Médecine, médecins et politique avant Machiavel

Séjour d’étude de Joël Chandelier (maître de conférences en histoire médiévale à l’université de Paris 8), du 7 au 19 mars 2022.

 

Résumé

Michele Savonarola, Practica medicine, éd. Venise 1497. Source: Source gallica.bnf.fr / BnF

Plusieurs penseurs de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, comme Marsile de Padoue (m. 1342) et Nicolas Machiavel (m. 1527) ont été crédités d’avoir lancé un mouvement de « naturalisation de la politique », c’est-à-dire du rattachement de la science politique non plus à la morale, mais à la nature, à travers le modèle de la médecine. Mais qu’en fut-il des médecins ? L’étude s’est attachée à voir ce que les médecins avaient à dire de la politique et de la cité à une époque où l’Etat et les techniques de gouvernement connaissent un important renforcement. L’accent a été mis sur l’œuvre de Michele Savonarola (1385-1458), grand médecin auteur de plusieurs traités sur le soin, mais aussi courtisan producteur de traités politiques pour les princes.

Abstract

Several philosophers of the late Middle Ages and the Renaissance, such as Marsilius of Padua (d. 1342) and Niccolò Machiavelli (d. 1527), have been considered as having launched a movement of “naturalization of politics” – that is, by linking political science not to moral philosophy but to nature, through the model of medicine. But what about doctors? Our work has tried to explore what doctors had to say about politics and the city at a time when the State and the techniques of government were being greatly reinforced. The focus was put on the work of Michele Savonarola (1385-1458), a great physician who wrote several treatises on therapeutics, but also a courtier who produced several political treatises for the princes.

 

Compte rendu

Dans le tout dernier chapitre de ses Discours sur la première décade de Tite-Live, lorsqu’il désire conclure son œuvre, Nicolas Machiavel (1469-1527) commence par ces mots : « Il est nécessaire, comme on l’a dit d’autres fois, que dans une grande cité naissent tous les jours des accidents qui requièrent un médecin ; et, en fonction de leur importance, il faut trouver un médecin plus sage » (III, 49) Une telle métaphore pourrait sembler fort banale : après tout, la comparaison médicale n’est-elle pas courante quand on parle de politique ? Certains mots même, comme « régime » ou « crise », n’appartiennent-ils pas à l’un et l’autre registre ? Il y aurait là une sorte d’invariant anthropologique, une comparaison naturelle, un lien habituel.

Pourtant, cette correspondance n’a pas toujours été évidente ; elle a une naissance. Les historiens de la philosophie ont depuis longtemps repéré dans l’époque médiévale les origines de ce basculement théorique décisif, qui a rapproché la politique de la science naturelle. Ils les ont trouvées chez Dante Alighieri (1265-1321), notamment dans la Monarchie où Galien est le seul auteur explicitement mentionné,  ou chez Marsile de Padoue (v. 1280-1342) qui était lui-même médecin et compare abondamment cité et corps dans son Defensor Pacis publié en 1324. Chez ces penseurs, la médecine, en tant que science de l’individualité, constitue un modèle de savoir ordonné et fondé sur une approche scientifique, mais laissant dans le même temps une place importante à la fois à l’art du praticien et au hasard : l’art de maintenir et de développer l’État, c’est, au sens propre, l’art de s’occuper de sa santé.

Toutefois, malgré l’importance de ces travaux sur les origines médiévales de la modernité, la reconstitution de ce récit a un double défaut. D’abord, celui de trop souvent considérer la référence à la médecine comme une simple métaphore, une image à visée didactique mais qui n’aurait, en fin de compte, que peu de conséquences théoriques. Surtout, celui de s’être concentré, presque exclusivement, sur ce que les philosophes politiques ont eux-mêmes affirmé, tandis que de leur côté les historiens de la médecine ne se sont, à quelques exceptions près, que peu intéressé au sujet. On pourrait presque dire que l’histoire de l’impact de la pensée médicale sur la philosophie politique a constitué, jusqu’à maintenant, une histoire de la médecine sans les médecins et cette lacune a même amené certains historiens à penser que l’influence médicale sur la pensée politique était une innovation de la Modernité, à partir du XVIe et surtout du XVIIesiècle.

Or les médecins sont loin d’être restés des observateurs passifs des évolutions politiques, tant théoriques que pratiques, de la fin du Moyen Âge : ils sont intervenus dans la cité, ont joué un rôle dans les institutions urbaines et n’ont pas hésité à fournir aux princes des conseils dépassant largement le cadre de la santé. Il faudrait donc reculer l’apparition d’une forme de médicalisation de la pensée politique jusqu’à la fin du XIIIe siècle, au moment où la médecine devient une part essentielle de l’enseignement scolastique. Les médecins et la médecine ont alors espéré non seulement soigner les corps mais aussi améliorer l’homme, changer la cité et servir de guide aux gouvernants comme aux gouvernés.

Pour démontrer ce mouvement historique, le travail mené s’est intéressé aux ouvrages politiques rédigés par les médecins, notamment italiens, à la fin du Moyen Âge. Un cas particulièrement intéressant est celui de Michele Savonarola (1385-1458) dont l’intégralité des œuvres politiques et morales a été lue et analysée lors du séjour. Ce médecin, grand-père du célèbre Jérôme Savonarole qu’il a lui-même élevé, est l’auteur d’un traité politique intitulé De vera repubblica et digna seculari militia dédié à Niccolò d’Este de Ferrare, mais aussi d’un miroir des princes adressé à Borso d’Este ainsi que de dialogues philosophico-théologiques de grand intérêt. Toutefois, Savonarole n’est que le plus remarquable des nombreux médecins qui, aux derniers siècles du Moyen Âge, se sont tournés vers la question politique. Cet intérêt peut avoir été très concret : Tommaso del Garbo (m 1370) fut ainsi, en parallèle de son poste de professeur de médecine à l’université de Florence, consul de la guilde des docteurs et apothicaires à six reprises, prieur de la commune en 1358 et 1363 et même gonfalonier de justice – la charge la plus importante de la cité – en 1368.

L’enquête menée contribue donc à réévaluer le rôle des médecins dans la naissance de la Modernité politique. Le questionnement est ici alimenté par les apports contemporains de philosophes sur les liens entre science et pouvoir, et particulièrement les réflexions inspirées par Michel Foucault sur le biopouvoir et le « gouvernement de soi ». Il ne s’agit bien sûr ni de remettre en cause ni de confirmer les théories de M. Foucault ; l’objectif est plutôt de montrer qu’une rupture a eu lieu dans les derniers siècles du Moyen Âge – une rupture tout autant conceptuelle que gouvernementale. On pourrait la définir comme une « première naturalisation du politique », s’inscrivant dans le moment naturaliste de la scolastique et dans la renaissance de la médecine savante. Un tel résultat a, à l’évidence, des résonnances contemporaines : la question des liens entre médecine et politique, entre comportement individuel et bien-être collectif, ont pris au cours des deux dernières années une dramatique actualité. Par une analyse plus historique et nuancée des origines de notre rapport si complexe avec la politique sanitaire, on peut envisager une réflexion plus large sur les enjeux actuels, environnementaux et médicaux, des relations entre sciences et politique.



Citer ce billet
ldiebold (2022, 21 juin). Médecine, médecins et politique avant Machiavel. Les carnets de la Fondation des Treilles. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qv6n

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search