Figures des sciences contemporaines

Colloque organisé par Michel Serres du 5 au 8 février 1993

En nous retrouvant aux Treilles du 5 au 8 février 1993, notre but était de tracer le plan d’un livre collectif sur la science contemporaine, Figures des sciences contemporaines, qui puisse constituer le prolongement des Eléments d’histoire des sciences, publié chez Bordas en 1989.

Le fil d’Ariane

Toujours sous la direction de Michel Serres, toujours avec la double ambition d’apporter du nouveau aux spécialistes, sans que le grand public cultivé se sente exclu, les Figures ne se présenteront pas cependant comme une réplication ou comme une simple suite des Eléments, L’équipe est en partie renouvelée, la maison d’édition (Flammarion au lieu de Bordas) a changé — mais non la responsable d’édition, Sophie Bancquart — et, surtout, les objectifs et les contraintes ne sont pas les mêmes.

Sans prétendre à l’exhaustivité chronologique, les Eléments s’organisaient autour d’une vingtaine de cas exemplaires, de l’Antiquité aux années d’après-guerre, qu’il s’agissait à la fois d’expliquer et de “revisiter”. Un livre sur la science contemporaine ne peut se construire sur le même plan.

La notion de figure nous a servi de fil d’Ariane. Figure est à entendre ici au sens premier de “forme extérieure d’un corps”. Dans l’impossibilité où nous sommes de voir toutes les faces d’un objet en même temps, nous ne pouvons que le reconstituer à partir des multiples « figures” que nous livrent les divers points de vue que nous prenons sur lui. Aucun de nous ne prétend embrasser le savoir total de la science contemporaine ; nous ne pensons même pas que cette totalisation ait encore un sens, mais nous pouvons tous dans le groupe l’aborder sous un ou deux angles. La présidence des sciences, le rôle de l’instrumentation, la complexité de l’objet technique, la dualité entre algorithme et démonstration, le réveil récent de questions qu’on croyait éteintes, le rôle des simulations et des scénarios, la diffusion des sciences dans le corps social, l’introduction de la sécurité dans les systèmes techniques, le pilotage de la recherche par le droit ou la politique, sont autant de figures de la science contemporaine.

Il n’est évidemment pas question de traiter ces figures dans l’abstrait : nous les aborderons avec le souci de mettre en scène à chaque fois des lieux, des pratiques, des acteurs, des contenus.

Projets de chapitres

A l’issue de la semaine de travail, vingt-deux chapitres sont déjà distribués, qui se présentent ainsi :

Chapitre 1 : Les deux chevaux (Michel Serres)

Dans la tradition des mathématiques grecques, le passage du local au global se fait par la démonstration ; pourtant une autre voie existe, aussi vieille que la mathématique babylonienne, le passage par l’algorithme. Longtemps éclipsé par l’autre, ce deuxième coursier semble aujourd’hui mener l’attelage de la science contemporaine. L’ordinateur joue évidemment à cet égard un rôle décisif.

Chapitre 2 : La présidence des sciences (Michel Serres)

Sous l’œil d’un observateur, les sciences, semblent se déployer comme un vol de canards, mené tour à tour, depuis un demi-siècle, par la logique, la biochimie, la physique macroscopique, etc. Cela n’est pas nouveau et Auguste Comte parlait déjà de la “présidence des sciences” ; mais ces passages de relais invitent à reconsidérer la notion même de hiérarchie des sciences.

Chapitre 3 : La fin de Bourbaki (Michel Authier)

Le théorème d’indécidabilité de Cohen et les développements récents des mathématiques se font sur les mines des systèmes logiques informatisés ; contrairement à l’impression première, l’ordinateur ne permet pas de réconcilier les mathématiques et le réel, mais continue les mathématiques par d’autres moyens.

