certaines branches de la physique, à l’image de la thermodynamique, qui sont absentes de nos recherches. Nous avons également discuté des phénomènes de disparitions de certaines approches transversales. C’est par exemple le cas de la théorie de l’ordre, un temps envisagé comme un dénominateur commun à l’algèbre, la théorie des nombres et la géométrie, avant d’être supplantée par la théorie des groupes, notamment à la fin du XIXe siècle. Nous avons ensuite abordé diverses questions sur la thématique des rencontres entre branches des savoirs autour de la notion d’ordre. Ces rencontres s’effectuent-elles directement ou impliquent-elles l’intervention d’intermédiaires ? Nous avons alors évoqué le cas d’acteurs engagés dans plusieurs domaines pour lesquels ils mettent en œuvre des méthodes relativement analogues, à l’image d’Auguste Bravais en botanique et en cristallographie. Nous avons ensuite abordé le cas de l’horticulture qui semble jouer le rôle d’intermédiaire entre l’art ornemental et la botanique chez certains des auteurs tels Victor Ruprich-Robert. Nous avons également caractérisé des types de rencontres, qui peuvent être purement métaphoriques, demeurer à l’état de déclarations d’intention, ou prendre la forme de rapports d’analogie voire de transferts de savoirs et de méthodes. Ces rencontres peuvent être des liens à sens unique – d’un domaine vers un autre – ou elles peuvent générer des liens réciproques, à l’image des écrits de Antoine-Augustin Cournot et Louis Couturat qui associent étroitement la philosophie et les mathématiques. Ensuite, nous avons essayé de localiser les rencontres en question : se jouent-elles au niveau des notions convoquées, des méthodes ou des raisonnements employés, des objets ou des processus étudiés ? Ces différentes rencontres se manifestent également sous des formes variées : allusions ou références en pointillés à d’autres domaines des savoirs, indication de sources clairement identifiées, lectures qui permettraient de déterminer des degrés d’appropriation de la part des acteurs étudiés. Ces rencontres peuvent également traduire des liens effectifs, directs et indirects, entre les acteurs concernés : appartenance à des réseaux ou à des institutions, formations communes, prix académiques. Ainsi peuvent être mis en lumière certains lieux dans lesquels se jouent ces rencontres. Nous pouvons mentionner à cet effet l’École polytechnique et le Muséum d’histoire naturelle.

La dernière réunion portait sur le statut, les fonctions, les usages et les modes de circulation de représentations iconographiques et symboliques issues de nos corpus respectifs. Nous avons dressé une typologie de telles représentations : dessins d’observation, schémas plus ou moins formalisés, épures, listes, tableaux, symboles & formules accompagnant des textes ou des images, illustrations isolées versus motifs organisés en série, comme on peut l’observer dans certaines études ornementales. Nous avons prêté attention au vocabulaire utilisé par les acteurs pour qualifier ces représentations iconographiques et symboliques, qu’il s’agisse de tables, de planches, d’épures, d’esquisses, etc. Nous avons également tenté d’isoler des phénomènes de transfert, des formes de reproduction, voire des compilations centrées sur le même motif – c’est notamment le cas de Jules Bourgoin avec les motifs des polyèdres ou des cristaux de neige, qu’il répertorie avant de les transférer dans le domaine de l’ornementation. Nous avons aussi été attentifs au degré de réalisme ou au contraire de formalisation et d’abstraction que comportent certaines représentations issues d’observations in situ. Nous avons par ailleurs tenu compte du degré de matérialité de ces illustrations, pouvant aller du modèle en bois aux images mentales dont la seule trace est une explication textuelle. Enfin, nous avons établi dans certains cas l’existence d’illustrations de nature différente pour un même objet d’étude.

Ces échanges ont ainsi constitué une étape déterminante dans le processus de rédaction de notre ouvrage collectif. Ils seront poursuivis lors d’une dernière réunion à l’automne 2019 pour la finalisation de l’ouvrage.