Jean Schlumberger ou la polyphonie de la culture

Colloque organisé par Pascal Mercier du 28 au 29 novembre 1992

Participants

Eric Boissonnas, Sylvie Boissonnas, John L. Brown (Université catholique de Washington D.C.), Jean Claude (Université de Nancy), Henri Colliot (Président des Amis du Festival d’Aix), Marie-Hélène Dasté, Michel Décaudin (Université Sorbonne nouvelle), Louis Evrard (éditeur), Peter Fawcett (Université de Leicester), Jacqueline Levaillant (Université de Marne-la-Vallée), Anna-Maria Maccari (Université de Nice), Pascal Mercier (organisateur) (écrivain), Vital Rambaud (Université Paris-I-Sorbonne), Michel-Edmond Richard (CNRS), Jacqueline de Romilly (Collège de France), Michel Serres (Université Paris-I-Sorbonne), Vincent Wackenheim (éditeur)

Compte-rendu

Projetée depuis plusieurs mois, cette rencontre autour de Jean Schlumberger venait à son heure. En effet, la publication récente par les éditions Gallimard d’un inédit conservé aux Treilles (Anniversaires) et celle, chez le même éditeur, de sa Correspondance (1901-1950) avec Gide, remet sous les feux de l’actualité littéraire la figure attachante de cet écrivain en grande partie oublié (oubli qui occulte une œuvre, mais aussi une contribution essentielle à plusieurs des entreprises les plus importantes de notre vie culturelle : la Nouvelle Revue française, le théâtre du Vieux-Colombier et les décades de Pontigny.

L’ambition des organisateurs de cette réunion n’était toutefois pas de rendre hommage à une action que l’on a pu qualifier de civique, mais, bel et bien, de tenter l’évaluation critique d’une œuvre littéraire originale qui touche à tous les domaines de l’écriture : poésies, romans, essais, théâtre et de discerner les raisons de son actuel purgatoire. Il ne pouvait pourtant être question d’épuiser en deux jours une entreprise créatrice qui s’étend sur plus de soixante ans. C’est la raison pour laquelle furent d’emblée exclus le mémorialiste, le journaliste, le critique, l’épistolier qui furent évoqués seulement par allusions au cours des communications ou lors des discussions qui les ponctuèrent.

La première journée était consacrée au dialogue de Schlumberger avec la Grèce, Rome, Corneille et Barrès, la seconde à l’examen de son œuvre de poète, de romancier et d’essayiste. La rencontre devait s’achever par un exposé sur ses liens avec le théâtre et la création dramatique. Voici, brièvement résumées, les interventions faites au cours de cette rencontre.

Avec une vigueur n’excluant pas la finesse d’analyse, Jacqueline de Romilly, en remettant ses pas dans ceux de l’auteur de la Mort de Sparte, tente de cerner l’influence en profondeur que la Grèce antique a exercée sur lui. S’attachant plus particulièrement à son En lisant Thucydide (1913), elle souligne les préoccupations morales qui caractérisent cet éloge de l’historien grec. Et si Schlumberger devait par la suite céder à “la salubrité des colères nationales” (ce qui explique aussi sa veine Spartiate), les valeurs que son texte met en avant — le courage, l’équité, la probité — sont les traits dominants de son œuvre. Au cours de son intervention, elle souligne certains parallélismes, mais aussi des divergences entre sa propre approche de la Guerre du Péloponnèse et celle de Schlumberger. Il n’en demeure pas moins que l’humanisme de Schlumberger est largement tributaire de sa fréquentation de ses “chers Grecs”.

John L. Brown, dans un tout autre registre, celui de l’architecture et des œuvres d’art, met en confrontation deux textes de notre auteur sur Rome : le premier, écrit en 1904 et inédit, sur les églises de Rome et le second, intitulé Pierres de Rome (écrit en 1938 et publié en 1947). Rectifiant au fil de sa communication telle ou telle erreur d’attribution dans ces textes, M. Brown insiste sur les sentiments contrastés que la capitale du catholicisme, baroque et sensuelle, pouvait provoquer chez un protestant de la trempe de Schlumberger. Il cite aussi maints traits d’humour qui contribuent à l’alacrité de ces pages romaines.