Chapitre 4 : Histoire d’une calculette (Michel Authier)

Impossible d’imaginer aujourd’hui un personnage comme celui de l’ingénieur dans L’île mystérieuse de Jules Verne, qui réinvente toutes les techniques : il n’est plus possible de refaire un objet tel qu’une calculette avec un type de connaissances. En “dépelotant” une calculette, on peut déployer le réseau entier de milliers d’agents et de modules qui participent à sa construction et que son usager peut ignorer.

Chapitre 5 ; Les politiques scientifiques de 1947 à nos jours (Pierre Lévy)

Les politiques scientifiques d’après-guerre réorganisent d’une autre façon la collaboration entre chercheurs, hommes politiques et administrateurs. Les sciences de la gestion se développent parallèlement à la gestion des sciences. La notion de groupware traduit ce stade où le collectif et non plus l’individu devient sujet de pensée : le cogitamus se substitue au cogito.

Chapitre 6 ; De l’intelligence artificielle à l’artificialisation de l’intelligence (Pierre Lévy)

Modélisation et simulation font de l’ordinateur et de ses multiples avatars à finalité heuristique ou ludique de véritables prothèses mentales. Cet univers de la simulation influence en retour les sciences cognitives, tout autant qu’il alimente des phénomènes de contre-culture (cyberpunks…).

Chapitre 7 : Le cladisme ou le réveil d’un domaine (Jean-Marc Drouin)

Après avoir été considérée comme une discipline obsolète, la classification des plantes et des animaux est en plein renouveau. Les controverses suscitées par les nouvelles méthodes phylogénétiques, regroupées sous le nom de “cladisme”, révèlent la vitalité de l’approche naturaliste, en même temps qu’elles témoignent des renouvellements induits par les développements récents de la biologie.

Chapitre 8 : Le terrain de l’écologie (Jean-Marc Drouin)

La montée de l’écologie comme science fait apparaître l’importance du travail de terrain, distinct et complémentaire du travail de laboratoire. Quelles que soient l’utilité et la puissance des méthodes de télédétection (photo aérienne, observation par satellite…) l’enquête, la collecte, la mesure sur le terrain, au sens propre du terme, restent indispensables.

Chapitre 9 : Portrait des réseaux savants par un ignorant (Bruno Latour)

Sous ce titre en forme de clin d’œil à l’une des nombreuses biographies de Pasteur (Histoire d’un savant par un ignorant de R. Valéry-Radot, Paris, 1883), est envisagée une présentation des résultats principaux de la scientométrie : la rareté des sciences, leur distribution géographique, l’extension coûteuse des réseaux, les parasciences et l’ignorance active, l’extension capillaire des sciences.

Chapitre 10 : Le coordinateur du chromosome 11 (Bruno Latour)

Par l’exemple d’un programme d’étude d’un chromosome de la levure, on peut suivre les transformations de la biologie d’après-guerre, la venue d’une communauté scientifique et d’un nouvel objet d’étude, dont on observe la prolifération dans l’industrie et les laboratoires.

Chapitre 11 : De l’hiver nucléaire à Gaïa- (Isabelle Stengers)

Du donné au construit, le chemin passe de plus en plus par des simulations du global : des modélisations sur la disparition des dinosaures aux scénarios de l’hiver nucléaire et jusqu’à l’hypothèse Gaïa. Ces explications non généralisables d’événements non répétables marquent la dé-moralisation de l’histoire par l’ajout de la contingence. L’invention de nouveaux objets traduit l’émergence de nouveaux rapports à la Terre (au sens de planète).

Chapitre 12 : Les ruines fin de siècle (Isabelle Stengers)

Ou “comment rendre le public fou” en lui annonçant périodiquement la création définitive de nouvelles disciplines fondatrices qui passent ensuite en laissant de belles ruines. Ou encore : chant des sirènes ou champs de ruines. Est en jeu ici la fin du droit à la révolution scientifique et à la rupture avec le sens commun.

Chapitre 13 : Croyances, rumeurs et autorités scientifiques (Bernadette Bensaude)

Comment se répandent les rumeurs scientifiques ? Que font les scientifiques pour les empêcher ou les accélérer ? Comment s’élabore le consensus savant sous le feu des médias ? Quelles modifications ces processus ont-ils connues depuis l’après-guerre ?

Chapitre 14 : La matière informée (Bernadette Bensaude)

L’industrie des matériaux intelligents efface la notion traditionnelle de matière en la dotant de propriétés nouvelles. Ces produits hybrides créés par la chimie contemporaine tendent à faire disparaître la distinction aristotélicienne entre la matière, réceptacle passif, et la forme, principe d’intelligibilité.

Chapitre 15 : Icare et l’oiseau mécanique (Sophie Poirot-Delpech)

Malicieusement résumée par la boutade provocatrice “y a-t-il un pilote dans l’avion ?”, la question de la sécurité dans l’aviation amène à s’interroger – à travers l’évolution rapide d’une branche et d’une institution technique – sur le rôle de la simulation, sur le rapport conflictuel entre ce qui vole et ce qui demeure au sol, enfin sur le rôle “expérimental” des accidents.

Chapitre 16 : Les automates hybrides (Sophie Poirot-Delpech)

La question de l’automatisation depuis l’après-guerre et de la répartition des compétences entre humains, humanoïdes, robots et machines est un bon révélateur de l’évolution du milieu industriel et des rapports entre ergonomie et économie.

Chapitre 17 : La classification des sciences, question de méthodes (Nayla Farouki)

La variété des classifications des disciplines et des spécialités peut servir de marqueur à l’évolution des philosophies implicites des savants. Que devient alors, dans ces bouleversements, le problème de la méthode ?

Chapitre 18 : Le rôle changeant de la représentation scientifique (Nayla Farouki)

Comment les nouveaux moyens de communication et de visualisation modifient-ils le rapport du sens commun à la science et celui des chercheurs eux-mêmes avec leurs objets ? Jalons pour une nouvelle phénoménologie…

Chapitre 19 : La forme du contrat de recherche (François Jacq)

Nouvelle forme d’organisation succédant au rapport de patronage et de commande, le contrat de recherche représente un mode juridique nouveau. Son évolution récente invite à s’interroger sur la liaison entre les industries et le problème du secret et de la propriété intellectuelle.

Chapitre 20 : Le grand instrument dans l’après-guerre (François Jacq)

L’organisation de la recherche autour des grands instruments pose le problème de leur genèse, de leur budget, de la répartition de leur utilisation par les scientifiques ; avec, à la clé, une question méthodologique : que devient la réplicabilité avec un instrument unique ?

Chapitre 21 : La classification internationale des maladies (Geoffrey Bowker)

Les grandes organisations internationales gèrent et développent l’épidémiologie à l’échelle de la planète, ce qui n’est pas sans effet en retour sur la physiologie et la symptomatologie. Bureaucratie, médecine et développement s’entremêlent

Chapitre 22 : L’histoire des sciences et l’épistémologie savante (chapitre collectif)

En s’interrogeant sur le décalage entre l’image des sciences donnée dans ce livre et les représentations du public ou des savants, il s’agira d’analyser le rôle éventuel de l’histoire des sciences dans la genèse de ces représentations. De là se pose la question des nouveaux rapports entre épistémologie et pratique scientifique, et de l’impact de la nouvelle histoire des sciences.

A ces chapitres, presque définis et dont les auteurs étaient présents aux Treilles, s’en ajouteront quelques autres, un en particulier sur la biologie moléculaire, par Jean-Paul Gaudillière, et un sur l’évolution du concept d’acteur en sociologie et en économie, par Michel Callon.

Ainsi, sans chercher à reconstituer l’Encyclopédie, le livre fera défiler devant le lecteur bon nombre des grands thèmes qui ont marqué les sciences mathématiques, physiques ou biologiques depuis la fin des années 1940 jusqu’à aujourd’hui.