Michel Serres, dont on éprouve quelque vergogne à réduire ici le propos, avait choisi de livrer son analyse de Polyeucte, réfutant sur des points fondamentaux ce que Jean Schlumberger avait pu en écrire dans Plaisir à Corneille. Mettant en lumière la cohérence philosophique de cette pièce, il retrace la courbe théologique qui permet de dégager la leçon de Polyeucte (l’universalité du mal qui amène celle de la bonne nouvelle) et donne ainsi sens aux “disparates” qui gênaient Schlumberger, depuis le songe de Pauline jusqu’à la conversion de Félix.

Se situant sur le plan de l’histoire littéraire, avec une minutie digne d’un chartiste, Vital Rambaud retrace les difficiles relations de l’Alsacien Schlumberger et du Lorrain Barrès. Par un cheminement paradoxal, insensible dans sa jeunesse au prestige de Barrès (qui incarnait à ses yeux toutes les tares de l’antidreyfusisme), Schlumberger devait se rapprocher au cours de la guerre de 1914 de celui que tous ses pairs en littérature rejetaient. Toutefois, se limitant à un échange d’amabilités, force est de constater que leur dialogue fut peu fécond et les préventions réciproques insurmontées.

Examinant sur le plan formel et sur celui de leur contenu les deux recueils de poésies publiés par Jean Schlumberger, Poèmes des temples et des tombeaux (1906) et les Épigrammes romaines (1912), Michel Décaudin dégage les qualités propres à Schlumberger poète, mais aussi l’intemporalité de son message poétique. S’il est possible de discerner dans ses premières œuvres quelques-uns des thèmes qui reparaîtront dans les romans, la limitation volontaire des effets lyriques dans ses poèmes doit probablement expliquer pourquoi Schlumberger n’a pas poursuivi dans cette voie.

Dans une analyse synthétique qui l’amène à brasser les notions de frontières, de valeurs, de transgression, d’incommunicabilité dans les romans de Jean Schlumberger, Vincent Wackenheim s’interroge sur son statut d’écrivain moraliste. C’est la recherche toute confucéenne du “milieu juste”, confinant à celle du “juste milieu”, qui, à ses yeux, permet à Schlumberger de s’accomplir comme essayiste là où il échoue comme romancier. L’économie de moyens qui est la marque de son écriture lui permet d’assurer dans Au bivouac, Sur les frontières religieuses, Dialogues avec le corps endormi et In Memoriam ce qu’Auguste Angles désignait comme “le triomphe du laconisme”.

Partant de l’intérêt précoce que Schlumberger manifesta pour le théâtre, Jacqueline Levaillant relève dans l’ensemble de son œuvre une primauté de l’écriture dramatique et elle souligne que chez lui, critique, théorie et création théâtrale sont indissociables. Entre ses drames (Césaire, les Fils Louverné, la Mort de Sparte) se manifeste aussi une continuité : le poids du passé mène ses personnages au “point de rupture” qui les fait basculer dans un échec final inéluctable, illustrant ainsi la notion d’irréversible qui est pour lui l’aboutissement contemporain du conflit tragique.

Pascal Mercier

Communications

  • John L. Brown – Rome, unique objet de mon admiration
  • Michel Décaudin – Jean Schlumberger, poète
  • Jacqueline Levaillant – Vocation, esthétique et création théâtrales chez Jean Schlumberger
  • Vital Rambaud – Dialogue difficile avec Maurice Barrès
  • Jacqueline de Romilly – Mes chers Grecs
  • Michel Serres – Plaisir à Polyeucte
  • Vincent Wackenheim – Dialogues et frontières, repères